Avant la pause, un défi immense attend le Tricolore

Lorsqu'il est question des Red Wings, une équipe... (Photo: AP)

Agrandir

Lorsqu'il est question des Red Wings, une équipe que le Canadien affronte trop rarement, un parfum de mystère et de fascination flotte constamment.

Photo: AP

Le Canadien dispute ce soir son dernier match avant la pause du match des Étoiles et ce n'est pas n'importe quel adversaire avec lequel il devra négocier. Rien de moins que la meilleure formation de la Ligue nationale.

Les Red Wings de Detroit s'amènent au Centre Bell avec le meilleur dossier du circuit avec 33 victoires, 15 revers et une défaite en prolongation.

«On n'a pas le droit de penser au-delà de ce soir, a prévenu Josh Gorges. Si nous ne sommes pas prêts à jouer, les Red Wings pourraient nous faire très mal paraître. On aura un peu de répit après ce match, mais les deux points en jeu sont cruciaux pour nous.»

Lorsqu'il est question des Wings, une équipe que le Tricolore affronte trop rarement, un parfum de mystère et de fascination flotte constamment. Le standard de qualité qu'ils ont imposé au fil des ans épate leurs adversaires.

«C'est une équipe qui se donne des chances de gagner à chaque année, rappelle Mathieu Darche. Tous leurs joueurs jouent de la même façon. Et ça commence avec leurs deux meilleurs joueurs offensifs, Pavel Datsyuk et Henrik Zetterberg, qui sont aussi leurs deux meilleurs joueurs défensifs. Ils terminent leurs mises en échec et sont toujours les premiers à se replier.»

«Leur noyau de joueurs est demeuré intact, surtout depuis le lock-out, et ils ont bâti autour de ça», a ajouté Erik Cole.

Mais encore faut-il être capable de conserver tous ses atouts. Les Wings ne sont pas plus riches que les autres, mais quelque chose semble retenir les meilleurs joueurs à Detroit.

Ce ne sont quand même pas les charmes de la ville!

«Je me suis toujours demandé comment ils y arrivaient, a admis Gorges. Je crois que c'est parce qu'il y a certaines attentes lorsqu'on va jouer à Detroit. Les leaders de l'équipe perpétuent une attitude où ils forcent les plus jeunes à rentrer dans le moule. Puis, au fil des ans, les jeunes deviennent des vétérans et c'est à leur tour de porter le flambeau.»

Andreas Engqvist... (Photo: André Pichette, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Andreas Engqvist

Photo: André Pichette, La Presse

Le retour d'Engqvist

En l'absence de Travis Moen et Petteri Nokelainen, tous deux blessés, le Canadien a procédé en fin de soirée au rappel d'Andreas Engqvist, des Bulldogs de Hamilton. Ce dernier n'a pas été en mesure d'arriver à temps pour l'entraînement matinal, mais il sera de la formation ce soir. Il pilotera le quatrième trio au centre de Mathieu Darche et Yannick Weber.

Randy Cunneyworth entend en effet utiliser sept défenseurs, mais pourrait employer Weber tantôt en attaque, tantôt à la ligue bleue.

On ignore pour l'instant l'identité du défenseur qui sera laissé de côté.

Scott Gomez, aux prises avec le rhume, n'a pas pris part à l'entraînement facultatif de ce matin, mais une place à l'aile droite l'attend néanmoins ce soir face aux Wings.

Les trios seront d'ailleurs déployés de la façon suivante:

Pacioretty-Desharnais-Cole

Bourque-Plekanec-Gomez

Kostitsyn-Eller-Blunden

Darche-Engqvist-Weber

C'est Carey Price qui sera devant le filet du Canadien. Le match débute à 19h30.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Des Wings qui ont hâte

    Hockey

    Des Wings qui ont hâte

    C'est une pas pire équipe qui va débarquer au Centre Bell, ce soir, afin d'y affronter le Canadien. »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer