Les Coyotes se moquent du Canadien

Si ce n'est pas la défaite la plus humiliante de la saison, ce n'est pas bien... (PHOTO AP)

Agrandir

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Glendale) Si ce n'est pas la défaite la plus humiliante de la saison, ce n'est pas bien loin.

> Le sommaire du match

Contre des Coyotes de l'Arizona qui en étaient pourtant à un quatrième match en six soirs, le Canadien s'est fait brasser de manière décisive, lundi soir au Gila River Arena de Glendale. D'ailleurs, la marque finale résume très bien ce qui s'est passé: Coyotes 6, Canadien 2.

Oui, ce fut aussi pire que ça.

En résumé: de l'indiscipline, des mauvais buts, une couverture défensive déficiente, bref, il n'y a rien de positif à retenir de ce match pour le Canadien, qui subit du coup une deuxième défaite de suite, une sixième à ses 10 derniers matchs.

«C'est difficile d'avoir du succès quand tu n'es pas capable de prendre des bonnes décisions en défensive, a expliqué un Michel Therrien à court de mots en fin de soirée. On avait l'air d'une équipe qui a manqué d'énergie.»

Tomas Plekanec, lui, est allé encore plus loin que son entraîneur au terme de cette soirée des horreurs: «Ce fut notre pire match de la saison», a lancé le vétéran.

Avec 25 matchs à jouer, le rêve des séries devient donc de plus en plus impossible pour un Canadien qui ne cesse de chuter au classement, et de manière humiliante en plus.

Les Coyotes ont ouvert la marque rapidement, à 4:47 en début de match, et même si Dale Weise a fait 1-1 quelques minutes plus tard, le résultat de cette soirée n'a jamais vraiment fait de doute pour les 14 338 spectateurs présents.

Les Coyotes ont fait 3-1 en deuxième, Brendan Gallagher a fait 3-2 avec un cadeau signé Louis Domingue, mais les Coyotes ont ensuite marqué trois buts sans la moindre trace de réplique de la part des Montréalais, qui devaient se débrouiller à cinq défenseurs en l'absence de Greg Pateryn, expulsé du match en deuxième période pour son coup de bâton au visage d'un adversaire. Chez les Coyotes, Anthony Duclair a fini sa soirée avec un but et une passe.

Devant le filet montréalais, le pauvre Mike Condon a été ordinaire, mais il a aussi été laissé à lui-même à quelques reprises. En tout, les Coyotes ont marqué leurs six buts sur 28 tirs, et l'entraîneur Therrien n'a jamais pensé à le sortir de là. «C'était mon match, je devais rester là et encaisser ça comme un homme», a expliqué Condon, qui ne cherchait pas à être retiré du match malgré ses ennuis.

Le Canadien va maintenant tenter de sauver ce qu'il reste de ce pénible voyage amorcé vendredi à Buffalo en disputant un troisième et dernier match sur la route, cette fois mercredi soir à Denver, face à l'Avalanche du Colorado.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer