Dumont et les autres ne viennent pas en touristes

Partager

Marc Bergevin avait été clair dès le premier jour avec les joueurs des Bulldogs de Hamilton : c'est strictement au mérite, et sans égards à la réputation ou au rang de repêchage, que s'effectueraient les invitations au camp d'entraînement du Canadien.

Louis Leblanc, qui n'a marqué que trois buts en 24 matchs cette saison et qui a dû négocier avec une entorse à un genou plus tôt cette saison, a fait les frais de cette politique. L'attaquant originaire de Pointe-Claire ne faisait pas partie des quatre joueurs des Bulldogs qui, au petit matin, vendredi, ont quitté Rochester en direction de Brossard.

Ce sont plutôt les attaquants Brendan Gallagher et Gabriel Dumont, de même que les défenseurs Jarred Tinordi et Mike Commodore qui se sont joints à Alex Galchenyuk et aux joueurs du Canadien pour les examens de conditionnement physique qui lancent officieusement le camp d'entraînement de l'organisation.

«Je m'attends à passer la semaine ici... à moins que je ne fasse quelque chose d'incroyablement stupide», a lancé le coloré Commodore, qui aimerait s'établir comme police d'assurance en défensive d'ici la fin de la saison.

Comme l'a dit Gabriel Dumont, aucun de ces joueurs n'a été invité au camp pour jouer les touristes.

«Il y a peu d'ouvertures, mais ton ouverture, tu te la crées, a-t-il rappelé. Personne ne va te donner un poste gratuit dans la LNH, tu dois travailler.»

Dumont en hausse

Brendan Gallagher a ralenti après un bon début de saison, n'ayant inscrit qu'un but et une mention d'aide à ses dix derniers matchs. S'il avait brûlé la Ligue américaine, ses chances de dénicher un poste sur un trio offensif à Montréal seraient meilleures.

«J'estime quand même que mon jeu a gagné en constance, a-t-il mentionné. La Ligue américaine présente du jeu plus rapide que ce à quoi j'étais habitué, mais ça ne m'a pas affecté. Je n'ai pris qu'environ cinq matchs pour m'ajuster.»

Ironiquement, c'est son compagnon de trio Gabriel Dumont qui engrange les points dernièrement. L'attaquant québécois pourrait peut-être profiter de la blessure à Petteri Nokelainen pour faire main basse sur le poste de quatrième centre ou de 13e attaquant pendant quelques matchs.

Dumont s'est hissé au sommet des marqueurs chez les Bulldogs avec 12 buts et 22 points en 36 matchs.

«Dernièrement, je joue avec très bons joueurs en Gallagher et Michaël Bournival», a rappelé Dumont, auteur de neuf buts à ses 14 derniers matchs.

«Je n'ai fait que mon travail en leur donnant la rondelle et en allant me positionner devant le filet. Les rondelles me trouvaient, donc ça allait bien.»

Tinordi heureux de ses progrès

En défense, le bon travail de Jarred Tinordi a été récompensé, mais personne ne s'attend à voir l'espoir de 20 ans dans la LNH dès cet hiver.

«Même si je ne reste que six jours au camp, ç'aura quand même été plus long qu'à mon premier camp avec l'équipe», a lancé tinordi, dont le sérieux et l'ardeur au travail plaisent à ses supérieurs.

«Ça se passe bien pour moi, j'ai le sentiment de m'être amélioré depuis le début de la saison, a ajouté Tinordi. J'ai gagné entre autres au plan du patin et du contrôle de rondelle.»

Selon son co-chambreur Mike Commodore, le vaste potentiel de Tinordi s'exprime entre autres par une mobilité assez peu commune pour des défenseurs de gros gabarits.

«S'il peut travailler un peu sur ses mains et réussir à donner la rondelle plus rapidement, il lui sera encore plus facile de connaître une longue carrière», a noté le vétéran défenseur.

Rien à perdre, pas même un contrat

Quant à Commodore, il ne se fait pas d'illusion : avec sept défenseurs sous contrat (et sans compter P.K. Subban), il ne peut venir à ce camp avec d'autres ambitions que de faire bonne impression.

«Je n'ai rien à perdre... même pas un contrat puisque je n'en ai pas», a blagué l'arrière de 33 ans, qui écoule présentement un contrat d'essai de 25 matchs avec les Bulldogs.

Commodore n'a pas fait de corrélation entre l'invitation qu'il a reçue et celle que d'autres joueurs n'ont pas obtenue. On pense ici à Frédéric St-Denis, qui a été laissé à Hamilton.

«Il y a une raison pour laquelle on m'a amené chez les Bulldogs, a-t-il dit. Pour que j'aide les jeunes, certes, mais aussi parce que l'organisation devait juger que j'avais encore quelque chose à offrir.»

Pourtant, il y a trois semaines encore, Commodore lui-même se demandait s'il était arrivé au bout du rouleau. Or, les derniers matchs lui ont fourni une réponse rassurante.

Il reste à voir si le Canadien lui témoignera d'une confiance semblable.

«Mon contrat d'essai est encore valide pour quelque temps et j'aimerais continuer de jouer avec les Bulldogs pour un bout de temps. Je n'ai pas de plan B. Peut-être retourner à l'école ?»

Plekanec sur la glace

Puisque le protocole d'entente entre la Ligue nationale et l'Association des joueurs n'était pas encore signé, samedi, les entraîneurs de la LNH ne dirigeront leur premier entraînement officiel que dimanche.

Les joueurs se sont toutefois prêtés à l'exercice des examens médicaux de façon à accélérer le processus menant au début de la saison.

Tomas Plekanec, qui a subi une légère blessure aux côtes en République tchèque, n'a pas dû inquiéter le personnel médical outre mesure puisqu'il a été pendant de longues minutes le seul joueur du Tricolore sur la patinoire du Complexe Bell de Brossard.

Le défenseur Alexei Emelin en est un autre qui a effectué ses premiers coups de patin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:2500684:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer