Gustav Nyquist a repris là où il avait laissé

Depuis le 20 janvier dernier, Gustav Nyquist revendique... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Depuis le 20 janvier dernier, Gustav Nyquist revendique le titre de meilleur buteur de la Ligue nationale, avec 27 réussites en 39 matchs.

Photo André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avant d'affronter le Canadien, hier, les Red Wings de Detroit avaient marqué seulement neuf buts en cinq matchs. C'est peu. Qu'on se le dise, c'est grâce à la défense qu'ils ont pu récolter trois victoires.

Mais sur les neuf buts qu'ils avaient inscrits, l'attaquant Gustav Nyquist en avait quatre à lui seul. C'est beaucoup!

«Il a repris là où il a laissé et c'est crucial pour nous, surtout que le reste de l'équipe a des difficultés à marquer des buts», convient l'ailier Justin Abdelkader.

Il est tout à fait à-propos qu'un porte-couleurs des Wings ne dérougisse pas, et c'est en plein ce qui se passe avec le Suédois de 25 ans. À l'échelle de la LNH, Nyquist est toujours le joueur ayant inscrit le plus de buts depuis le 20 janvier, un fait d'armes qu'il revendiquait déjà la dernière fois qu'il a affronté le Canadien, en mars dernier.

Il en est rendu (avant le match d'hier) à la bagatelle de 27 buts en 39 matchs!

Une nouvelle vague d'attaquants

Nyquist fait partie de cette nouvelle vague d'attaquants des Wings qui ont permis à l'équipe de rester à flot, la saison dernière, alors qu'elle était décimée par les blessures. Riley Sheahan et Tomas Tatar, entre autres, ont profité de l'occasion qui se présentait à eux pour s'implanter dans la LNH.

«L'équipe fait de l'excellent travail pour développer des joueurs, a souligné Nyquist. Plusieurs gars dans ce vestiaire sont passés par Grand Rapids. La Ligue américaine est une bonne ligue pour se développer, et l'entraîneur-chef là-bas (Jeff Blashill) a déjà été un assistant de Mike Babcock avec les Wings. Il sait parfaitement ce sur quoi chacun doit travailler afin d'être prêt pour la LNH.

«Tous ceux qui ont été rappelés l'an dernier ont démontré qu'ils étaient prêts à jouer immédiatement.»

Toute une cure de rajeunissement

Entre le premier tiers de la saison l'an passé et le match d'ouverture cette année, les Wings ont fait place à six nouveaux attaquants. C'est toute une cure de rajeunissement!

«À leur arrivée, ils n'étaient que des jeunes mais aujourd'hui, ce sont des membres à part entière de l'équipe, a indiqué Babcock. Ils doivent continuer à s'améliorer, se montrer tenaces et être compétitifs tous les soirs.

«Il faut aussi qu'on s'occupe mieux de la rondelle. Les jeunes ne s'occupent pas de la rondelle aussi bien que les pros. C'est un processus pour eux de comprendre de quelle façon ils doivent s'y prendre.»

En présence de Nyquist, l'adversaire sait désormais qu'il ne suffira plus de surveiller les vétérans Pavel Datsyuk, Henrik Zetterberg et Johan Franzen pour espérer neutraliser l'attaque des Red Wings.

Pourtant, le principal intéressé ne sent pas qu'il fait l'objet d'une couverture plus étroite cette saison par rapport à l'an passé.

«Je ne porte pas vraiment attention à cela sur la glace, mais si je suis appelé à affronter les meilleurs défenseurs adverses, ça fera juste de moi un meilleur joueur», fait-il valoir.

__________________________________________

Mantha attend...

Les Red Wings ignorent encore à quel moment l'espoir québécois Anthony Mantha, victime d'une fracture au tibia droit à la mi-septembre, sera en mesure de revenir au jeu. L'attaquant de 20 ans est actuellement à Grand Rapids et attend le feu vert des médecins pour recommencer à patiner.

On sait que les Wings sont reconnus pour faire patienter leurs jeunes joueurs longtemps dans la Ligue américaine avant de les rappeler, mais le premier choix de l'équipe en 2013 était si dominant au tournoi des recrues à Traverse City, cet automne, qu'il aurait pu devenir le premier espoir depuis Jiri Fischer, en 1999, à se tailler un poste avec les Wings à l'âge de 20 ans.

«Avant d'être rappelé de Grand Rapids, ce sera à lui de s'illustrer, a confié le DG Ken Holland. Cela dit, Anthony a accompli plus que la majorité des espoirs: il a été joueur de l'année dans la Ligue canadienne, il a marqué 50 buts en moins de 50 matchs et 20 buts en 20 matchs éliminatoires... Disons qu'il nous force à le surveiller d'un peu plus près.»

__________________________________________

Babcock reste muet

L'entraîneur-chef des Red Wings, Mike Babcock, est sans contrat en vue de la saison prochaine et, déjà, les rumeurs voulant qu'il pourrait se retrouver derrière le banc des Maple Leafs en 2015-2016 vont bon train.

En fin de semaine dernière, les Wings ont prévenu les médias de Toronto que Babcock ne répondrait à aucune question à propos de son avenir. Au Centre Bell, hier matin, deux perches lui ont été lancées, mais il a catégoriquement refusé de commenter sa situation.

Babcock ne veut pas devenir une source de distraction, mais son cas génère néanmoins beaucoup de spéculations. L'homme de 51 ans n'entend pas négocier avec le DG Ken Holland durant la saison, de sorte qu'il pourrait bien être, l'été prochain, la personne la plus intéressante sur le marché de l'autonomie!

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer