Le Canadien coulé par un but chanceux des Sabres

Matt Moulson a scellé l'issue du match en... (Photo USA Today Sports)

Agrandir

Matt Moulson a scellé l'issue du match en profitant d'un mauvais bond de la rondelle le long de la rampe.

Photo USA Today Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Buffalo) Le Canadien avait péniblement accouché d'une victoire en tirs de barrage à son passage précédent à Buffalo, le 5 novembre. Il n'allait pas pouvoir se contenter d'une autre performance moyenne face aux Sabres pour l'emporter.

Avec un peu plus d'une minute à faire en troisième période, Matt Moulson a scellé l'issue du match en profitant d'un mauvais bond de la rondelle le long de la rampe. Le disque a bifurqué pour échoir devant le filet de Carey Price, qui était sorti pour aller le récupérer. Une chance qui a souri aux Sabres dans un gain de 2-1.

» Le sommaire du match 

On pourrait voir dans ce jeu purement hasardeux une réponse du destin au coup douteux que venait d'administrer Alexei Emelin à son ancien capitaine Brian Gionta. Le défenseur russe, qui a connu un match difficile, était au cachot pour avoir frappé son ex-coéquipier à la tête avec un coup d'épaule.

Mais de manière générale, le Tricolore s'est brûlé à force de jouer avec le feu. Il a certes dominé ses adversaires en troisième période et a mené quelques salves en première, mais devant un adversaire qui l'avait incité à l'apathie trois semaines plus tôt, on se serait attendu à un effort plus constant. 

Est-ce que ce sont les Sabres qui draînent leurs opposants vers le bas? Est-ce que ce sont les quatre jours de congé qui, au lieu de reposer le Tricolore, lui a plutôt plombé les jambes?

Le trio d'Ennis

Le jeune Zemgus Girgensons expliquait en matinée que les Sabres, maintenant vainqueurs dans quatre de leurs cinq matchs précédents, avaient réduit le nombre de revirements qu'ils accordaient à l'adversaire et avaient haussé leur niveau de robustesse d'un cran dernièrement.

On a été à même de voir l'un et l'autre, vendredi.

Mais surtout, on a vu durant les 40 premières minutes le trio formé de Girgensons, Tyler Ennis et Matt Moulson faire mal paraître les duos défensif Emelin-Gonchar et Allen-Weaver en quelques occasions par son intensité en zone du Canadien. 

Ennis, qui a toujours joué de bons matchs face au Tricolore, 

a lancé les siens en avant avec un but de toute beauté en première période. Sa rapidité lui a permis de déborder Emelin avant de se présenter devant Carey Price. Il a effectué un premier tir que Price a repoussé vers sa droite au moment même où il sautait afin d'éviter d'entrer en contact avec le gardien. Ennis était toujours en déséquilibre lorsqu'il a surpris Price en logeant un tir du revers sans avertissement.

Ce but fait en sorte que les Sabres ont désormais marqué un but de plus que le Canadien en première période cette saison en plus d'en accorder trois de moins. Pourtant de deux équipes qui sont aux antipodes au classement...

Les Sabres ont plus tard profité de la lenteur du duo Emelin-Gonchar lorsque Tyson Strachan a servi une très longue passe à Torrey Mitchell qui a permis à ce dernier de se faufiler entre les deux défenseurs. Emelin a dû écoper d'une punition pour empêcher Mitchell d'effectuer un tir de trop bonne qualité.

En deuxième période, ce fut le tour de Gonchar d'être puni pour avoir accroché parce que ça allait trop vite autour de lui.

Inspiré de Gallagher

Si le Canadien avait dirigé 13 lancers sur Jonas Enroth en première période et forcé ce dernier à s'illustrer en quelques occasions, le deuxième vingt a été plus inquiétant.

Les attaques tricolores étaient rarissimes, les arrêts de jeu étaient en solde - c'était le « Vendredi fou » après tout - et la principale menace est survenue lors d'une supériorité numérique des Sabres au cours de laquelle le CH s'est permis trois tirs de qualité.

Les unités spéciales ont continué de sourire au Canadien en troisième période lorsque Pierre-Alexandre Parenteau a enfin inscrit les siens au tableau lors d'un avantage numérique. Messieurs Desharnais et Sekac piochaient devant le filet d'Enroth et, devant une rondelle momentanément libérée devant le filet, Parenteau a plongé et harponné la rondelle pour s'assurer qu'elle pénètre le filet. 

Un jeu sorti tout droit du best-seller « Le hockey selon Brendan Gallagher ».

Les deux équipes remettent ça ce soir au Centre Bell. Michel Therrien n'a pas voulu dire s'il allait ou non se tourner vers Dustin Tokarski pour que celui-ci effectue sa première présence à domicile de la saison.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer