Une peine exemplaire à Raffi Torres?

Raffi Torres a asséné un coup à la... (Photo: Reuters)

Agrandir

Raffi Torres a asséné un coup à la tête à Marian Hossa, mardi soir.

Photo: Reuters

Marc Antoine Godin
La Presse

L'attaquant Raffi Torres, des Coyotes de Phoenix, devra s'expliquer en personne devant Brendan Shanahan, vendredi, pour justifier le coup à la tête qu'il a asséné à Marian Hossa, des Blackhawks de Chicago, mardi soir.

Torres est pour l'instant suspendu de façon indéfinie, mais on peut s'attendre à ce que le responsable de la sécurité des joueurs de la LNH lui inflige une sentence exemplaire afin de calmer les esprits. Car les gestes déplorables portent ombrage au hockey en cette première ronde des séries éliminatoires.

Torres est un récidiviste de premier ordre à qui il faut chauffer les oreilles. Il a déjà été suspendu pour deux matchs cette saison en plus d'être mis à l'amende. Des suspensions antérieures et d'autres gestes dangereux restés impunis s'ajoutent à son dossier.




Quand on voit l'impact qu'a eu une longue suspension sur Matt Cooke, le printemps dernier - le joueur des Penguins de Pittsburgh a été transformé pendant toute la présente saison -, ce ne serait guère surprenant que Shanahan prenne les grands moyens pour réformer Torres.

À noter par ailleurs que le shérif de la LNH - qui tient souvent compte de la blessure infligée à la victime dans ses verdicts - a choisi d'attendre trois jours après l'incident pour sévir à l'endroit de Torres. Ainsi, c'est avec un bilan de santé plus complet de Marian Hossa (qui a quitté la patinoire sur une civière, mardi) qu'il prendra sa décision.

Huit suspensions en 25 matchs

Les projecteurs sont braqués sur Shanahan depuis qu'il s'est contenté de mettre à l'amende Shea Weber, des Predators de Nashville, pour son geste à l'endroit de Henrik Zetterberg au début des séries éliminatoires.

«Je crois que la ligue avait une bonne occasion dans le premier match d'établir ses standards, et je présume que c'est ce qu'elle a fait. Il y a eu quelques incidents à la suite de celui-ci», a commenté Zetterberg au Windsor Star.

À la mi-mars, Shanahan a présenté aux directeurs généraux des vidéos et des statistiques afin de leur donner des lignes directrices à six semaines des séries éliminatoires.

«J'espère que ça m'évitera des appels à 23h30 les soirs de matchs», a dit à La Presse le vice-président responsable de la sécurité des joueurs.

De ce point de vue-là, c'est raté!

La suspension qu'il imposera à Raffi Torres sera la huitième en seulement 25 matchs éliminatoires. C'est un rythme fou comparativement à ce qu'on a vu en saison régulière. En revanche, la durée moyenne des suspensions en séries a jusqu'ici été très brève, même si le chiffre sera bientôt dopé par la sanction envers Torres.

Il est tentant de croire que de courtes suspensions font l'affaire des équipes à un moment aussi névralgique de la saison. Jusqu'à ce qu'un joueur sérieusement blessé s'aligne pour leur formation, bien sûr...

Adoucissement

On se souviendra que Shanahan avait entamé l'année en force en infligeant pas moins de neuf suspensions d'une durée moyenne de 6,44 matchs durant le calendrier préparatoire. Mais bon nombre des matchs dont ont été privés les fautifs étaient des rencontres sans importance.

Pourtant, dès le début de la saison régulière, des directeurs généraux se sont plaints à la LNH de la sévérité des sanctions imposées par le nouveau préfet de discipline.

Cela n'a pas empêché Shanahan d'être fort actif en première moitié de saison. C'est en décembre qu'il a suspendu le plus de joueurs (11) et qu'il en a mis le plus à l'amende (8). Et c'est en janvier que la moyenne des suspensions a été la plus longue de toute la saison régulière (4,14 matchs).

Mais, à compter du match des Étoiles, les choses ont semblé changer...

Lui a-t-on demandé de mettre la pédale douce ou a-t-il changé lui-même sa grille d'analyse?

Car non seulement les amendes de 2500 $, soit le maximum imposable par la LNH, ont-elles commencé à avoir préséance sur les suspensions, mais les gestes condamnables ayant été excusés se sont multipliés. Qu'on pense au coup à la tête de Kyle Turris aux dépens de Joe Corvo, à l'assaut de David Clarkson sur Brandon Dubinsky, ou encore à la mise en échec par derrière de Marc-Édouard Vlasic qui a projeté Daniel Brière tête contre bande...

>>> François Gagnon: Shanahan a complètement perdu le contrôle

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Philippe Cantin | Les joueurs sont responsables

    Philippe Cantin

    Les joueurs sont responsables

    On s'entend tous là-dessus: les décisions de Brendan Shanahan ont perdu leur mordant. Ses sanctions exemplaires du camp d'entraînement ont laissé... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:2500684:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer