Crosby comprend la cible dans le dos de McDavid

Connor McDavid... (Photo Matt Mead, Archives PC)

Agrandir

Connor McDavid

Photo Matt Mead, Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stephen Whyno
La Presse Canadienne
Toronto

Sidney Crosby n'a pas vu le combat au cours duquel Connor McDavid s'est fracturé un os de la main. L'étoile de la LNH comprend quand même ce que c'est que d'avoir la cible du meilleur espoir au niveau junior dans le dos.

«Ce n'est pas toujours facile, a raconté Crosby, jeudi. Et il a été malchanceux. Même si vous parlez aux gars qui se battent régulièrement, ils vont vous rappeler que tout peut arriver pendant un combat et vous devez être prudents.»

McDavid sera sur la touche pour cinq à six semaines après s'être fracturé le cinquième métacarpe de la main droite quand il a frappé le rebord de la bande au cours d'un combat avec Bryson Cianfrone, des Steelheads de Mississauga, mardi dernier.

Même si le propriétaire et directeur général des Otters d'Erie Sherry Bassin se dit «confiant» que son capitaine soit rétabli à temps pour représenter le Canada au Championnat du monde de hockey junior, la période de convalescence de six semaines soulève des doutes. S'il est en santé, McDavid évoluera assurément au sien d'un des deux premiers trios du Canada.

Le président de Hockey Canada, Tom Renney, a déclaré jeudi qu'il était encore trop tôt pour s'inquiéter.

«Je ne pense pas que ce soit utile de créer des attentes, a dit Renney lors d'un entretien téléphonique. Nous connaissons la gravité de la blessure, nous connaissons l'échéancier.

«Nous allons devoir nous pencher sur la question quand le début du tournoi approchera, porter attention à la guérison et demeurer informer afin de prendre la bonne décision au bon moment.»

Crosby, qui a remporté l'or au Championnat mondial junior en 2005, sait que McDavid espère être rétabli à temps. Son conseil pour la jeune sensation de 17 ans? Ne pas s'inquiéter pour rien.

«C'est difficile de ne pas y penser parce que tout le monde vous pose la question, a expliqué Crosby. Les comparaisons, les attentes, et là le mondial junior, ce qui est super. Vous pensez à tout ça parce que c'est important de jouer pour Équipe Canada.»

Crosby a déclaré qu'il ne se souvenait pas s'être battu lors de son séjour avec l'Océanic de Rimouski, dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

«Peut-être un demi-combat, a dit le capitaine des Penguins de Pittsburgh. On m'avait peut-être donné un quatre minutes pour rudesse.»

Avec l'Océanic, Crosby comptait sur des joueurs pour le protéger dans ce genre de situations. Mais ce n'est pas toujours la solution, comme l'a démontré McDavid en jetant les gants.

«Parfois, les émotions prennent le dessus et vous réagissez sans trop réfléchir, a noté Crosby. Je suis certain que ses coéquipiers et ses entraîneurs vont lui dire d'éviter de se battre si possible.»

Mais Crosby a également reconnu que le hockey a changé depuis son temps dans le junior, il y a 10 ans.

«Les gars utilisaient plus leur bâton et leurs bras pour vous ralentir, a dit Crosby. Ça fait neuf ou 10 ans, mais ç'a évolué. Il y a moins de batailles, des choses comme ça.»

Originaire de Newmarket, en Ontario, McDavid domine la Ligue de l'Ontario avec 16 buts et 35 aides en seulement 18 matchs cette saison. À ce rythme, il aurait pu éclipser les 168 points que Crosby avait récoltés à sa deuxième campagne dans la LHJMQ.

Connor Brown, qui joue maintenant avec les Marlies de Toronto dans la Ligue américaine, a dominé la colonne des marqueurs dans l'OHL la saison dernière en évoluant sur le même trio que McDavid. Brown a louangé son ancien coéquipier pour «s'être défendu par lui-même» et a déclaré que même si les Otters comptaient sur des joueurs robustes, il s'agissait d'une réaction émotive dans le feu de l'action.

«Quand vous êtes un joueur comme lui, sous les projecteurs, vous voulez le protéger, a dit Brown. Je suis certain que si quelqu'un d'autre avait pu intervenir, il l'aurait fait. C'est survenu dans le feu de l'action et il a eu l'impression qu'il n'avait pas besoin de quelqu'un d'autre. Et il a été très malchanceux de se blesser.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer