• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Lars Eller: «Pourtant, tout allait bien en séries...» 

Lars Eller: «Pourtant, tout allait bien en séries...»

Lars Eller et Rene Bourque ont connu du... (Photo Robert Skinner, archives La Presse)

Agrandir

Lars Eller et Rene Bourque ont connu du succès ensemble au cours des dernières séries éliminatoires.

Photo Robert Skinner, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a quelques mois à peine, sur la grande scène des séries éliminatoires, Lars Eller et Rene Bourque fonctionnaient à merveille dans le camp montréalais. Le premier récoltait 13 points, le second, 11 points, dont 8 buts.

Puis, plus rien.

Les ennuis du troisième trio ont largement fait jaser chez le Canadien cette saison. Les ennuis et les mauvais résultats aussi: seulement 2 points en 13 matchs pour Bourque et 5 points en 15 rencontres pour Eller, qui a toutefois démontré des signes de vie.

Comment expliquer cette baisse de régime d'un trio en entier, ou presque? En entrevue avec La Presse il y a trois semaines, Bourque affirmait qu'il avait du mal à ajuster son jeu à celui des deux Européens du trio, Eller et Jiri Sekac.

Eller en a vaguement entendu parler. «Il a dit qu'il devait ralentir en arrivant à la ligne bleue? a demandé l'attaquant danois, au fait des déclarations de Bourque à La Presse. Je pense à notre jeu en séries éliminatoires, et pourtant, tout allait très bien à ce moment-là. S'il y a un trio qui ne fonctionne pas, ce sont les cinq joueurs sur la glace qui en sont responsables. Mais des fois, au sein d'un trio, il peut y avoir un manque de cohésion entre les joueurs impliqués. Ça arrive.»

À tout le moins, Eller et Bourque s'entendent sur un point: ce début de saison a été très difficile pour les membres du troisième trio, et il y a eu un effet d'entraînement vers le bas qui a duré un peu trop longtemps.

«Notre trio a eu des obstacles à surmonter depuis le début de la saison, a ajouté Eller. Nous étions dans la colonne des moins, nous avons eu à composer avec notre lot de malchances, nous avons eu des buts qui ont été refusés... Ça finit par peser lourd et ça n'a pas aidé. Rene tentait de conserver la bonne attitude, mais je suis sûr qu'il ressentait un peu de frustration.»

Eller estime que la direction du Canadien voulait un meilleur rendement de la part de Bourque. Des performances magiques comme celles des séries. Pour lui, c'est avant tout ce qui explique le déménagement forcé du vétéran dans la Ligue américaine, chez les Bulldogs de Hamilton.

«Cette ligue est une ligue de résultats, et la compétition y est si intense, a fait savoir le joueur au maillot 81. Si on ne joue pas à notre mieux chaque soir, quelqu'un d'autre va prendre la place. Je souhaite à Rene de pouvoir se trouver une place ailleurs.»

De son côté, Jiri Sekac a bien vu ce qu'un peu tout le monde était en mesure de voir en ce début de saison. Il n'a donc pas été renversé en apprenant le départ de Bourque pour la LAH.

«Notre trio ne fonctionnait pas si bien, a admis le joueur tchèque. Mais c'est le genre de chose qui arrive parfois au hockey. C'est dur de trouver une certaine cohésion au sein d'un trio et c'est normal. Il y a des joueurs avec qui on adore jouer et il y a des joueurs avec qui on n'y arrive pas. Ce n'est pas dramatique et ça arrive. Le hockey, c'est comme ça.»

__________________________________________________

Bowman déjà de retour

Peut-être avant tout par mesure préventive, le Canadien a de nouveau choisi de rappeler Drayson Bowman des Bulldogs de Hamilton. En 11 rencontres cette saison dans la Ligue américaine, l'attaquant américain de 25 ans a récolté un total de 6 points. Rappelons que Bowman avait été rétrogradé dimanche, au lendemain de la victoire du Canadien contre le Wild du Minnesota, quelques heures avant l'annonce concernant Bourque...

__________________________________________________

Le souhait de Sekac

On le sait, Michel Therrien aime bien brasser ses cartes, et on ne sait trop si le troisième trio du club, maintenant composé de Brandon Prust, Lars Eller et Jiri Sekac, va durer. Mais Sekac le souhaite, en tout cas. «Pour nous, c'est encore très tôt, mais disons que ça fonctionne présentement, a dit Sekac. J'espère que ça va fonctionner comme ça encore longtemps.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • La porte reste ouverte pour Rene Bourque

    Hockey

    La porte reste ouverte pour Rene Bourque

    Quand un vétéran se fait remettre un aller simple en direction de la Ligue américaine pour cause de mauvaises performances, c'est généralement le... »

  • Il faut retirer le numéro 17

    Hockey

    Il faut retirer le numéro 17

    C'est avec le Canadien que Rene Bourque a connu ses saisons difficiles dans la LNH. Il n'a que lui à blâmer, dira-t-on, mais Bourque avait été... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer