• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Thomas Chabot affiche l'aplomb d'un vétéran pour les Sénateurs 

Thomas Chabot affiche l'aplomb d'un vétéran pour les Sénateurs

Thomas Chabot... (PHOTO PATRICK WOODBURY, ARCHIVES LEDROIT)

Agrandir

Thomas Chabot

PHOTO PATRICK WOODBURY, ARCHIVES LEDROIT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Robert Laflamme
La Presse Canadienne
LONDON, Ontario

Thomas Chabot affiche l'aplomb d'un vétéran depuis le début du tournoi des recrues à London, même s'il est un des plus verts espoirs des Sénateurs d'Ottawa.

Le défenseur âgé de 18 ans, premier choix de l'équipe au repêchage de juin et premier Québécois réclamé au 18e échelon, impressionne par son calme sur la glace plus l'entraîneur Luke Richardson l'utilise.

«Je ne m'impose pas de pression, je garde les pieds sur terre, insiste le grand Beauceron. J'aborde le tournoi comme une occasion d'acquérir de l'expérience. Si je participe au gros camp, ce sera le 'fun» de voir un autre niveau de jeu.»

Chabot, des Sea Dogs de Saint-Jean dans la LHJMQ, possède de bonnes aptitudes à l'attaque. Mais la chose qu'il veut démontrer à l'organisation, c'est son efficacité en défense.

«Je suis reconnu pour avoir une bonne vision du jeu et pour mon coup de patin, a-t-il relevé. Mais je veux montrer que je peux me tirer d'affaire sur le plan défensif. Plusieurs personnes émettent des doutes à mon endroit. Dans ce tournoi, l'entraîneur me fait confiance en infériorité numérique et j'apprécie ça.»

Vendredi, Richardson a même envoyé Chabot dans la mêlée au début de la période de prolongation et les Sénateurs ont marqué d'entrée de jeu.

«J'ai été surpris. Je ne m'attendais pas à ça», a-t-il admis.

Chabot, qui dit avoir ajouté 10 livres pour augmenter son poids à 191 livres au cours de l'entre-saison, reconnaît qu'il bénéficie d'un statut particulier à titre de premier choix de l'équipe.

«J'essaie de ne pas penser à ça. Je sais que les Sénateurs m'ont repêché pour une raison. Je suis ici pour leur montrer que c'était une bonne raison.»

La principale différence qu'il trouve par rapport aux rangs juniors jusqu'à maintenant, c'est la force physique des joueurs.

«La vitesse et l'exécution sont semblables à ce que j'ai vu au camp d'entraînement estival de l'équipe canadienne des moins de 20 ans. La différence, c'est dans les coins de patinoire. Les gars sont plus forts, ce sont des hommes. Moi, j'ai juste 18 ans.»

Thomas souhaite faire un bout de chemin au camp des Sénateurs et peut-être même prendre part à un match hors-concours.

«J'y pense c'est sûr, ce serait incroyable. Mais j'aborde les journées une à la fois.»

Réaliste, il s'attend à ce qu'on le retourne à son équipe junior, à Saint-Jean. Il redoublera d'ardeur afin d'être un leader chez les Sea Dogs et d'obtenir la chance de mériter un poste avec l'équipe canadienne junior en vue des prochains Mondiaux.

Gagné et Perron

Deux autres francophones vivent également d'espoir de prendre part au camp des Sénateurs, soit les attaquants Gabriel Gagné, choix de deuxième tour cette année, et Francis Perron, sélection de septième tour en 2014.

Gagné, des Tigres de Victoriaville, et Perron, des Huskies de Rouyn-Noranda, connaissent un tournoi plus discret.

«C'est ma première expérience avec des pros et je dois gagner de la confiance en possession de rondelle, a dit Gagné, un colosse natif de Laval qui souhaite améliorer son explosion sur patins. Mon but est d'acquérir le plus d'expérience possible et de prendre part à quelques jours du camp. Je suis réaliste. Après le camp de développement l'été dernier, on m'a mentionné que les chances que je retourne dans le junior étaient fortes.»

Perron, de Blainville, se dit plus détendu à sa deuxième présence au tournoi des recrues.

«Ça c'était bien passé l'an dernier et je veux montrer aux dirigeants ce que j'ai amélioré depuis un an. J'estime être plus constant dans mon effort, plus robuste et je me dirige plus vers le filet adverse. Je veux produire davantage à égalité numérique.»

Perron espère avoir la chance de vivre un premier camp de la LNH et de participer à un match préparatoire, avant de revenir à Rouyn-Noranda, où il nourrira de grandes ambitions pour l'équipe et lui-même cette saison.

«Je veux rester au camp le plus longtemps possible, mais j'ai quand même hâte de retourner en Abitibi. Nous allons avoir une équipe très compétitive qui va faire partie des meilleures de la ligue.

«Personnellement, je suis prêt à jouer un rôle de leader à ma quatrième saison», a résumé le rapide ailier gauche qui se voit évoluer dans la Ligue américaine la saison prochaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer