Rene Bourque au ballottage

Les autres équipes de la Ligue nationale ont... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Les autres équipes de la Ligue nationale ont jusqu'à midi lundi pour réclamer Rene Bourque, sans quoi il sera cédé aux Bulldogs de Hamilton.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À moins d'un spectaculaire revirement de situation, Rene Bourque ne remettra plus jamais le chandail du Canadien de Montréal.

Le Canadien a placé le nom de l'énigmatique attaquant sur sa liste de ballottage, a-t-on appris dimanche en début de soirée. S'il n'est pas réclamé lundi avant midi, Bourque devra se rapporter aux Bulldogs de Hamilton, dans la Ligue américaine de hockey.

Ce développement est le plus récent accrochage entre Bourque et la direction du Canadien, une union qui n'allait visiblement plus durer bien longtemps.

Selon les informations obtenues par La Presse, Bourque, en froid avec l'entraîneur Michel Therrien, aurait lui-même exigé une transaction la saison dernière. La direction montréalaise aurait d'ailleurs tenté de refiler son vétéran mécontent à deux formations de l'Ouest la saison dernière, dont les Coyotes de Phoenix, mais sans succès.

Le clan Bourque, incluant l'agent Ben Hankinson, n'a pu être joint par La Presse dimanche soir.

Avec seulement 2 points en 13 matchs cette saison, et avec un différentiel de -9, Rene Bourque ne répondait manifestement plus aux attentes dans le camp montréalais, et Michel Therrien a choisi de le rayer de sa formation lors des deux derniers matchs.

Au terme de la victoire du Canadien sur les Sabres à Buffalo, la semaine dernière, Therrien n'avait d'ailleurs pas hésité en commentant le retrait de Rene Bourque de sa formation, et a laissé clairement entendre que le vétéran ne répondait plus aux attentes.

«Après les séries (la saison dernière), on souhaitait qu'il débloque, mais ça n'a pas débloqué comme on l'espérait», a expliqué le pilote montréalais.

En entrevue avec La Presse il y a trois semaines, Bourque expliquait qu'il avait du mal à s'ajuster au sein d'un troisième trio formé de deux joueurs européens, Lars Eller et Jiri Sekac.

«C'est un ajustement parce que je dois souvent ralentir en arrivant en zone adverse, a-t-il fait savoir. Eux, ils tentent de patiner est-ouest pour aller le long des bandes. Je dois arrêter à la ligne bleue en attendant qu'ils arrivent. Des fois, la cohésion au sein d'un trio, ça peut prendre du temps.»

À Hamilton, Bourque recevrait son plein salaire, tel que le stipule la convention collective de la LNH, mais cette manoeuvre permettrait au Canadien d'économiser et de retrancher quelque 925 000 $ de sa masse salariale.

Rappelons que Bourque a encore en poche deux ans de contrat à écouler, à un salaire de 2,5 millions de dollars par saison. Mais son impact sur la masse salariale se chiffre à 3,3 millions par saison.

Par ailleurs, le Canadien a confirmé le rappel du défenseur Jarred Tinordi de Hamilton.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer