• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Lightning: des similarités entre l'édition 2004 et 2015 

Lightning: des similarités entre l'édition 2004 et 2015

Steven Stamkos... (PHOTO DIRK SHADD, TAMPA BAY TIMES)

Agrandir

Steven Stamkos

PHOTO DIRK SHADD, TAMPA BAY TIMES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stephen Whyno
La Presse Canadienne

Alors que les membres des familles des joueurs prenaient des photos avec la Coupe Stanley avant la parade dans les rues de Tampa, Jay Feaster, le directeur général du Lightning à cette époque, avait déclaré au vétéran défenseur Darryl Sydor qu'il était l'ingrédient manquant aux champions de 2004.

Sydor, qui avait été acquis pendant la saison, avait apprécié le compliment, mais avait pointé vers Brad Richards et Vincent Lecavalier, tous les deux alors âgés de 24 ans, et avait répondu à Feaster: «C'est avec des gars comme eux que l'on gagne la Coupe Stanley».

Onze ans plus tard, Feaster croit que le Lightning est plus cérébral et compte sur un groupe de meneurs plus jeunes, mais il voit aussi plusieurs similarités avec le groupe qui a gagné la seule coupe Stanley dans l'histoire de l'équipe. Ce sont les joueurs de 25 ans Steven Stamkos et Alex Killorn, ceux de 24 ans Tyler Johnson et Victor Hedman, et les jeunes Ondrej Palat, 23 ans, et Nikita Kucherov, 21 ans, qui ont transporté le Lightning vers la finale de la Coupe Stanley, où ils affronteront les Blackhawks de Chicago.

«Vos meilleurs joueurs sont vos jeunes joueurs», a dit Feaster lors d'un entretien téléphonique, dimanche.

Le gardien Ben Bishop n'a pas comptabilisé des statistiques dignes de celles de Nikolai Khabibulin en 2004, mais il a signé deux blanchissages en deux septièmes matchs. Johnson pourrait bien imiter Richards en méritant le trophée Conn-Smythe s'il continue à accumuler les points au même rythme avec ses compagnons du trio des «Triplets».

«Ce que Johnson, Palat et Kucherov ont accompli non seulement en saison régulière, mais aussi en séries, me rappelle ce que Brad Richards, Vincent Lecavalier et Martin St-Louis, et même Ruslan Fedotenko, avaient fait en marquant des buts importants, a mentionné Chris Dingman, un membre de l'équipe championne en 2004. Ce sont des jeunes joueurs qui font leur place. De bons joueurs qui deviennent de grands joueurs.»

La jeunesse est certainement remarquable chez le Lightning puisque ses cinq meilleurs marqueurs en séries sont âgés de 25 ans ou moins. Ils comptent sur un seul joueur âgé de plus de 31 ans, l'ailier Brenden Morrow, mais ils ne sont pas intimidés dans les moments importants.

En 2004, le Lightning comptait dans ses rangs Sydor, Dave Andreychuk, 40 ans, et Tim Taylor, 34 ans. Taylor s'était levé après une défaite crève-coeur lors du sixième match de la finale de l'Est et avait déclaré: «Nous devons regarder le diable droit dans les yeux et foncer vers l'avant».

«Ils savaient quand parler, quand calmer tout le monde. Ils savaient comment donner le ton et relativiser les choses, a raconté Feaster, maintenant directeur du développement du hockey dans la communauté chez le Lightning. C'était toutefois nos jeunes joueurs qui marquaient des buts.»

Stamkos joue maintenant les deux rôles.

«Ça ne change rien si vous êtes âgés de 40 ans ou 25 ans, a dit Dingman, analyste des matchs du Lightning. Si vous êtes un meneur, vous pouvez être un meneur.»

Les Blackhawks, deux fois champions de la Coupe Stanley depuis 2010, représentent peut-être un plus grand défi que les Flames de Calgary il y a 11 ans, mais Feaster croit aux chances du Lightning.

«Je pense que si les joueurs respectent le système en place, ils seront capables de remporter le championnat», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer