Le gardien éprouvé ou celui du moment?

Aussi bon soit-il depuis deux mois, le gardien... (Photo Tom Mihalek, archives AP)

Agrandir

Aussi bon soit-il depuis deux mois, le gardien des Sénateurs Andrew Hammond n'a jamais goûté aux séries de la Ligue nationale.

Photo Tom Mihalek, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Incroyable, mais vrai: le gardien qui semble en voie de remporter le trophée Hart, celui qui a sauvé son équipe des eaux en plusieurs occasions, n'est même pas le gardien de l'heure à l'amorce de la série Canadien-Sénateurs.

Carey Price vient de connaître sa meilleure saison en carrière et a établi de nouveaux records d'équipe. Toutefois, il a connu un certain recul depuis son duel contre Pekka Rinne à Nashville, le 24 mars. À ses sept derniers départs, il n'a présenté qu'un taux d'efficacité de ,895%.

Pendant ce temps, la confiance (mais aussi la pression) augmente chez Andrew Hammond, cette recrue de 27 ans qui a propulsé les Sénateurs en séries.

«Il a très bien joué et ses coéquipiers ont bien joué devant lui, a concédé Price. C'est à nous de lui rendre la vie difficile, de générer de la circulation devant son filet et de l'empêcher de bien voir la rondelle.»

Michel Therrien a parlé du Hamburglar comme d'une «inspiration» pour son équipe.

«Ça va être exigeant», a constaté l'entraîneur-chef du CH, sans se répandre davantage sur le cas des Sénateurs.

Dans la marmite du Centre Bell

Cela étant dit, le réflexe d'y aller avec l'équipe de l'heure, avec les joueurs du moment, est parfois l'arbre qui cache la forêt. Price a aidé son équipe à atteindre la finale d'association l'an dernier, tandis que Hammond, aussi bon soit-il depuis deux mois, n'a jamais goûté aux séries de la Ligue nationale.

Surtout pas dans la marmite de Montréal.

En ce sens, devant le filet comme aux autres positions, l'expérience favorise le Tricolore.

«Ça aide beaucoup d'avoir de jeunes joueurs au sein de notre noyau qui ont déjà traversé de l'adversité, qui ont appris comment se comporter en séries éliminatoires et qui savent à quoi s'attendre, a indiqué Therrien. Pour nos jeunes, l'effet de surprise ne sera pas là devant un jeu qui monte à un autre niveau.

«Il n'y a pas de meilleure place où jouer en séries qu'au Centre Bell, a-t-il ajouté. L'ambiance que créent nos partisans est vraiment spéciale. Toute la province vit pour le hockey. C'est le meilleur temps de l'année pour jouer.»

Le premier match d'une série est toujours très important. Mais il le sera encore plus cette fois-ci dans le contexte où une foule potentiellement intimidante attendra de pied ferme un gardien pour qui c'est tout neuf.

Est-ce que cela pourrait nuire à Hammond?

«Je l'espère, mais ce gars-là roule sur l'adrénaline et la motivation, et tout semble lui sourire, a répondu Max Pacioretty. Qui sait, ça pourrait jouer contre nous si l'on éprouve des difficultés à marquer contre lui. On doit se préoccuper de la qualité de notre jeu au lieu de se soucier d'une quelconque lancée ou de laisser la foule devenir un trop gros facteur.

«C'est le gardien de l'heure dans la ligue, mais nous comptons changer cela.»

Quant à Price, deux semaines ne changeront pas le fait qu'il est capable de voler cette série-là à lui seul.

«Est-ce qu'il peut être encore meilleur? Il nous a déjà donné du gros hockey, a commenté Therrien. S'il maintient cela, ça va nous donner un méchant bon départ.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer