Le Canadien peut se permettre d'évaluer ses espoirs

Greg Pateryn et Jarred Tinordi... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Greg Pateryn et Jarred Tinordi

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Robert Laflamme
La Presse Canadienne

Un peu d'adversité ne fait jamais de mal, et l'absence de deux vétérans défenseurs procure l'occasion au Canadien de prendre une nouvelle unité de mesure quant à la progression des jeunes Greg Pateryn et Jarred Tinordi.

Le Tricolore peut se permettre de le faire, compte tenu de sa position plus qu'avantageuse au classement de l'Association Est.

L'entraîneur Michel Therrien n'a pas voulu l'admettre quand on lui a fait remarquer la chose, la semaine dernière. Dès qu'il en a la chance, Therrien martèle plutôt le message du virage jeunesse et de la période de transition que l'organisation privilégie.

À dix jours de la date limite des transactions dans la LNH, le Canadien veut avoir l'heure la plus juste en regard de ses principaux espoirs, ceux qui cognent le plus fort à la porte des grandes ligues. Le cas de Jacob De La Rose est un bel exemple. Le Suédois âgé de 19 ans a pris part aux neuf derniers matchs de l'équipe. On a beau louanger son bon sens du jeu et sa grande maturité, De La Rose montre un dossier de -4 en défense et il n'a qu'une passe à sa fiche à l'attaque.

Un autre jeune, Christian Thomas, travaille avec beaucoup d'acharnement, mais il n'a réussi qu'un but en 16 rencontres et il présente un rendement de -2 en défense.

Eller et Sekac

Mais il y a pire. Lars Eller et Jiri Sekac sont embourbés dans une profonde période léthargique sur le plan offensif. Le premier n'a obtenu que deux buts dans ses 28 derniers matchs, et son différentiel de -10 en défense est le pire de l'équipe. Le second n'a qu'un but en 24 matchs.

Therrien a été loin de leur accorder un vote de confiance, jeudi, en leur préférant le défenseur Andrei Markov au sixième tour de la séance des tirs de barrage.

«Dans les cas d'Eller et de Sekac, ça fait quand même deux mois qu'ils n'ont pas marqué, a réagi Therrien, en pesant chacun de ses mots. J'y suis allé avec des gars qui ont des aptitudes...»

Cela dit, Therrien a avoué que Sekac avait connu un bon match face aux Panthers de la Floride. Le Tchèque recrue crée des occasions, mais il est incapable d'acheter un but dans le moment.

Le masque Carey

Le manque d'attaque de l'équipe, particulièrement depuis le début de 2015, serait un problème criant si ce n'était qu'il est masqué par le brio de Carey Price devant le filet. Qu'il suffise de relever que le CH possède l'une des meilleures fiches de la ligue à l'étranger (17-9-1), malgré un des plus faibles totaux de buts marqués (56).

Dans ses 14 derniers matchs, l'équipe n'a réussi que 33 buts. C'est une moyenne de 2,36 buts par rencontre. Pour les 44 premiers matchs, la moyenne s'établissait à 2,75 buts par rencontre.

Jeudi, Therrien a esquivé la question en insistant sur le fait que ses troupiers avaient fourni l'effort, comme le démontrait leur avantage de 39-21 dans les tirs.

Encore un peu, et le directeur général Marc Bergevin arrivera à la conclusion qu'il a besoin de renfort à l'attaque en vue des séries éliminatoires.

D'ici là, le Canadien, qui était en congé vendredi, pourrait en obtenir avec le retour qu'on croit imminent de Pierre-Alexandre Parenteau. Le vétéran ailier a de nouveau poussé fort sur la patinoire du Complexe sportif Bell, vendredi, en compagnie du préparateur physique Pierre Allard.

Parenteau a rencontré les médecins de l'équipe jeudi soir et il pourrait rejoindre le groupe à l'entraînement dès samedi matin. Il a raté les 15 derniers matchs depuis le 15 janvier en raison d'une commotion cérébrale, sa deuxième en l'espace de quelques semaines.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer