Dustin Tokarski se dresse face aux Panthers

  • Jimmy Hayes tente de contrôler la rondelle alors qu'il est dos à Dustin Tokarski. (Reuters)

    Plein écran

    Jimmy Hayes tente de contrôler la rondelle alors qu'il est dos à Dustin Tokarski.

    Reuters

  • 1 / 5
  • David Desharnais s'est retrouvé seul devant Dan Ellis, mais n'a pas su en profiter. (AP)

    Plein écran

    David Desharnais s'est retrouvé seul devant Dan Ellis, mais n'a pas su en profiter.

    AP

  • 2 / 5
  • Jacob De La Rose célèbre son but inscrit en infériorité numérique. (AP)

    Plein écran

    Jacob De La Rose célèbre son but inscrit en infériorité numérique.

    AP

  • 3 / 5
  • Lars Eller célèbre le but de P.K. Subban marqué en fin de 2e période. (Reuters)

    Plein écran

    Lars Eller célèbre le but de P.K. Subban marqué en fin de 2e période.

    Reuters

  • 4 / 5
  • Max Pacioretty dépose un genou sur la glace devant le gardien adverse. (Reuters)

    Plein écran

    Max Pacioretty dépose un genou sur la glace devant le gardien adverse.

    Reuters

  • 5 / 5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sunrise) Le nom Tokarski n'a rien d'irlandais, mais ça n'a pas empêché le gardien substitut du Canadien de fêter la Saint-Patrick en grand. Il a livré l'une de ses meilleures performances en carrière en repoussant un sommet personnel de 41 lancers, ce qui a aidé le Canadien à survivre aux assauts des Panthers de la Floride et de l'emporter 3-2.

Tokarski n'avait pas accordé deux buts ou moins depuis le 30 décembre mais il s'est imposé de brillante façon, surtout en effectuant 21 arrêts au cours du dernier tiers. Il s'est entre autres illustré lors d'une infériorité numérique qui a permis aux Panthers de cadrer cinq lancers sur son filet.

Ce gain du Canadien, qui réduit à peau de chagrin les chances des Panthers de participer aux séries éliminatoires, a été l'oeuvre des employés de soutien. Outre Tokarski, Jacob De La Rose et Brandon Prust ont connu chacun une soirée de deux points, tandis qu'Alexei Emelin a inscrit le deuxième but des siens lorsque son tir du poignet de la pointe s'est faufilé dans la circulation lourde pour déjouer le gardien Dan Ellis.

Pour un type qui n'a pas joué depuis un mois, Emelin a été loin d'être vilain lors de ces deux matchs en 24 heures en Floride.

Trois buts sur quatre lancers

Après une première période tranquille qui n'avait été agrémentée que de deux belles manoeuvres du trio de David Desharnais et d'un bel arrêt de la mitaine de Tokarski aux dépens de Jonathan Huberdeau, les choses se sont drôlement animées en deuxième période.

Les Panthers ont pris les devants lors d'une séquence plutôt pénible dans leur zone. Brendan Gallagher s'est rendu coupable d'un revirement en sortie de zone, Jeff Petry a chuté devant son filet, Tom Gilbert a redonné la rondelle aux Panthers après avoir volé un but à Jonathan Huberdeau, et Aleksander Barkov a conclu la brouillonne séquence en battant entre les jambières un Tokarski qui peinait à reprendre sa position de base.

Mais le Tricolore s'est vite ressaisi et s'est payé une traite de trois buts sur quatre lancers aux dépens du gardien Dan Ellis.

Ce dernier, qui a très brièvement fait partie de l'organisation du Tricolore, garde le fort en l'absence de Roberto Luongo et Al Montoya, tous deux blessés.

Emelin a égalé la marque à 1:24 seulement après le but de Barkov, puis De La Rose a donné les devants au Tricolore lors d'une infériorité numérique. Le défenseur Brian Campbell s'est fait prendre à contre-pied en zone centrale, ce qui a permis à De La Rose et Prust de filer à deux-contre-zéro.

Ce même Campbell a ensuite été victime d'un bel effort individuel de Lars Eller derrière le filet des Panthers. Le Danois lui a soutiré le disque et l'a remis à la pointe, où Subban avait tout son temps pour tirer à son aise.

Au milieu de cette poussée, il y a quand même Brandon Pirri qui a mis un peu de piquant en nivelant les chances avec un beau lancer du poignet.

En début de troisième, Pirri a été le premier à être été frustré par Tokarski, qui s'est ensuite dressé pour fermer la porte. Le message à ses coéquipiers était clair: vous m'avez donné trois buts, je n'en laisserai pas passer un autre.

Surtout que les jambes commençaient à être lourdes. L'équipe disputait un quatrième match en six soirs et s'est mise à manquer de carburant au dernier vingt.

Michel Therrien a quelque peu redistribué le temps d'utilisation et Pierre-Alexandre Parenteau est celui qui en a le plus fait les frais avec trois présences seulement en troisième.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer