• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Jon Cooper: «Je veux qu'on soit une équipe en colère» 

Jon Cooper: «Je veux qu'on soit une équipe en colère»

L'entraîneur-chef du Lightning, Jon Cooper, cherche une façon... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

L'entraîneur-chef du Lightning, Jon Cooper, cherche une façon de ramener de l'émotion au sein de ses troupes.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Tampa) Toute l'année à Tampa, on a fait état de ces vétérans que Steve Yzerman avait acquis pour greffer de l'expérience à un groupe certes talentueux mais encore vert.

Alors que le Lightning risque de voir le tapis lui glisser sous les pieds, il en reviendra à ces vétérans - les Boyle, Stralman, Garrison, Morrow et Coburn - d'aider l'équipe à calmer le jeu, ce soir dans le sixième match de la série contre le Canadien.

«On l'a vu lors des sixième et septième matchs contre Detroit, ces gars-là se sont levés, et je pense que c'est ce qui va arriver encore, croit Cédric Paquette. Ils parlent beaucoup dans le vestiaire, ils nous font part de leurs expériences... Ça va bien aller [ce soir].»

Le parallèle avec le premier tour des séries, qui a vu le Lightning résister à l'élimination avant de l'emporter en sept matchs face aux Red Wings, n'est pas fortuit. Pour plusieurs jeunes de la formation, c'est ce qu'ils ont connu de plus critique en séries depuis leur arrivée dans la LNH.

«Nous avons eu besoin d'eux pour gagner le sixième match quand nous a- vions le dos au mur, ainsi que le septième, a rappelé l'entraîneur-chef Jon Cooper. Et maintenant, nous avons besoin de ce groupe-là pour le sixième match ici.

«Je ne crois pas à l'argument selon lequel on ait l'avantage parce qu'on a encore deux matchs pour les éliminer. On ne veut pas éliminer le Canadien dans un septième match, on veut que ça se fasse dès le sixième. C'est ce groupe-là qui nous a permis de nous rendre où nous sommes. Je n'ai aucune inquiétude qu'ils vont nous aider à nouveau.»

Une équipe en colère

Perchés sur une estrade garnie de fauteuils, Steven Stamkos et Ryan Callahan regardaient l'entraînement facultatif du Lightning au centre d'entraînement de l'équipe. À l'instar de Brian Boyle, ils avaient choisi de ne pas sauter sur la glace.

Stamkos n'avait pas patiné samedi matin, à quelques heures du cinquième match, ni dimanche. On ne saurait dire si le capitaine du Lightning est davantage agacé par une blessure ou par la tournure que prend cette série. Mais il s'est montré pour le moins réticent devant les journalistes lorsqu'il a fini par se pointer le bout du nez.

«On doit croire que si l'on joue comme on en est capables, on va gagner, a-t-il dit. Je crois que c'est la croyance qu'on a dans ce vestiaire. Il ne faut pas jouer effrayé. Il ne faut pas avoir peur de perdre.»

Si Stamkos est d'humeur maussade, ça va vraisemblablement faire l'affaire de son entraîneur.

«Après le dernier match, j'ai senti un sincère sentiment de colère, a relevé Cooper. Rien n'avait besoin d'être dit. Les gars étaient furieux, et ça s'est poursuivi par la suite. J'aime cet état d'esprit.

«Je veux qu'on soit une équipe en colère.»

C'est quand même étonnant d'entendre un entraîneur encourager ses hommes à nourrir l'émotion d'un moment terminé. En séries, on est habitués d'entendre parler de l'importance de ne rien retenir du passé, de tourner la page et de ne penser qu'au prochain match.

Visiblement, Cooper cherche une façon de ramener de l'émotion au sein de ses troupes.

C'est bien simple: pas besoin d'être synergologue pour ressentir quelle équipe était la plus préoccupée à 24 heures du sixième match. Le capitaine du Lightning était de mauvais poil; et le capitaine sans la lettre du Canadien exultait un calme contagieux.

«Je n'ai jamais vu personne comme lui», a admis Pierre-Alexandre Parenteau en parlant de Carey Price.

Soucis à l'attaque

En cinq matchs, le Lightning n'a inscrit que six buts à forces égales et l Canadien, 11. La difficulté de générer des chances de marquer est une préoccupation pour les hommes de Jon Cooper.

«On ne peut se contenter de six ou huit chances de marquer dans un match, dont trois de première qualité, a déploré Cooper. On est bien meilleurs que cela. Par le passé, on parvenait à en récolter 15 ou 16.»

Le Lightning sait que s'il veut générer de l'attaque, il doit d'abord sortir efficacement la rondelle de sa zone. Et c'est précisément ce qu'il a travaillé hier. Mais une fois en zone ennemie, il doit pouvoir afficher le même genre de pression que celle exercée en troisième période du dernier match.

«Plusieurs tirs proviennent de la pointe ou de l'extérieur de l'enclave, reconnaît Alex Killorn. On réalise que sur ces tirs-là, Price va être en mesure de faire l'arrêt. On est davantage préoccupés par nos deuxièmes chances de marquer et notre capacité à augmenter la circulation devant lui.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Ryan Callahan opéré d'urgence

    Hockey

    Ryan Callahan opéré d'urgence

    Coup de théâtre en fin de soirée, alors que l'attaquant du Lightning de Tampa Ryan Callahan a subi d'urgence une appendicectomie. »

  • L'énigme Ben Bishop

    Hockey

    L'énigme Ben Bishop

    Depuis le début des séries éliminatoires, Ben Bishop a des chiffres supérieurs à ceux de Carey Price. Sa moyenne de buts accordés est meilleure. Son... »

  • Torrey Mitchell est maintenant à l'aise

    Hockey

    Torrey Mitchell est maintenant à l'aise

    Dans l'ombre de Jeff Petry, le centre québécois Torrey Mitchell est lui aussi en train de donner raison à Marc Bergevin d'être allé le chercher à la... »

  • Nathan Beaulieu a gagné sa place

    Hockey

    Nathan Beaulieu a gagné sa place

    Il n'y a plus aucun doute possible, Nathan Beaulieu est maintenant un membre à part entière du Canadien. »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer