David Desharnais s'approche du plateau des 300 matchs

David Desharnais a récolté 184 points en 297 matchs... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

David Desharnais a récolté 184 points en 297 matchs dans la LNH.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Robert Laflamme
La Presse Canadienne

David Desharnais va bientôt franchir la marque des 300 matchs dans la LNH. C'est 300 matchs de plus que ce que pas mal de monde croyait que l'attaquant de petite taille du Canadien jouerait.

La remarque a fait sourire Desharnais, jeudi, après la séance d'entraînement de l'équipe à Brossard.

> Mathias Brunet: Jaromir Jagr à Montréal pour un petit coup de main?

Le patineur natif de Laurier-Station, âgé de 28 ans, était très au fait qu'il s'approche du plateau qui, quoique modeste, n'a rien d'anodin pour lui.

«Je suis content, mais en même temps ça passe tellement vite. On dirait que je viens d'arriver (dans la Ligue nationale)», a-t-il d'abord mentionné.

«C'est le fun, je veux me rendre à 500 et franchir d'autres centaines, a-t-il ensuite ajouté. Auparavant, je vais savourer ce 300e match-là c'est certain.»

S'il n'est pas blessé, Desharnais le disputera jeudi prochain face aux Sénateurs, à Ottawa.

En 297 matchs, il présente une fiche de 56 buts et de 128 passes pour 184 points. Cette saison, il a 21 points (6-15) en 40 matchs.

Desharnais va compléter, samedi, une première moitié de campagne qui a comporté son lot de défis. Le principal a été, dernièrement, son transfert des positions de centre à ailier gauche à la suite de sa désunion d'avec Max Pacioretty. Une nouvelle affectation dont il s'acquitte avec une étonnante efficience. En sept matchs jusqu'à maintenant, il a réussi deux buts et il montre un différentiel de -1 en défense.

«Je suis satisfait, a-t-il affirmé. J'ai appris depuis longtemps qu'il n'y a jamais rien d'acquis. J'aurai 40 ans et j'évoluerai encore comme personne. J'essaie de retirer le positif des situations, de m'adapter et d'être meilleur. D'être capable de jouer à l'aile, ça fait de moi un joueur complet. J'essaie de m'améliorer.»

Il a admis qu'évoluer en compagnie du vétéran Tomas Plekanec lui facilite la tâche en défense.

«Je sais qu'il est toujours là en défensive de zone, a-t-il soulevé. Si on commet des erreurs, on peut compter sur lui pour les réparer. C'est une source de stress de moins pour moi.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer