• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Martin Brodeur semblait à l'aise sous les couleurs des Blues 

Martin Brodeur semblait à l'aise sous les couleurs des Blues

Un mois après le début de la saison,... (Photo Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Un mois après le début de la saison, Martin Brodeur ne s'est toujours pas trouvé du boulot avec une équipe de la LNH.

Photo Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
ST. LOUIS

Martin Brodeur n'a pas semblé trop dépaysé lorsqu'il s'est présenté sur la glace, vendredi, dans son nouvel équipement aux couleurs des Blues de St. Louis.

Après 21 saisons passées dans l'uniforme des Devils du New Jersey, Brodeur avait placé les Blues au sommet de sa liste lorsqu'il est devenu joueur autonome, au cours de l'été.

«En regardant les équipes, je pensais qu'il s'agissait de celle qui s'approchait le plus de ce à quoi j'ai été habitué, du système dans lequel j'ai évolué pendant ma carrière au New Jersey, a déclaré Brodeur vendredi. Tout est arrivé il y a quelques jours à peine. Il n'y a pas de doute que j'ai hâte d'affronter ce défi et de voir où cela va nous mener.»

Brodeur n'était pas prêt à prendre sa retraite à l'âge de 42 ans lorsque les Devils ont décidé de ne pas lui donner de nouveau contrat. Mais il n'a reçu aucune offre jusqu'à ce que le directeur général des Blues, Doug Armstrong, appelle son agent mardi, à la suite de la blessure au bas du corps que s'est infligé Brian Elliott contre les Sénateurs d'Ottawa. Le nom d'Elliott a été placé sur la liste des joueurs blessés et son cas sera réévalué d'une semaine à l'autre.

Brodeur, qui domine la LNH aux chapitres des victoires (688), des matchs joués (1259), des défaites (394) et des blanchissages (124), a participé à la séance d'entraînement matinale, vendredi, à quelques heures du match contre les Oilers d'Edmonton.

«C'était bien. C'était plaisant de retourner sur la glace, c'est sûr. Ça faisait longtemps. Le rythme était bon pour moi. Je sais que ce n'est qu'une séance matinale... J'ai hâte à lundi.»

Armstrong a livré un message clair, cependant : il n'y a aucune garantie que le futur membre de la Temple de la renommée se verra offrir un contrat.

«Il va s'entraîner avec nous pendant environ une semaine, et ensuite, je pense que nous allons prendre une décision, a précisé Armstrong. Il saura où il se situe et nous aurons une chance de travailler avec lui et de décider si nous allons lui offrir un contrat ou non.

«(Brodeur) veut jouer, et il s'est gardé en bonne forme physique, a ajouté Armstrong. Il a patiné au New Jersey.»

Brodeur s'est entraîné avec Scott Gomez, un ancien coéquipier à la recherche d'un poste. L'an dernier, il a affiché un dossier de 19-14-6, une moyenne de buts alloués de 2,51 et un taux d'efficacité de ,901, des chiffres inférieurs à ses statiques de 2,24 et de ,912 en carrière.

«Ce fut une saison difficile pour moi l'an dernier, a reconnu le gardien montréalais. Je me sentais vraiment bien lorsque je gardais les buts, mais je n'ai pas beaucoup eu l'occasion de jouer à la fréquence à laquelle j'étais habitué au New Jersey, ce qui était normal à cause de la présence de Cory Schneider. Ils (les Devils) avaient besoin de lui confier les buts et de lui faire signer un contrat à long terme. Pour moi, il était important de partir.»

Brodeur devrait être à l'aise auprès de l'entraîneur-chef Ken Hitchcock. Les deux hommes ont participé à trois Jeux olympiques ensemble, et à la Coupe du monde de hockey de 2004.

«Il paraît bien, a déclaré Hitchcock. Nous aurons de meilleurs tests lundi et vendredi lorsque nous le ferons participer à une séance d'entraînement complète... Nous verrons comment il sent physiquement après lui avoir fait subir la pression que vous devez supporter dans des situations de matchs.»

Si les Blues offrent un contrat à Brodeur, ce dernier ne jouera pas uniquement le rôle de mentor auprès des jeunes gardiens Jake Allen et Jordan Binnington, qui a été rappelé des Wolves de Chicago de la Ligue américaine de hockey.

«Je n'ai pas besoin de m'appuyer sur lui, a ajouté Hitchcock. Je veux seulement le faire jouer. S'il me dit qu'il est prêt à jouer, je vais le faire jouer... un point c'est tout.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer