• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Marian Hossa serait-il en train de se tailler une place au Temple? 

Marian Hossa serait-il en train de se tailler une place au Temple?

Marian Hossa... (Photo Dennis Wierzbicki, USA TODAY)

Agrandir

Marian Hossa

Photo Dennis Wierzbicki, USA TODAY

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stephen Whyno
La Presse Canadienne

Marian Hossa est ce qui se rapproche le plus d'une légende vivante dans le vestiaire des Blackhawks de Chicago. Ses jeunes coéquipiers ne craignent pas de le qualifier de spécial et de modèle.

«Ça veut dire que je suis plus vieux, estime quant à lui Hossa. Je suis seulement heureux de pouvoir encore jouer.»

Hossa peut encore jouer. Sa constance à chaque extrémité de la patinoire est l'un des éléments-clés qui font en sorte que les Hawks peuvent prétendre aux grands honneurs année après année. Maintenant âgé de 35 ans et avec plus de 1100 matchs au compteur, Hossa est devenu l'un des meilleurs attaquants défensifs de la LNH au sein de ce club mené par Jonathan Toews et Patrick Kane.

«Il vole littéralement en repli. Il y a plusieurs gars qui patinent beaucoup plus vite quand ils attaquant que lorsqu'ils se replient, mais pas lui, note Kane. Il est bon pour soutirer la rondelle à l'adversaire, comme lors des bagarres à un contre un. La plupart du temps, c'est lui qui repart avec la rondelle.

«Il ne semble pas vieillir non plus. Il semble s'améliorer avec les années.»

Il s'agit de la 16e saison complète de Hossa dans la LNH. Il demeure un rouage important des Blackhawks, qui ont remporté la coupe Stanley deux fois en cinq ans et qui visiteront jeudi les Capitals de Washington, lors de la Classique hivernale. Hossa n'a amassé que 0,65 point par match jusqu'ici cette saison, sa plus faible moyenne depuis sa première saison dans le circuit, avec les Sénateurs d'Ottawa. Mais son jeu en défense fait en sorte de priver l'équipe adverse de plusieurs buts.

Ses coéquipiers, actuels ou anciens, ne cessent de s'émerveiller au sujet de ce qu'il peut accomplir dans son territoire, sans la rondelle.

«Il a une glisse puissante, qui le ramène rapidement dans le jeu, explique l'ex-Blackhawk Jeremy Morin, maintenant avec les Blue Jackets de Columbus. Il peut aussi vous soutirer la rondelle très facilement. Il est si fort avec son bâton, qui est toujours en bonne position. Il peut voler la rondelle aux meilleurs de la ligue, c'est certain.»

C'est de cette façon, croit l'ailier des Hawks Brandon Saad, que Hossa a pu transposer la défense en attaque. En 1127 matchs, Hossa a inscrit 472 buts et 547 aides.

Il occupe le 76e rang des marqueurs de l'histoire de la LNH, devant les membres du Temple de la renommée du hockey Pat LaFontaine, Lanny McDonald et Maurice Richard. Il est 52e pour les buts, devant LaFontaine, Doug Gilmour et Pavel Bure, et troisième parmi les joueurs actifs.

Ses statistiques ressemblent à celles de son ex-coéquipier des Sénateurs Daniel Alfredsson, qui a annoncé sa retraite un peu plus tôt ce mois-ci après avoir marqué 462 buts et ajouté 682 aides en 1178 matchs. Mais Hossa est peut-être l'un des joueurs les plus sous-estimés de la LNH et son admission au Temple ne fait pas l'unanimité, plusieurs jugeant qu'il s'agit d'un choix limite.

«Peut-être que j'aurais des statistiques plus intéressantes, mais peut-être que d'autres clubs ne seraient pas intéressés à mes services, dit Hossa. Il y a du pour et du contre là-dedans. Je suis très heureux de la carrière que j'ai eue jusqu'ici.»

Hossa a remporté deux coupes Stanley en plus de participer à deux autres finales. Il a été sélectionné cinq fois pour le match des étoiles, en plus de défendre les couleurs de son pays lors de quatre Jeux olympiques.

Il dispose toujours de six saisons à son contrat, lui dont l'impact sur la masse salariale de l'équipe est de 5,275 millions $ par campagne. La question de son admission ou non au Temple de la renommée n'est donc pas pour tout de suite. Comme il estime avoir été «chanceux» de se rendre à 1000 points, on peut croire que cette question ne le tracasse pas trop.

Hossa a joué de chance, n'étant que très rarement blessé en carrière. Son plus faible total de match au cours d'une saison complète a été de 57, en 2009-10. Cette saison, il bénéficie d'un horaire d'entraînement allégé en raison de son âge et de son expérience, mais ça ne semble pas nuire à son jeu. L'entraîneur-chef Joel Quenneville le qualifie de «grand professionnel» et dit de lui qu'il renforcit le message que la direction veut faire passer aux joueurs.

«Défensivement et offensivement, il jouit d'un excellent processus de prise de décisions, explique Quenneville. Vous pouvez l'utiliser dans toutes les sauces à chaque match et c'est un joueur très utile.»

Avant de se joindre aux Hawks, Hossa a été plus qu'un joueur utile pour les Sénateurs, les Thrashers d'Atlanta, les Penguins de Pittsburgh et les Red Wings de Detroit. Malgré tout, il se peut qu'il ne soit pas encore apprécié à sa juste mesure. Mais pas par les Blackhawks.

«Nous savons certainement à quel point c'est un joueur spécial, qu'il soit reconnu ou non, raconte Saad. C'est assez surréel de voir un gars comme ça toujours actif et toujours être en mesure de faire ce qu'il fait.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer