Steve Bégin: envers et contre tous

Steve Bégin avait un rêve, celui de jouer... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Steve Bégin avait un rêve, celui de jouer dans la Ligue nationale. Malgré toutes les embûches qui se sont dressées devant lui, il peut maintenant dire mission accomplie.

Photo André Pichette, La Presse

Steve Bégin a annoncé sa retraite du hockey il y a quelques semaines. Il n'y a pas eu de conférence de presse. La nouvelle n'a pas fait les manchettes. Vrai, il n'était pas un Wayne Gretzky. Mais Steve Bégin, c'est plus que des statistiques. Il y a l'histoire de ce jeune qui a grandi dans la pauvreté. Il y a son père alcoolique. Il y a ce rêve de jouer dans la Ligue nationale envers et contre tous.

Steve Bégin avec le Canadien en 2008.... (Photo Bernard Brault, archives La Presse) - image 2.0

Agrandir

Steve Bégin avec le Canadien en 2008.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

LE RÊVE

Un soir de 1990, à Trois-Rivières. Un dépanneur. Steve Bégin s'achète des chips, une barre de chocolat et une boisson gazeuse. Ce sera son souper. Comme souvent, son père n'est pas à la maison pour lui faire à manger.

Le caissier inscrit les achats sur un morceau de papier, le compte de son père, qu'il devra payer à la fin du mois avec l'argent de l'aide sociale. Le petit Steve ouvre la porte et sort. Il marche jusque chez lui, jusqu'à l'entrée d'un des nombreux HLM du quartier La Pierre, un secteur défavorisé de Trois-Rivières. C'est là qu'il habite avec sa soeur et son père depuis que ses parents se sont séparés quand il avait 1 an.

La Pierre, son école, ses rues et ses parcs, c'est le monde du jeune Steve Bégin. Il ne voyage pas. Son père n'en aurait pas les moyens; il vit des jobines et de l'aide sociale. Il est aux prises avec des problèmes d'alcool*. Plusieurs des petits voisins de Steve passeront toute leur vie dans ce quartier, pris dans le cycle du chômage et de la pauvreté.

Mais Steve Bégin a un plan. Pour les adultes qui l'entourent, c'est un plan un peu fou. «N'oublie jamais que juste 1% des joueurs se rendent à la Ligue nationale, et encore! T'es mieux de continuer à étudier», lui a déjà lancé un enseignant.

Bégin ne veut rien entendre. Le hockey, c'est toute sa vie.

Il avait 6 ans quand il a joué pour la première fois. Son père était un fan fini du sport. Avec le peu d'argent qu'il avait, il lui a acheté un équipement usagé de la défunte marque Cooper.

Vite, le jeune garçon a montré son potentiel. Steve Bégin était l'un des meilleurs joueurs chez les pré-novices. Il enfilait les buts avec facilité. Il disputait ses matchs, rentrait chez lui, et allait jouer au hockey dans la rue, dans le sous-sol, n'importe où. «Je faisais rien que ça», se souvient-il.

Il suivait la LNH assidûment. Durant les séries, il noircissait un tableau avec le pointage des matchs, toujours plus à droite sur le morceau de papier, jusqu'à la précieuse Coupe Stanley. Sur les murs de sa chambre étaient épinglées des affiches à la gloire de Wayne Gretzky, de Mario Lemieux et de Mark Messier.

Son père lui parlait plutôt de Bob Gainey et de Dale Hunter. «Des marqueurs, il y en a à la pelletée mon gars, lui répétait-il. La LNH a besoin de travaillants, de gars qui dérangent, de petites pestes.»

Dès son plus jeune âge, on doutait de lui. Il était petit; «chicot», dans ses propres mots. «Moi, ç'a toujours été «Il ne passera pas au niveau suivant» », rappelle Bégin.

À 13 ans, au moment de passer bantam, on prédisait sa déconfiture. Cette année-là étaient introduites les mises en échec. « J'étais haut comme trois pommes. Ils disaient: "Il ne passera jamais, là ça commence à frapper, c'est une autre affaire." Ça me motivait, ça m'enrageait. Je suis devenu un de ceux qui frappaient le plus souvent, le plus fort.»

Lui qui marquait des points par dizaines novice et pee-wee a vu sa production offensive ralentir. Il a cessé de rêver à Gretzky et Lemieux, davantage à Gainey et Hunter. Il a changé son style de jeu, est devenu un joueur besogneux, le premier à se lancer devant les rondelles, à foncer dans les coins de la patinoire.

«À partir de bantam, j'ai toujours joué comme ça. Je n'avais pas peur de frapper. J'allais dans le tas. Je m'enlignais toujours sur les plus gros. Je voulais passer au travers. Je frappais pour faire mal. Novice, atome, pee-wee, je marquais des buts. Mais j'ai accepté de changer mon rôle quand j'étais jeune. Bantam, je commençais à être chien, chien avec mon hockey.»

Un jour, il a dit à son père qu'il ne voulait pas devenir comme lui. «Ce n'était pas méchant, je l'aime mon père, il m'a élevé, il m'a encouragé et il m'a toujours soutenu, dit-il. Mais je voulais que mes enfants ne manquent jamais de rien. Il a compris ce que je voulais dire.»

Le jeune Steve a su très tôt qu'il voulait une famille. Il a passé trop de soirées à manger seul ses chips en buvant sa boisson gazeuse. Il voulait un jour se retrouver autour d'une table avec une femme et des enfants. «Je l'ai su très tôt que je voulais une famille, vers 12 ans», dit-il.

Mais il fallait avant tout réussir dans le hockey. On dit que c'est un sport de riches. On dit que c'est un sport de grand costaud. Steve Bégin n'était ni l'un, ni l'autre.

Mais le jeune avait du coeur.

* Son père ne boit plus depuis 12 ans et en est très fier, précise Bégin.

________________________________________________________________________

Nommé capitaine en 1998, Steve Bégin soulève la... (Photo Andy Klink, fournie par les Foreurs de Val d'Or) - image 3.0

Agrandir

Nommé capitaine en 1998, Steve Bégin soulève la Coupe du Président, remise chaque année à l'équipe championne de la LHJMQ.

Photo Andy Klink, fournie par les Foreurs de Val d'Or

LA DERNIÈRE TOURBE

«Il ne fera jamais midget AAA.»

Cette phrase-là, Steve Bégin l'a souvent entendue. À 15 ans, il n'a pas réussi à faire mentir ses détracteurs. Il lui a fallu attendre un an de plus pour rejoindre les Estacades de Cap-de-la-Madeleine de la ligue Midget AAA. Un an de retard sur le chemin des pros.

Il arrivait un peu par la porte d'en arrière. Mais c'est cette année-là, en 1995 alors qu'il avait 16 ans, que les choses se sont débloquées pour lui.

«Steve a grandi dans un quartier où les problèmes se réglaient souvent à coup de claques sur la gueule, se rappelle son entraîneur de l'époque, Alain Groleau. Je ne sais pas si ça l'a endurci. Ce que je sais, c'est que j'ai rarement vu un joueur avec autant de détermination.»

Steve Bégin n'était pas le plus talentueux des joueurs des Estacades. Il n'était pas le meilleur marqueur de l'équipe ni le meilleur fabricant de jeux. Mais aucun ne jouait avec plus d'intensité.

Au début de l'année 1995 se préparait le camp d'Équipe Québec en vue des Jeux du Canada. Normalement, Steve Bégin n'aurait pas été invité. Mais Alain Groleau n'a pas cessé de vanter son joueur à l'entraîneur-chef de l'équipe québécoise, le bouillant Richard Martel. Bégin a été invité au camp.

«Habituellement, les joueurs Midget qui se rendent au camp avec des joueurs repêchés chez les juniors sont intimidés. Steve Bégin, lui, était remarquable. Il était intense. Il n'était vraiment pas impressionné», se souvient Martel, joint en Suède où il entraîne depuis deux ans le club de Visby Roma.

«Aux Jeux du Canada, on jouait contre de grosses équipes de l'Ouest, se rappelle Alain Groleau. Et lui, peu importe le gars qui était devant, il rentrait dans le coin à cent à l'heure avec l'air de dire "Tassez-vous de là, c'est ma rondelle".»

Steve Bégin s'est taillé une place avec l'équipe de justesse. Il a commencé sur le quatrième trio. Il a fini sur le premier.

«Partir de Trois-Rivières»

Bégin attendait maintenant le repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) avec impatience. Il n'était pas l'un des meilleurs espoirs. En fait, il pensait sortir au troisième tour. «Je me disais que peu importe à quel rang j'allais me faire repêcher, j'allais me rendre au camp et je n'allais pas leur laisser le choix de me garder.»

Pour lui, l'important était «de sortir de Trois-Rivières». De voir du pays.

Durant l'été, des recruteurs l'appelaient.

«Toi, tu frappes, lui disaient-ils. Mais rendu junior, devant des gars de 19, 20 ans, presque des hommes, qu'est-ce que tu vas faire?

- Plus c'est gros, plus ça fait du bruit quand ça tombe, leur répondait Bégin.

- Et les bagarres? Vas-tu te battre?

- S'il le faut, ben oui!

Cet été-là, Richard Martel est devenu entraîneur des Foreurs de Val-d'Or. Il avait adoré Bégin.

Au repêchage, il est parti le premier de son équipe devant les trois joueurs qui étaient censés être choisis avant lui-, au 16e rang au total.

Le jeune du quartier La Pierre allait enfin voir du pays. Il partait pour Val-d'Or.

Au camp d'entraînement des Foreurs, Bégin a fait ce que Bégin savait faire. Il s'est battu contre plus costaud que lui, il a bloqué des tirs, il a harassé les défenseurs adverses.

«C'était impossible de ne pas prendre Steve Bégin après son camp d'entraînement. Un entraîneur qui veut gagner ne peut pas ne pas être touché par un joueur comme lui, explique Richard Martel. C'est un joueur qui voulait tellement gagner.»

À son arrivée à Val-d'or en 1995, Steve... (Photo Andy Klink, fournie par les Foreurs de Val d'Or) - image 4.0

Agrandir

À son arrivée à Val-d'or en 1995, Steve Bégin a gagné rapidement la confiance de son entraîneur Richard Martel.

Photo Andy Klink, fournie par les Foreurs de Val d'Or

Martel le place sur une courte liste de joueurs capables de confondre les sceptiques grâce à une détermination hors du commun. «J'en ai eu d'autres, comme Éric Landry, Antoine Roussel... Mais ils sont rares ces gars-là. Je les compte sur les doigts d'une seule main», dit-il.

Intensité, détermination, fougue, confiance, courage, énergie... Martel n'a que de bons mots pour Bégin. Pas pour rien qu'il en a fait son capitaine. Il rêvait de le voir un jour soulever la Coupe du Président, remise chaque année à l'équipe championne en LHJMQ. Bégin l'a soulevée en 1998.

«Je suis fier d'avoir dirigé ce gars-là. J'étais fier de me présenter sur une patinoire adverse avec un capitaine comme Steve Bégin. C'est spécial. Je me sentais solide, peu importe contre quelle équipe on jouait, se rappelle Martel. C'est un joueur qui essayait n'importe quoi pour sortir l'équipe d'une mauvaise passe. Pour un entraîneur, c'est extraordinaire.»

Après sa première saison avec les Foreurs, Steve Bégin est retourné à Trois-Rivières. Comme tous les étés, il a travaillé avec son père qui était paysagiste à ses heures.

Cinq jours avant le repêchage de la LNH, il posait de la tourbe au centre-ville.

«J'ai dit à mon père: "checke-moi bien, ça, c'est la dernière tourbe que je déroule. Plus jamais je vais faire ça, je m'en vais dans la Ligue nationale. Je m'en vais me faire repêcher." Je venais d'avoir 18 ans.»

«Mon père m'a dit: "Je te le souhaite"», se souvient Bégin.

Quelques jours plus tard, à St. Louis, un représentant des Flames de Calgary s'est levé au 40e rang du repêchage et a commencé sa phrase en massacrant la langue de Molière: «From les Foreuws de Val-d'Ow... Steeeve Bigeen.»

________________________________________________________________________

Steve Bégin n'était certainement pas le plus gros... (Photo Bernard Brault, archives La Presse) - image 5.0

Agrandir

Steve Bégin n'était certainement pas le plus gros des attaquants, mais il ne reculait devant personne.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

AU BOUT DE SON CORPS

«Je pensais ne jamais être pris en deuxième ronde. Un joueur comme moi!»

Mais même passée l'épreuve du repêchage, les premières années de Steve Bégin dans la LNH n'ont pas été faciles. «J'ai joué trois ans up and down», se souvient-il. Trois ans à douter.

Mais il a finalement fait sa place. Lors de la saison 2001-2002, il a joué 51 matchs avec les Flames. Il a récolté sept buts et cinq passes. Ce sont les statistiques d'un «grinder» et Steve Bégin le reconnaît. Mais à 5'11 et 195 livres, il n'avait pas le physique de l'emploi.

«Il allait au-delà de ce que lui permettait son corps. Ça explique beaucoup ses nombreuses blessures, croit Richard Martel. Il travaillait comme un gars de 6'4 et 215 livres. Tout le temps, tout le temps, tout le temps... Je n'ai jamais vu ce gars-là reculer sur une patinoire, jamais; que ce soit devant le filet ou dans les coins.»

Au printemps 2003, il est échangé aux Sabres, qui le soumettent au ballotage. Il est réclamé par le Canadien. «C'est à Montréal que ma carrière a pris son envol», dit-il.

Au départ inquiet de venir dans la gueule du loup, il a vite trouvé ses marques. Les partisans l'aimaient. Les membres des médias le respectaient. Il a bâti sa réputation non pas à force de buts, mais plutôt de gestes qui, comme le soulignait l'entraîneur de l'époque, passent parfois inaperçus. «Son nom n'est pas souvent sur la feuille de pointage, mais son apport est reconnu dans le vestiaire», commentait Claude Julien.

Steve Bégin, le lendemain du match éliminatoire contre... (Photo Bernard Brault, archives La Presse) - image 6.0

Agrandir

Steve Bégin, le lendemain du match éliminatoire contre les Bruins de Boston durant lequel il laissera quatre dents sur la patinoire... et héritera d'une cicatrice au menton.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

Le 17 avril 2004, lors des séries éliminatoires contre les Bruins, Bégin a marqué l'imaginaire du public québécois. Une mise en échec ratée sur Patrice Bergeron l'a envoyé la face la première sur la bande. Sous la force de l'impact, les dents ont déchiré sa lèvre et sa mâchoire. Il crachait du sang. La blessure l'a privé de 4 dents et gratifié de 50 points de suture. Bégin ne pensait qu'à revenir au jeu: «Grouillez-vous», exhortait-il les médecins. Il est réapparu sur la glace en troisième période...

«C'est juste des dents. C'est loin du coeur», disait Bégin aux journalistes quelques jours après l'incident.

La retraite

Mais son style de jeu lui a laissé des séquelles. «Il fallait que j'aille au max tout le temps», analyse-t-il aujourd'hui. Il admet avoir souvent joué blessé.

Il y a eu les commotions cérébrales. Une fois, lors d'un long voyage dans la Ligue américaine, il a été sonné. Une commotion cérébrale évidente. «Le soigneur m'a mis un sac de glace sur la tête et m'a donné deux Advil. C'est comme ça qu'ils traitaient les commotions. J'ai joué de même tout le voyage. Des fois, j'étais sur la glace et je ne voyais plus rien. La lumière m'aveuglait. Je devais m'accoter, je tombais.»

Puis, il y a eu une blessure à l'épaule qu'il a traînée cinq ans. L'épaule se déboîtait sans arrêt, mais il n'a rien dit à personne. «Si je l'avais dit, je n'aurais peut-être pas été le joueur que j'ai été, je n'aurais peut-être pas été jusqu'au bout, dit-il. J'ai fermé ma gueule, j'ai joué par-dessus des blessures.»

Mais qui vit par l'épée périt par l'épée; c'est finalement une blessure qui est venue à bout de lui. Il s'était fait mal au dos pendant son passage à Montréal. La hanche a compensé. À un moment, les douleurs sont devenues insupportables. Il a subi une opération en 2012. Il a manqué la saison en entier. Il croyait bien que c'en était fini de lui.

Les 36 matchs qu'il a disputés avec les... (Photo Larry MacDougal, archives PC) - image 7.0

Agrandir

Les 36 matchs qu'il a disputés avec les Flames de Calgary au retour du lock-out en 2012 auront été la plus grande fierté de Steve Bégin.

Photo Larry MacDougal, archives PC

Puis, Bob Hartley l'a invité au camp des Flames. Il s'est défoncé, comme d'habitude. On l'a retenu avec l'équipe et il a joué toute la saison dernière. Cette saison en prime, c'est aujourd'hui sa plus grande fierté.

Au camp d'entraînement à la rentrée, un incident a ravivé sa blessure à la hanche. Le 15 janvier dernier, le diagnostic du médecin est tombé comme un couperet: sa saison était finie et il devait se faire opérer. Quelques jours après ça, Steve Bégin a annoncé sa retraite définitive du hockey à l'âge de 35 ans.

On estime que le quart des joueurs sélectionnés au deuxième tour du repêchage vont atteindre le plateau des 200 matchs dans la LNH. Steve Bégin en a disputé 524.

«Je n'ai aucun regret. Je pense que je suis allé au bout de mon corps», dit-il.

Non, il n'a pas été un Wayne Gretzky. Il n'a pas été tout à fait un Bob Gainey non plus. Mais il est allé au bout des rêves qu'il faisait dans la petite chambre d'un HLM de Trois-Rivières: jouer dans la Ligue nationale et fonder une famille.

Il a rencontré sa femme à la polyvalente à Val-d'Or. Ils se sont mariés il y a 10 ans et ont deux petites filles. «Je voulais que mes enfants ne manquent jamais de rien. Je suis fier. Elles ont tout.

Je n'ai pas fait de l'argent pour m'acheter des affaires, dit Bégin. L'argent est placé. L'argent, c'est pour mes filles. C'est pour ça que je n'arrêterai jamais de travailler, parce que ce que j'ai ramassé, c'est pour elles.»

Si les choses étaient à refaire, il ne changerait rien, pas même son enfance. «Si j'avais grandi dans la ouate, je n'aurais peut-être pas été le joueur que j'ai été.»

Parmi les moments qu'il a préférés dans sa carrière, Steve Bégin raconte ce soir où, alors qu'il jouait pour les Bruins, son équipe a marqué trois buts lors du même désavantage numérique. «C'est moi qui ai marqué le troisième!», se souvient-il.

Un but contre le sens du jeu. Une carrière, elle aussi, un peu contre le sens de la vie. Ça non plus, ça ne paraît pas sur les feuilles de pointage.

> Consultez les statistiques de Steve Bégin (en anglais)




Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer