Nathan Beaulieu transformé

Nathan Beaulieu apporte un élément de vitesse à... (Photo Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

Nathan Beaulieu apporte un élément de vitesse à la ligne bleue du Canadien.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Nathan Beaulieu prend les moyens pour s'incruster parmi les défenseurs attitrés de l'équipe.

Le premier choix du Canadien en 2011 (17e au total) ne joue pas un rôle important pour l'instant, mais, mine de rien, le club montre une fiche de 11-4 lorsqu'il est dans la formation, et de 8-6 lorsqu'il n'y est pas.

Des statistiques sont moins éloquentes pour le vétéran Bryan Allen puisque le club n'a remporté qu'un seul des cinq match auxquels il a pris part.

Beaulieu est un défenseur audacieux qui fait des gaffes à l'occasion, mais il apporte une vitesse intéressante à l'équipe. Avec lui et l'émergence de Jiri Sekac et de Sven Andrighetto, le Canadien, collectivement, est soudainement beaucoup plus rapide.

Michel Therrien remarque un défenseur transformé depuis son retour la semaine dernière: «Il est beaucoup plus confiant depuis son rappel, il prend de meilleures décisions avec la rondelle, a-t-il déclaré, hier, après l'entraînement de l'équipe. J'aime sa mobilité, il joue du bon hockey. On le sent moins hésitant. Souvent, les jeunes joueurs essaient seulement de "survivre", une présence à la fois. Il joue sur les talons. C'est souvent le signe qu'un athlète n'est pas prêt. Quand il joue sur la pointe des pieds, on sent la confiance.»

Si l'on se fie aux combinaisons de Michel Therrien lors de l'entraînement d'hier matin, Beaulieu devrait de nouveau être utilisé avec Tom Gilbert dans la troisième paire de défenseurs du CH, ce soir au Centre Bell, contre les pauvres Hurricanes de la Caroline.

Il s'agissait d'ailleurs des mêmes combinaisons que lors de la victoire de 6-2 contre les Kings de Los Angeles, vendredi dernier. Et après deux victoires consécutives, on ne change pas une «combinaison gagnante», dit l'adage.

Sekac et Andrighetto se retrouveront donc encore vraisemblablement aux côtés de Tomas Plekanec.

Andrighetto, 21 ans, a trois points en trois matchs depuis son arrivée. Sekac, 22 ans, est désormais utilisé à toutes les sauces. Il a obtenu six points à ses huit dernières rencontres.

«Il gagne en confiance, dit Therrien. Lui non plus n'essaie plus de survivre. Il joue mieux depuis qu'on l'a rayé de la formation (à la fin d'octobre). Il avait besoin d'un repos. Le camp des recrues puis le camp d'entraînement avaient été exigeants.»

Heureux problème au centre

Avec le retour prochain de Lars Eller, d'heureux problèmes attendent Michel Therrien et le Canadien, lequel semble avoir surmonté sa première léthargie de la saison.

«Un club n'a jamais trop de défenseurs, comme il n'a jamais trop de joueurs de centre, dit Therrien. Un centre peut être muté à l'aile, tandis qu'un ailier peut difficilement jouer au centre. Nous prendrons des décisions en temps et lieu.»

Le Canadien a longtemps regretté d'avoir échangé Pierre Turgeon contre Shayne Corson, en 1996, pour faire une plus grande place à Vincent Damphousse et à Saku Koivu, croyant ainsi désengorger la position de centre.

Mais avant de penser au retour de Lars Eller, le Canadien doit songer aux Hurricanes de la Caroline, qui, malgré une affreuse fiche et cinq défaites consécutives, peuvent surprendre leurs adversaires.

«Nous avons accordé trop d'espace aux Kings de Los Angeles en zone neutre, vendredi, et il faut resserrer notre défense», a affirmé P.K. Subban, l'un des rares joueurs disponibles pour les médias hier midi. Si on laisse l'adversaire patiner en zone neutre, on risque de se mettre dans le trouble.»

Les astres sont alignés pour le CH. Après seulement 2 matchs en 9 jours, l'équipe est reposée et présente une fiche de 11-3-1 au Centre Bell, tandis que les Hurricanes ont remporté seulement 3 matchs en 17 tentatives à l'étranger cette saison.

_____________________________________________

Vaccin pour tout le monde!

Devant l'épidémie d'oreillons dans la LNH, le Canadien n'a pas pris de risque: tous les joueurs ont reçu un vaccin. «La situation nous préoccupe beaucoup, a dit Michel Therrien. Bryan Allen n'a finalement pas eu le virus, mais nous n'avons rien risqué et il a été mis à l'écart. Il va mieux, aujourd'hui.» Sidney Crosby, Derick Brassard et Beau Bennett sont les plus récentes victimes de ce mystérieux fléau qui touche les clubs de la LNH.

_____________________________________________

Therrien au Temple de la LHJMQ

L'entraîneur du Canadien sera intronisé au Temple de la renommée de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, et il a adressé ses remerciements les plus sentis à Jean-Claude Morissette. «C'est la famille Morissette, avec Jean-Claude en tête, qui m'a donné ma première chance (avec le Titan de Laval).» Le Titan et les Prédateurs de Granby étaient des clubs robustes, et Therrien était un entraîneur actif derrière le banc. Il n'a cependant pas voulu en dire plus. «Autre temps, autres moeurs...», a-t-il lancé avec un sourire en coin.

_____________________________________________

Des Hurricanes à l'agonie

Le DG des Hurricanes de la Caroline doit rêver à Connor McDavid. Rien ne va plus en Caroline. Les blessures, en particulier celle de Jordan Staal, n'aident pas, mais plusieurs joueurs sont aussi en panne. Victime de multiples commotions cérébrales, Jeff Skinner a ralenti avec 14 points en 25 matchs. Grassement payé, Alexander Semin n'a que 6 points en 21 matchs et il se trouve sur la liste des blessés depuis 3 matchs. Le gardien Cam Ward joue un peu mieux, mais il n'a pas retrouvé sa pleine excellence, tandis qu'Anton Khudobin n'est plus que l'ombre de ce qu'il était l'an dernier.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer