Kaberle: «Je dois continuer à me fermer la boîte»

Victime d'un surplus de joueurs chez le Canadien,... (Photo Paul Chiasson, archives PC)

Agrandir

Victime d'un surplus de joueurs chez le Canadien, Tomas Kaberle attend son tour sans se plaindre.

Photo Paul Chiasson, archives PC

Partager

(Sunrise, Floride) Tout laisse croire que Tomas Kaberle devra rater un sixième match de suite, jeudi soir à Sunrise, quand le Canadien va affronter les Panthers de la Floride.

À l'entraînement du Canadien, mercredi matin en Floride, l'entraîneur Michel Therrien a choisi de ne pas chambouler sa formation, et a ensuite laissé entendre qu'elle ne va pas changer en vue de la rencontre de jeudi soir.

Ce qui n'est certes pas une bonne nouvelle pour le défenseur tchèque, qui n'a pas mis les patins sur la glace une seule fois depuis le 2 février.

«Ça arrive, je dois juste continuer à travailler fort et à me fermer la boîte, a-t-il expliqué après l'entraînement de mercredi. Je vais attendre d'avoir ma chance. Je ne suis pas le seul dans la ligue qui se retrouve dans cette situation. Quand j'aurai l'occasion de jouer, je devrai m'assurer d'être prêt. Ce n'est pas facile, mais c'est comme ça.»

Pour le moment, Kaberle insiste pour dire qu'il n'a pas demandé à rencontrer la direction montréalaise afin de discuter de sa situation.

Mais on peut prévoir que ce dossier pourrait évoluer assez vite, surtout que le salaire du principal intéressé (4,2 millions sur la masse salariale du Canadien) est prévu jusqu'à la fin de la saison 2013-2014. À tout le moins, si rien ne change au cours des prochaines semaines, Kaberle sera assurément un solide candidat au rachat de contrat au terme du calendrier régulier.

«Ce ne sera pas ma décision... Je suis ici pour jouer au hockey, ce sera à eux de décider ce qu'ils veulent faire de moi, s'ils veulent me garder avec l'équipe oui ou non», a-t-il fait savoir.

Kaberle reconnaît qu'il n'a jamais eu à vivre une telle situation auparavant en 13 ans de carrière.

«J'ai été mis de côté auparavant, mais quatre matchs de suite (NDLR, cinq en fait avant jeudi soir), je crois que c'est une première pour moi, je ne crois pas avoir été dans cette situation auparavant... Je suis prêt à jouer. C'est juste une question d'avoir une occasion.»

Malgré tout, Tomas Kaberle jure qu'il ne va pas faire de vagues avec cette histoire, même si cela ne fait clairement pas son affaire.

«Je suis heureux ici et je veux faire partie de cette équipe... Je ne sais pas à quoi m'attendre, ce sont les affaires et ce n'est pas moi qui vais prendre ces décisions. De toute évidence, je veux être de l'alignement. Mais je ne vais pas être celui qui pleure sur son sort.»

De son côté, Michel Therrien insiste encore pour parler de profondeur quand on évoque le nom de Kaberle.

«On est satisfaits du travail de nos six premiers défenseurs, a répondu le pilote montréalais. Je pense que Tomas est dans sa meilleure condition physique depuis quatre ans. Si on a besoin de lui, je ne serai pas inquiet... Il doit attendre son tour.»

Comme Kaberle, Yannick Weber va probablement devoir lui aussi sauter son tour jeudi soir en Floride, une fois de plus. Ryan White également.

Carey Price sera devant le filet du Canadien jeudi soir. Pour le gardien de 25 ans, il s'agira d'un 11e match cette saison.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:2500684:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer