ANALYSE

Flames-Canadien: seuls les deux points comptent

Carey Price a distribué les rondelles après avoir... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Carey Price a distribué les rondelles après avoir été élu la première étoile du match. Le gardien du Canadien a repoussé les 27 tirs des Flames.

Photo André Pichette, La Presse

À nos yeux de simples observateurs, ce qu'on a vu hier soir au Centre Bell est le genre de match qui ne se retrouvera jamais sur une compilation DVD. Mais aux yeux de l'entraîneur montréalais, ça ressemblait à quelque chose comme un match parfait.

«J'ai aimé la façon dont notre équipe s'est comportée», a résumé d'une seule phrase Michel Therrien après le dernier coup de sirène.

On l'a déjà écrit dans cet espace, mais faisons-le une fois de plus: pour avoir du succès, le Canadien doit être le club que l'on a vu hier soir. Un club prudent, fort sur le plan défensif, et patient aussi. Tant pis si c'est mauvais pour le spectacle.

Comprendre par là que l'équipe montréalaise n'a pas le talent pour rivaliser avec les formations de pointe et que ses chances de succès dépendent de son aptitude à limiter les chances de l'adversaire. Les 2-0 comme hier soir, c'est à la fois long et interminable, et peut-être même pire, mais ça donne aussi deux points au classement.

Pour ce Canadien-là, qui aura sans doute à se battre jusqu'à la fin pour une place en séries éliminatoires, les deux points, c'est pas mal tout ce qui compte. Au diable le style.

L'autre élément d'importance, c'est bien sûr le jeu du type qui est devant le filet, et hier soir, Carey Price a été solide. C'est vrai que l'attaque des Flames de Calgary n'a rien à voir avec celle des Penguins de Pittsburgh, comme on a très bien pu le constater. Tout de même, Price a dit non au moindre tir ennemi, et c'est ce qu'il faut retenir.

À l'image des Flames, le Canadien n'est pas non plus une puissance offensive, et Carey Price le sait très bien. Il sait aussi que son club n'a aucune chance de gagner, ou presque, quand il n'affiche pas sa forme des beaux jours devant le filet.

Le Canadien est maintenant à deux matchs de la pause olympique. Pour le moment, ce que l'on sait, c'est que ce club demeure fragile et imprévisible, capable du meilleur comme du pire.

En tout, des dépisteurs de 14 équipes de la LNH étaient présents hier soir au Centre Bell, ce qui alimentera bien sûr la machine à rumeurs. On devrait savoir très bientôt si Marc Bergevin va se contenter de ce qu'il a sous la main, se contenter de Dale Weise comme nouveau visage. Ou bien s'il va tenter quelque chose de plus spectaculaire.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Le Canadien éteint les Flames

    Hockey

    Le Canadien éteint les Flames

    Le Canadien a joué avec le feu devant les Flames de Calgary. Il a manipulé la rondelle comme une patate chaude pendant une bonne partie de la soirée,... »

  • Mike Cammalleri renoue finalement avec le CH

    Hockey

    Mike Cammalleri renoue finalement avec le CH

    Étrange qu'il ait fallu tout ce temps pour que Mike Cammalleri retrouve le Canadien sur sa route. »

  • Dale Weise, jeté dans le cirque médatique

    Hockey

    Dale Weise, jeté dans le cirque médatique

    Dale Weise n'aura pas eu beaucoup de temps pour apprendre à connaître ses nouveaux coéquipiers du Canadien de Montréal. »

  • Le Canadien soutient 28 jeunes athlètes

    Hockey

    Le Canadien soutient 28 jeunes athlètes

    Le Canadien a procédé hier à sa septième remise annuelle des bourses pour la Fondation de l'athlète d'excellence. Depuis 2011, il investit dans cette... »

la liste:123302:liste;la boite:4317250:box

Rondelle libre>

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer