Jiri Sekac avait vu juste

Jiri Sekac a joué cinq matchs préparatoires avant... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

Jiri Sekac a joué cinq matchs préparatoires avant d'obtenir la confirmation des dirigeants du Canadien qu'il amorcerait la saison à Montréal.

Photo Martin Chamberland, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jiri Sekac est arrivé ici il y a quelques semaines avec l'intention d'avoir un maillot tricolore sur le dos le 8 octobre, au Centre Air Canada. Eh bien, c'est réussi.

Sans surprise, le Canadien a confirmé la place de Sekac dans sa formation. Ça signifie que le joueur de la République tchèque pourra donner ses premiers coups de patin dans la Ligue nationale de hockey dès ce soir, quand le club montréalais affrontera les Maple Leafs à Toronto au Centre Air Canada.

Pour Sekac, ce sera assurément un grand moment. Il fallait d'ailleurs le voir, hier à Brossard: il affichait un sourire gros comme ça dans le vestiaire et a prononcé les mots «comme un rêve» au moins 15 fois en 2 minutes.

Sekac, rappelons-le, a dit oui au Canadien après avoir été courtisé par une douzaine de clubs, l'été dernier. Il avait alors expliqué que c'est avec le Canadien que ses chances de jouer dans la LNH étaient les meilleures.

Faut croire qu'il avait vu juste.

«J'espérais pouvoir obtenir un poste avec l'équipe, a précisé l'attaquant. C'est ce que je voulais, c'est ce que je souhaitais. C'est incroyable ce qui m'arrive, je ne suis plus capable d'attendre...»

Sekac fera partie du troisième trio du Canadien ce soir et patinera aux côtés de Rene Bourque et Lars Eller. Le joueur danois est d'ailleurs impressionné par Sekac et par l'immensité de son talent.

«Il a de la vitesse et il a des habiletés aussi, a indiqué Eller. Il est habitué aux plus grands espaces des arénas d'Europe, mais je crois qu'il va s'ajuster assez vite à la dimension des patinoires par ici. Moi, j'ai eu à m'ajuster en arrivant en Amérique, mais j'avais seulement 20 ans. Lui, il arrive ici à 22 ans. Pour un joueur de hockey, la différence entre 20 ans et 22 ans est énorme. À 20 ans, tu n'es qu'un jeunot, mais à 22 ans, tu es jeune. Ce n'est pas tout à fait la même chose. Il a joué avec des professionnels en Europe et il est prêt.»

Le principal intéressé ne croit pas non plus qu'il aura à s'ajuster au style de jeu nord-américain, même s'il a passé les trois dernières saisons à s'élancer sur les grandes glaces de la KHL.

«Je n'aurai pas besoin d'une période d'ajustement... J'ai déjà eu l'occasion de participer à des matchs préparatoires depuis que je suis ici avec l'équipe. J'ai déjà commencé à m'habituer un peu au style de jeu de la LNH et ce ne sera pas un problème pour moi.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer