• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Classique Hivernale : le Canadien bat les Bruins 5-1 

Classique Hivernale : le Canadien bat les Bruins 5-1

Mike Condon (39) arrête un tir de Max... (Photo Greg M. Cooper, USA TODAY Sports)

Agrandir

Mike Condon (39) arrête un tir de Max Talbot (25).

Photo Greg M. Cooper, USA TODAY Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Foxborough) Le Canadien n'aurait pas pu profiter davantage de la Classique Hivernale pour défoncer l'année 2016.

Ils étaient 67 246 spectateurs entassés au Gillette Stadium pour assister à une démonstration de force du Tricolore, qui a donné le ton aux deux premières périodes du match pour l'emporter 5-1 sur les Bruins de Boston.

Le retour au jeu de Brendan Gallagher dans la formation après avoir raté 17 matchs a été dûment célébré. L'ailier de 23 ans a participé à la fête avec un but et une mention d'aide et a aidé à faire en sorte que son équipe n'ait pas du tout l'air de cette formation moribonde qui venait de perdre 11 de ses 13 derniers matchs.

L'humeur gaillarde du Canadien, qui n'avait pas marqué cinq buts depuis le 25 novembre - soit lors du match suivant la perte de Gallagher - a également profité au gardien Mike Condon qui a pu signer deux gains consécutifs pour la première fois depuis les 5 et 7 novembre. C'est la conclusion d'un bel épisode pour le gardien du CH et sa famille. Condon, qui est originaire du Massachusetts, était fébrile à l'idée de jouer devant les siens et dans l'antre de ses Patriots chéris.

Condon a été peu occupé au cours des 40 premières minutes, mais son arrêt de la mitaine aux dépens de Ryan Spooner avec un dixième de seconde à faire au deuxième tiers a empêché les Bruins de retraiter au vestiaire avec trop d'espoir dans le coeur.

Il n'a cédé qu'une seule fois, soit devant Matt Beleskey.

À l'autre bout de la patinoire, n'eut été de quelques arrêts-clé de Tuukka Rask, le revers aurait été encore plus embarrassant pour les Bruins. Le gardien finlandais n'a toujours pas été en mesure de remporter deux départs de suite face au Tricolore depuis le début de sa carrière.

À la volée

Les petits attaquants du Tricolore ont contré les rebonds parfois capricieux de la patinoire en frappant la rondelle en plein vol sur leurs trois premiers buts. C'est ce qu'a fait David Desharnais après seulement 1 :14 de joué dans le match; ça a été la technique de passe utilisée par Brian Flynn pour alimenter Paul Byron depuis l'arrière du filet; et c'est aussi par la voie des airs que Max Pacioretty a passé à Brendan Gallagher et que ce dernier a tiré tout de suite après pour faire 3-0 Canadien.

De bien belles volées!

Gallagher et Pacioretty se sont échangés la politesse au dernier tiers alors que le premier a servi une belle passe au second lors d'une descente à deux contre un. Un but qui faisait 4-1 Canadien à ce moment-là.

Nul doute que le retour du fougueux ailier dans la formation a eu un effet boeuf sur l'ensemble des troupes. Comme l'observait Michel Therrien jeudi, de pouvoir compter sur Gallagher permet à chaque joueur de retrouver des responsabilités qui leur sied mieux.

« Quand il nous manque des joueurs à des positions-clé, les autres n'occupent plus dans les bonnes chaises, disait Therrien. Ils sont capables de remplir d'autres rôles à court terme, mais on sait qu'à plus long terme ça ne fonctionnera pas. »

On ne l'a pas seulement senti sur le premier trio, mais aussi dans l'efficacité des autres unités. Le trio Fleischmann-Desharnais-Weise connaissait un excellent match jusqu'à ce que Weise quitte la rencontre, en deuxième période, à la suite d'une blessure au haut du corps. Il a été atteint à un bras par un lancer juste après qu'un double-échec de Kevan Miller l'ait fait chuter.

Paul Byron en est un autre qui a connu un fort match. Non seulement a-t-il marqué le but vainqueur, mais il en a ajouté un deuxième en toute fin de rencontre.

Et à la ligne bleue, Mark Barberio n'a certes pas perdu de point. Inséré à la droite d'Alexei Emelin, le Québécois a rappelé à tout le monde que le Canadien comptait sur neuf défenseurs du calibre de la LNH dans sa manche.

Bientôt fini, le voyage

Chez les Bruins, rien n'allait au cours des 40 premières minutes. Ils ont dû se contenter de trois tirs en première période et leur première véritable menace est survenue à mi-chemin dans la rencontre quand Matt Beleskey s'est fait refuser un but. Condon a mal contrôlé le retour d'un lancer de Zdeno Chara mais les officiels ont sifflé avant que l'ailier des Bruins ne saisisse la rondelle.

Beleskey, qui a sans contredit été le meilleur attaquant des siens avec XX tirs au but et de retentissantes mises en échec, a fini par inscrire l'unique but de son camp en début de troisième. Les Bruins se sont alors mis à presser le pas et à rééquilibrer le total des tirs qui penchait dangereusement en faveur du CH jusque-là.

Le but de Pacioretty a toutefois éteint leurs aspirations.

Le Tricolore termine son plus long voyage de la saison en affrontant les Flyers à Philadelphie mardi. L'équipe rentre toutefois à Montréal et tiendra un entraînement sinon deux avant de repartir.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer