• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Camp des recrues du CH: moins de choix, moins d'espoirs 

Camp des recrues du CH: moins de choix, moins d'espoirs

C'était le début du camp des recrues du... (Photo: André Pichette, La Presse)

Agrandir

C'était le début du camp des recrues du Canadien, lundi. Philippe Lefebvre (à droite), entre autres, a déployé beaucoup d'efforts pour impressionner l'état-major de l'équipe.

Photo: André Pichette, La Presse

C'est en regardant la première journée du camp des recrues du Canadien que l'on constate ce qu'il en a coûté au Canadien pour «réparer la toiture», comme l'illustrait Pierre Gauthier le printemps dernier.

La Tricolore a échangé plusieurs choix de repêchage au cours des dernières années en retour d'une aide à court terme appelée Wisniewski, Mara ou Sopel...

Depuis son arrivée au poste de directeur général, en février 2010, Gauthier a entre autres cédé trois choix de deuxième tour. Cela n'a pu faire autrement que d'hypothéquer la banque d'espoirs de l'organisation.

D'ailleurs, au cours des quatre dernières années, le recruteur-chef Trevor Timmins n'a réclamé que quatre joueurs dans le top 60, soit Louis Leblanc, Danny Kristo, Jarred Tinordi et Nathan Beaulieu.

Sur les 31 joueurs qui participent cette semaine au camp des recrues, seulement 13 ont été des choix au repêchage de l'équipe. Certes, des espoirs comme Kristo ou Mac Bennett sont retenus à l'université en vertu des règles de la NCAA. Mais le camp des recrues de cette année annonce qu'il y a une sorte de rupture avec la manne exceptionnelle de 2007, celle qui a donné Ryan McDonagh, Max Pacioretty, P.K. Subban et Yannick Weber.

Pourquoi? Parce que le Canadien est la seule équipe de la LNH qui ne compte aucun choix au repêchage depuis 2008 ayant disputé au moins un match dans le circuit Bettman.

Un gardien du nom d'Alexander Pechurski, qui a joué 36 minutes dans la LNH en 2009-10, empêche les Penguins de Pittsburgh de partager cette étonnante marque avec le Tricolore.

Mais contrairement aux Penguins, qui voient le défenseur québécois Simon Després cogner à la porte, le CH risque bien de prolonger cette disette pour une quatrième année.

Tinordi prône la patience

Les espoirs de premier plan n'étant pas légion chez le Tricolore, les projecteurs sont d'autant plus braqués sur ceux-ci afin qu'ils réussissent.

Prenons le cas du défenseur Jarred Tinordi.

Après une saison en dents de scie avec les Knights de London, le géant de 6'7 et 216 livres entend faire amende honorable et démontrer qu'il justifiait d'être choisi au 22e rang lors du repêchage de 2010.

L'état-major du Canadien, pour sa part, voudra démontrer que de céder un choix de deuxième ronde afin d'améliorer de quatre positions son rang de sélection en valait la peine.

Mais cela ne se fera pas au détriment du développement du joueur. Le Canadien n'a peut-être pas vu l'un de ses choix accéder à la LNH depuis 2007, mais ce n'est pas une course non plus. L'organisation n'est pas bâtie pour qu'un espoir soit sur un «fast track».

«Je ne sens pas ce genre de pression, soutient Tinordi à propos de l'urgence d'accéder à la LNH. Je tiens à m'améliorer, à me développer de façon à devenir le joueur que je peux être, et je suis patient pour y parvenir.»

Le défenseur de 19 ans, qui aime ses chances d'être retenu au sein de l'équipe junior américaine, veut pratiquer un jeu simple et effectuer de bonnes premières passes, ce qu'il a démontré lors du premier match intra-équipe que se sont livré les recrues, lundi.

Leblanc attend le feu vert

Louis Leblanc est un autre choix de première ronde qui aimerait bien démontrer l'étendue de sa progression, mais il est ralenti par les conséquences de son opération à l'épaule gauche. Arborant un chandail bleu de non-contact, il a participé aux exercices durant l'entraînement, lundi, mais a ensuite déclaré forfait pour la rencontre intra-équipe.

«C'est par simple mesure de précaution car je me sens presque à 100%, a confié Leblanc. Espérons que je serai en mesure de jouer quelques matchs vers la fin du camp d'entraînement.»

L'attaquant originaire de Pointe-Claire devra toutefois retourner voir le docteur James Andrews, en Floride, avant d'obtenir le feu vert tant attendu.

Leblanc n'est pas le seul joueur sur la touche puisque Olivier Fortier, également en rééducation à la suite d'une opération à une épaule, est resté à l'écart du groupe. Il s'est contenté de chausser les patins en avant-midi.

Le camp des recrues se poursuit toute la semaine, mais l'attention sera bien sûr dirigée vers le tournoi de golf annuel de l'équiper, mercredi, alors que les vétérans feront leur première «sortie publique» de la nouvelle saison.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Bournival: «J'entends tout donner»

    Hockey

    Bournival: «J'entends tout donner»

    Acquis en novembre dernier en retour de Ryan O'Byrne, Michaël Bournival commence à prendre ses aises dans l'organisation du Canadien. »

  • Markov n'a pas patiné avec ses coéquipiers

    Hockey

    Markov n'a pas patiné avec ses coéquipiers

    Autrefois, les joueurs arrivaient au camp d'entraînement afin de se mettre en forme. De nos jours, on remarque l'absence d'un joueur avant même... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer