Mises en échec: Hockey Québec serre la vis

Pendant des années, le Québec a été la seule province à interdire les mises en... (PHOTO ARCHIVES LE DROIT)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LE DROIT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pendant des années, le Québec a été la seule province à interdire les mises en échec chez les joueurs peewees, avant d'être imité par le reste du Canada. La province ira maintenant un peu plus loin en interdisant encore davantage les mises en échec dès la prochaine saison, a appris La Presse.

Après des mois de réflexion, Hockey Québec a finalement tranché: dès la saison 2015-2016, les mises en échec seront interdites dans les catégories bantam CC et midget BB. La décision a été prise il y a quelques jours par les instances de la fédération. Un communiqué officiel doit être envoyé aujourd'hui pour annoncer la nouvelle.

«Le Québec est déjà considéré comme un leader dans la structure mise en place afin de concentrer la mise en échec aux niveaux de joueurs appropriés, peut-on lire dans une ébauche du communiqué de Hockey Québec que nous avons obtenue. Nous décidons de faire un pas de plus.»

Dès la saison prochaine, ce sont donc plus de 3600 joueurs qui ne seront plus soumis à la mise en échec au Québec. Cette année, la catégorie midget BB regroupe 1987 joueurs et le bantam CC en compte 1684. Hockey Québec entend également étudier la place de la mise en échec dans le hockey scolaire.

La fédération québécoise de hockey explique que sa décision vise entre autres à réduire le nombre de commotions cérébrales au hockey. «Il est évident que la problématique des commotions cérébrales s'arrime directement avec la sécurité des joueurs, note le communiqué de presse. Le risque de blessures est moindre dans les divisions et classes dans lesquelles la mise en échec n'est pas présente.»

La nouvelle a été bien accueillie par le neuropsychologue Dave Ellemberg, un expert dans le domaine des commotions cérébrales. «J'ai l'impression que Hockey Québec, comme elle l'avait fait avec les mises en échec chez les peewees, met en oeuvre des changements que d'autres régions n'osent pas faire», dit-il.

«C'est rare que le Québec soit leader à ce point, mais je pense qu'au hockey, le Québec innove. Je crois que quand on se compare aux autres, on est mieux, note M. Ellemberg, chercheur à l'Université de Montréal. Maintenant, est-ce qu'on peut aller plus loin? Oui. Mais Hockey Québec fait évoluer les mentalités et c'est une bonne chose.»

Quelques dissensions

Selon nos informations, quelques régions ont montré des réserves quant à l'élimination de la mise en échec dans les deux catégories, soit Montréal, l'Estrie et le Lac-Saint-Louis. Elles s'inquiètent surtout de l'effet de la mesure sur le hockey d'élite.

Mais Hockey Québec répond que très peu de joueurs dans ces catégories sont destinés à l'élite. «À titre d'information, un seul joueur provenant du midget BB a réussi à se tailler une place au sein d'une équipe midget AAA cette année», explique Hockey Québec dans l'ébauche de communiqué.

Pour la fédération, la décision de restreindre la mise en échec découle de l'évolution de la société et du sport. «La nouvelle norme au hockey est de jouer avec vitesse, être efficace en défensive et axer le développement des joueurs sur les habiletés individuelles, indique le communiqué. L'accent est davantage placé sur la sécurité à tous les niveaux. Les règlements sont plus stricts qu'ils étaient il y a vingt ans.»

Il y a deux ans, Hockey Canada a décidé d'interdire les mises en échec chez tous les joueurs peewees du pays. Le Québec avait été pendant plus de 20 ans la seule province avec cette politique. Avec cette nouvelle décision, Hockey Québec se sépare encore du lot. La province redeviendra la plus sévère au pays en matière de mises en échec.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer