• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Kings: Voynov subira un procès pour violence conjugale 

Kings: Voynov subira un procès pour violence conjugale

Slava Voynov... (Photo Nam Y. Huh, archives AP)

Agrandir

Slava Voynov

Photo Nam Y. Huh, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anthony McCartney
Associated Press
Los Angeles

La femme de Viatcheslav Voynov a révélé à la police que le défenseur des Kings de Los Angeles l'avait frappée, étranglée, et poussée contre la télévision de la chambre à coucher au cours d'une bagarre survenue au mois d'octobre, a témoigné un policier, lundi.

Après avoir entendu la description des blessures infligées à la femme de Voynov, un juge a affirmé qu'il y avait assez de preuves contre le joueur pour qu'il subisse un procès sous des accusations de violence conjugale.

Voynov a écouté le témoignage de l'agent Gregory Wiist, de la police de Redondo Beach, avec l'aide d'un interprète russe, mais il n'a pas pris la parole durant les procédures. Il a plaidé non-coupable à une accusation de violence conjugale envers son épouse ayant causé des lésions corporelles, et il comparaîtra à nouveau le 29 décembre.

Ses avocats ont refusé de commenter l'affaire après l'audience de lundi.

M. Wiist a été le seul à témoigner lors de l'audience préliminaire. Il a déclaré que la femme de Voynov lui avait dit qu'elle et son conjoint avaient commencé à se disputer lors d'une fête d'Halloween, le 19 octobre, et que leur dispute s'était poursuivie à leur domicile de Redondo Beach.

M. Wiist a ajouté que la femme de Voynov, Marta Varlamova, lui avait dit que son mari l'avait étranglée à répétition, l'a frappée au visage avant de la pousser contre une télévision. L'appareil a causé une coupure nécessitant huit points de suture au-dessus de l'oeil gauche de Mme Varlamova, a précisé M. Wiist.

«Elle pleurait et sanglotait, a déclaré M. Wiist en décrivant le passage de Mme Varlamova à l'hôpital après l'incident. J'ai vu des larmes couler sur son visage. Elle était très émotive.»

Dans la chambre à coucher du couple, M. Wiist a remarqué du sang sur un édredon et sur le plancher ainsi qu'une empreinte de main ensanglantée.

Mme Varlamova a raconté à M. Wiist que son mari l'avait premièrement frappée au visage lors d'une fête d'Halloween, qui a eu lieu quelques heures après que les Kings eurent remporté un match en après-midi.

Le juge de la Cour Supérieure Hector M. Guzman a rejeté la motion proposée par Me Craig Rentzky, un avocat de Voynov, qui visait à réduire les accusations à un délit mineur ou à rejeter la cause. Pamela Mackey, une avocate de Voynov, a plaidé devant la Cour que Mme Varlamova avait écrit une lettre aux procureurs pour leur dire que ses blessures avaient été causées par accident, mais le juge Guzman n'a pas accepté la lettre comme preuve.

Les avocats de Voynov ont affirmé que Mme Varlamova ne s'exprimait pas bien en anglais, et Me Mackey a demandé à M. Wiist pourquoi il n'avait pas eu recours à un interprète afin de recueillir son témoignage dans sa langue d'origine.

La Ligue nationale de hockey a suspendu Voynov indéfiniment alors que les procédures judiciaires sont en cours.

Les Kings ont reçu une amende de 100 000$ le 2 décembre, lorsqu'ils ont permis à Voynov de s'entraîner avec la formation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer