Reimer échangé, encore du mouvement chez les Leafs

James Reimer... (PHOTO CHRIS YOUNG, ARCHIVES PC)

Agrandir

James Reimer

PHOTO CHRIS YOUNG, ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Mike Babcock a maintenant 13 saisons d'expérience dans la Ligue nationale. Il a essentiellement tout vu et tout vécu.

Tout, sauf peut-être la situation qu'il vit cette saison. C'est que les Maple Leafs de Toronto assument pleinement leur position de vendeur en cette date limite des transactions. C'est cette équipe que l'on verra en action samedi soir, au Centre Bell, contre le Canadien.

Son équipe sera d'ailleurs amputée d'un élément, puisque les Leafs ont échangé, en après-midi, le gardien James Reimer aux Sharks de San José, contre un autre gardien, Alex Stalock.

La transaction n'aura toutefois pas d'impact immédiat sur le match, puisque Jonathan Bernier avait été désigné comme gardien partant. Les Leafs ont rappelé de leur club-école le gardien Garret Sparks pour agir comme auxiliaire samedi soir.

Les Torontois font aussi l'acquisition de l'attaquant Ben Smith et d'un choix conditionnel de 4e ronde en 2018, alors que l'attaquant Jeremy Morin prend le chemin de la Californie.

Du nouveau pour Babcock

En tant qu'entraîneur-chef dans la LNH, Babcock a raté les séries une seule fois. C'était en 2004, avec les Ducks d'Anaheim. Mais l'équipe n'avait pas pour autant liquidé ses actifs, ayant seulement échangé le défenseur Kurt Sauer.

Comment vit-il cette situation où plusieurs de ses vétérans - nommément Pierre-Alexandre Parenteau et James Reimer - sont constamment mentionnés dans les rumeurs de transaction?

« Au hockey, la vérité aujourd'hui n'est pas la vérité demain, a rappelé l'entraîneur-chef, après l'entraînement matinal des Leafs. Tout le monde dit que telle ou telle chose va se passer. Dans les faits, personne ne sait ce qui va se passer, que tu sois entraîneur ou DG. Les rumeurs, tu ne peux pas les contrôler et c'est une perte de temps. Si tu joues bien aujourd'hui, tu gagnes le droit de continuer à jouer dans la ligue. »

Ce mois-ci, les Leafs ont déjà échangé quatre vétérans: Dion Phaneuf (Ottawa), Shawn Matthias (Colorado), Roman Polak et Nick Spaling (San Jose). On a bien cru qu'un cinquième, Parenteau, était échangé vendredi matin, quand il a quitté prématurément la patinoire à l'entrainement des siens. Mais c'était simplement pour soigner un bobo...

« On suit ça un peu, a admis l'ancien du Canadien, au sujet des rumeurs. Quand on parle de ton avenir, tu veux savoir ce qui se passe. En même temps, j'ai une femme, deux enfants, j'essaie de bloquer ça, on essaie de ne pas trop y penser. »

On devine toutefois que dans sa quête d'un nouveau contrat l'été prochain, Parenteau sera en meilleure posture s'il conclut la saison avec un long parcours en séries, comme aura la chance de faire Dale Weise à Chicago...

Notons par ailleurs que les Leafs comptent seulement 18 patineurs en santé avec eux à Montréal, soit exactement le nombre de joueurs qui peuvent disputer un match. Ce qui ouvre la porte à des scénarios rocambolesques si l'équipe procède à une transaction d'ici au match!

Le Noël de Danault

Pour son premier match dans l'uniforme du Canadien samedi soir, Phillip Danault retrouvera au moins un visage familier sur la patinoire: Byron Froese, centre du quatrième trio des Maple Leafs.

Froese a été repêché par les Blackhawks et a donc joué avec Danault à Rockford, le club-école des Hawks dans la Ligue américaine. Les deux attaquants ont été coéquipiers en 2013-2014. Et ils ont même fêté Noël ensemble!

« On était tout simplement restés à Rockford les deux, au lieu de rentrer à la maison, a raconté Froese. En général, ceux qui restent en ville passent Noël ensemble, pour avoir un sentiment de famille, au lieu de rester seuls à la maison. Nous étions trois coéquipiers et nos copines.

« Je crois qu'il nous a donné un malaxeur, quelque chose pour la cuisine. Je ne me souviens pas de ce qu'on leur a donné! Mais c'était agréable, un bon moment pour se rapprocher entre coéquipiers. »

Froese parle de Danault comme « un bon joueur et un meilleur coéquipier ».

« C'est un travaillant, qui est bon dans les deux sens de la patinoire. Il est très rapide et agile. Il excelle dans les mises au jeu et en désavantage numérique. Dans les rangs juniors, il apportait aussi un aspect offensif, et je suis sûr qu'ils verront ce côté ici à Montréal. »

Danault n'avait marqué que six buts en 72 matchs cette saison-là à Rockford. Mais en 2014-2015, il avait inscrit 38 points, dont 13 buts, en 70 sorties.

Formation probable des Maple Leafs

Grabner-Kadri-Komarov

Greening-Holland-Winnik

Leivo-Arcobello-PAP

Leipsic-Froese-Boyes

Gardiner-Marincin

Percy-Corrado

Rielly-Hunwick

Bernier

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer