Mats Zuccarello a recommencé à patiner

Mats Zuccarello... (PHOTO RICHARD MACKSON, ARCHIVES USA TODAY)

Agrandir

Mats Zuccarello

PHOTO RICHARD MACKSON, ARCHIVES USA TODAY

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stephen Whyno
La Presse Canadienne
NEW YORK

L'attaquant Mats Zuccarello des Rangers de New York a patiné en solitaire, lundi matin, mais on ignore toujours quand il pourra effectuer un retour au jeu.

Zuccarello n'a pas joué depuis qu'il a été atteint sur le côté de son casque par un tir de son coéquipier Ryan McDonagh lors du cinquième match de la série de premier tour contre les Penguins de Pittsburgh. Même s'il n'est pas près de jouer dans la finale de l'Association Est contre le Lightning de Tampa Bay, cette «légère» séance de patinage constitue un progrès pour lui.

«Il poursuit le processus de guérison, a déclaré l'entraîneur des Rangers, Alain Vigneault. Il a patiné un peu aujourd'hui seul, et je suppose que ça va être un peu plus long au fur et à mesure.»

La situation du joueur de centre Brian Boyle est plus obscure, lui qui a raté le premier match samedi en raison d'une blessure dont on ignore la nature. Même si Boyle a patiné et a semblé à l'aise, l'entraîneur Jon Cooper n'a fait aucune mise à jour quant à son retour éventuel dans la formation.

«Il est un grand leader dans la chambre, il a joué beaucoup de hockey à ce stade de l'année, a révélé le capitaine Steven Stamkos. C'est difficile pour lui de ne pas être dans la formation.

«Mais nous avons de la relève et la profondeur de notre formation s'est révélée notre force toute l'année.»

Le Ligthning a eu l'occasion d'en faire la démonstration dans la ronde précédente contre le Canadien quand l'ailier Ryan Callahan a raté le sixième match à la suite d'une appendicectomie d'urgence. Callahan était de retour sur la patinoire pour le premier match contre les Rangers, moins de cinq jours après l'opération.

«Je me sentais suffisamment bien pour jouer, j'étais donc dans la formation, a dit Callahan. Évidemment, je n'aurais pas été là si je n'avais pu donner des mises en échec ou en recevoir.»

Callahan a imité Jonathan Ericsson, Nick Schultz et Brad Richardson, qui sont revenus rapidement au jeu en séries éliminatoires après une appendicectomie. Il n'en tire pas une fierté particulière.

«J'aurais préféré disputer le sixième match dans la série précédente, a-t-il dit. Mais ces choses arrivent en éliminatoires. Ainsi va la vie, il faut savoir composer avec les événements inattendus.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer