Comme un vent d'ouest

Plusieurs fois cette année le Canadien a trouvé un moyen de gagner, ou à tout... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plusieurs fois cette année le Canadien a trouvé un moyen de gagner, ou à tout le moins d'aller chercher un point. Mais il n'y a pas eu de vol face aux Blue Jackets de Columbus, jeudi. La meilleure équipe sur la glace a gagné, un point c'est tout.

Avant le début de la saison, tout le monde redoutait l'arrivée des Red Wings de Detroit dans l'Association Est, mais on vous annonce que le style de jeu des Blue Jackets de Columbus - qui misent sur une dangereuse combinaison de vitesse et de robustesse - finira par faire des dommages dans sa nouvelle association. C'est un style qui rappelle d'ailleurs celui des formations de l'Ouest et qui cause si souvent des ennuis au Canadien.

« Notre identité est celle d'une équipe physique et lourde, expliquait en matinée l'entraîneur-chef Todd Richards. Finir nos mises en échec fait partie de notre jeu, car on doit gagner nos batailles à un contre un et prendre le contrôle de la zone neutre si l'on veut gagner. »

C'est en plein ce qu'ont fait les Blue Jackets, et ce, dès la première période. Le CH avait pris l'habitude d'amorcer ses matchs en force dernièrement, mais ils se sont assurés de donner le ton.

On entend souvent qu'une équipe qui récolte plusieurs mises en échec pourchasse la rondelle. Or, malgré 20 mises en échec au premier vingt, ce sont les Blue Jackets qui menaient en possession de rondelle. Et c'est devenu encore plus évident en deuxième période. Bref, une domination sans appel.

Le Tricolore s'est mis dans le pétrin en n'ayant pas un bon contrôle de son bâton, mais les visiteurs, par leur vitesse et leur pugnacité en échec avant, ont souvent mis le CH à la traîne.

Le résultat, ce sont ces huit infractions que le Canadien a dû écouler afin de ne pas sombrer. Encore heureux que Carey Price ait été au sommet de son art et que l'unité d'infériorité ait limité les Blue Jackets à 13 lancers en 15 : 10 minutes.

Mais le sous-produit d'un tel match, c'est que des joueurs comme Brendan Gallagher (13 : 00) et Max Pacioretty (14 : 45) n'ont pas pu jouer autant qu'à l'habitude.

Jarred Tinordi disputait une bonne rencontre et il était l'un de ceux qui, justement, avaient collaboré à l'efficacité de l'équipe en infériorité. Malheureusement, son revirement coûteux en fin de rencontre pourrait lui valoir une visite sur la passerelle, samedi à Toronto. Michel Therrien, en tout cas, pourrait y voir l'occasion parfaite de réinsérer Douglas Murray dans la formation face aux robustes Leafs.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Le CH débordé par la rapidité des Blue Jackets

    Hockey

    Le CH débordé par la rapidité des Blue Jackets

    Le directeur général des Blue Jackets de Columbus, Jarmo Kekalainen, nous avait prévenus la veille: on n'avait encore rien vu de l'immense potentiel... »

  • L'éclosion de Ryan Johansen

    Hockey

    L'éclosion de Ryan Johansen

    C'est le quatrième choix total au repêchage de 2011 et il est le premier marqueur des Blue Jackets de Columbus. Si le nom de Ryan Johansen n'est pas... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:4273453:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer