• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Coupe Spengler: installer la chimie, priorité du Canada 

Coupe Spengler: installer la chimie, priorité du Canada

L'équipe canadienne n'a finalement pas fait le poids... (Photo Peter Schneider, archives Associated Press)

Agrandir

L'équipe canadienne n'a finalement pas fait le poids contre les Grizzly Adams de Wolfsburg.

Photo Peter Schneider, archives Associated Press

Partager

Mitch Goldenberg
La Presse Canadienne
Davos, Suisse

La formation qui représentera le Canada à la Coupe Spengler est impressionnante, étant parsemée de joueurs étoiles, et elle semble être la meilleure de l'histoire - du moins sur papier.

Mais elle n'est pas encore «une équipe».

Les Canadiens attirent l'attention cette année à Davos en raison de la présence de joueurs étoiles tels que Jason Spezza, Matt Duchene, John Tavares et Ryan Smyth, et ils sont certes les favoris pour l'emporter. Sauf qu'ils doivent composer avec un désavantage marqué.

«Nous formons un «dream team», mais nous ne sommes pas encore une véritable équipe», a admis l'entraîneur-chef Doug Shedden mardi. «Nous sommes arrivés dimanche, et maintenant nous devons créer une chimie très rapidement.»

Disputée pour la première fois en 1923, la Coupe Spengler regroupe traditionnellement le HC Davos, le Canada et quatre autres clubs européens dans un tournoi qui s'étend sur six jours, et qui suscite l'intérêt de toute la Suisse.

«On peut vraiment sentir l'effervescence dans ce tournoi», a dit Tavares. «L'histoire, les foules... c'est une période spéciale pour cette ville.»

Si chaque équipe européenne peut compter sur le soutien de quelques joueurs de la LNH en lock-out, les Canadiens, eux, n'ont pas disputé un seul match ensemble cette saison.

Shedden est toutefois confiant de pouvoir tirer le meilleur de sa formation étoile.

«Je prône un système dans lequel mon équipe doit contrôler la rondelle et exploiter son talent», a expliqué Shedden, qui dirige également la talentueuse formation suisse EV Zoug. «J'ai les deux meilleurs marqueurs de la ligue, nous sommes très rapides, et si (le Canada) peut trouver sa chimie, alors nous connaîtrons du succès.»

Shedden a observé une certaine chimie dans le seul entraînement complet du Canada avant que le tournoi ne démarre le 26 décembre contre l'Alder Mannheim, la meilleure formation de la ligue allemande qui compte dans ses rangs les joueurs de la LNH Jason Pominville (Sabres de Buffalo) et Dennis Seidenberg (Bruins de Boston).

Le trio torontois formé de Spezza (Sénateurs d'Ottawa), Tavares (Islanders de New York) et Sam Gagner (Oilers d'Edmonton) commence à prendre forme, tandis que celui réunissant les coéquipiers des Bruins Patrice Bergeron et Tyler Seguin tentera de recréer la magie qui a déjà opéré entre eux.

Le centre du HC Davos Joe Thornton, habituellement un membre des Sharks de San Jose, a dit que le Canada avait tout un défi à relever puisqu'il n'a que deux matchs à disputer en phase de groupe.

Néanmoins, Thornton considère que l'équipe canadienne, qui a remporté le tournoi pour la dernière fois en 2007, demeure celle à battre.

La route risque toutefois d'être cahoteuse.

Outre le HC Davos, qui peut compter sur des joueurs de la LNH tels que Patrick Kane (Blackhawks de Chicago) et Rafaël Diaz (Canadien de Montréal), le Canada devra se méfier du HC Fribourg. Cette équipe, la meilleure de la ligue suisse, est rapide et peut compter sur la présence du gardien Cory Schneider (Canucks de Vancouver), Patric Hornqvist (Predators de Nashville), Maxime Talbot (Flyers de Philadelphie), David Desharnais (Canadien) ainsi que sur le défenseur Bruno Gervais (Flyers).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer