• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > De jeunes hockeyeurs de l'Arizona inspirés par les Coyotes 

De jeunes hockeyeurs de l'Arizona inspirés par les Coyotes

La présence des Coyotes en Arizona n'est pas... (PHOTO DARRYL WEBB, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

La présence des Coyotes en Arizona n'est pas étrangère à l'épanouissement de deux jeunes hockeyeurs originaires de cet État invités au camp de développement de l'équipe américaine des moins de 20 ans.

PHOTO DARRYL WEBB, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Coyotes de l'Arizona ne font peut-être pas courir les foules. Du moins, ailleurs qu'au conseil municipal de Glendale, diront les mauvaises langues.

Ça n'empêche pas le parent pauvre de la Ligue nationale de commencer, très tranquillement, à ajouter son empreinte sur le hockey américain.

Au camp de développement de l'équipe américaine des moins de 20 ans, cette semaine à Lake Placid, on comptait deux joueurs non seulement nés en Arizona, mais qui ont même joué leur hockey mineur dans le désert.

D'une part, il y a Brendan Burke, fils de l'ancien gardien des Coyotes Sean Burke. D'autre part, peut-être plus impressionnant encore parce qu'il ne vient pas d'une famille de hockey, il y a Auston Matthews, jeune attaquant prodige qui pourrait faire partie des premiers joueurs réclamés au repêchage de 2016.

Le rôle des Coyotes

À écouter parler les deux jeunes hommes, on comprend vite que la présence des Coyotes n'est pas étrangère à leur développement.

«Mon oncle a des abonnements de saison pour les matchs des Coyotes depuis que j'ai 2-3 ans, donc il nous emmenait aux matchs, mon père et moi, raconte Matthews, le plus jeune joueur au camp américain, à 16 ans. Je suis tombé amoureux de ce sport, j'ai commencé à jouer à cinq ans et tout est parti de là.»

Le rôle des joueurs des Coyotes - actifs ou retraités - n'est pas négligeable non plus. Brian Savage racontait récemment qu'il était entraîneur pour ses trois fils. Matthews dit avoir eu Claude Lemieux comme entraîneur pendant deux saisons. Burke a eu son père, de même que Jocelyn Lemieux et Ulf Samuelsson, parmi ses entraîneurs.

Sans oublier l'importance des Coyotes dans la construction d'arénas.

«Je jouais là où les Coyotes s'entraînaient, c'était donc de très bonnes installations, des patinoires de qualité. C'est simplement qu'il n'y en a pas autant qu'au Minnesota», enchaîne Burke, un gardien repêché au 163e rang en 2013, justement par les Coyotes.

En chiffres

Les chiffres donnent raison à Burke. Le site internet de l'Association de hockey amateur de l'Arizona répertorie neuf patinoires, dans un État où on comptait 4860 joueurs en 2013-2014, selon USA Hockey.

En proportion du nombre d'habitants, l'Arizona vient au 33e rang des États américains, à 0,7 joueur par 1000 habitants. Il se retrouve évidemment devant des États comme le Mississippi (0,07 pour 1000) et la Louisiane (0,1), mais aussi devant des États qui abritent des équipes de la LNH, comme le Texas (0,5), la Floride (0,6), la Caroline-du-Nord (0,6) et le Tennessee (0,5).

Dans une région où le hockey vient loin dans la hiérarchie des sports populaires, ce bassin de quelque 5000 joueurs ne suffit pas pour évoluer à un haut niveau. Les tournois se déroulent donc dans les marchés plus traditionnels, si bien qu'il faut prendre l'avion pour s'y rendre.

Matthews soutient qu'il avait «7 ou 8 ans» la première fois qu'il a pris l'avion pour jouer au hockey.

«Je jouais dans la Midwest League, raconte Burke. C'était compliqué de faire venir les autres équipes, donc on se déplaçait, on prenait l'avion pour aller au Michigan, au Minnesota. Malheureusement, c'est très cher et certains enfants ne peuvent pas se le permettre. Il y a des bourses pour aider ceux qui ont moins de moyens. Le coût du transport demeure le grand obstacle du hockey en Arizona.»

Ils tiennent aux Coyotes

Après que des irrégularités eurent été mises au jour sur l'entente pour garder l'équipe en Arizona, l'avenir à moyen terme des Coyotes dans la région est de nouveau menacé. Burke et Matthews en sont bien conscients.

«Ça me brise le coeur, c'est l'équipe que j'ai appris à aimer en grandissant, donc j'espère vraiment que ça va se régler», mentionne Burke.

«En restant là, ça va encourager les enfants à continuer à s'inscrire. J'aimerais vraiment qu'ils restent. Ce serait important pour le hockey», soutient Matthews.

Hockey amateur aux États-Unis

(Nombre de joueurs par État, par 1000 habitants)

  • Alaska : 11,5
  • Minnesota : 10,1
  • Dakota-du-Nord : 7,7
  • Vermont : 7,6
  • Massachusetts : 7,2
  • Arizona : 0,7
  • Hawaii : 0,01 (19 joueurs pour 1,4 million d'habitants)




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer