David Desharnais, employé modèle de la semaine

Le but de David Desharnais des Canadiens face... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Le but de David Desharnais des Canadiens face à Jean-Sébastien Giguère des Maple Leafs lors de la troisième période au Centre Bell. Il est félicité par Scott Gomez, Andrei Kostitsyn et Alex Picard.

Photo Bernard Brault, La Presse

Pierre Ladouceur

Normalement, les joueurs du Canadien ont tous droit à un billet de première classe lorsqu'ils voyagent avec l'équipe. Mais, si les billets étaient distribués selon les performances de la dernière semaine, plusieurs joueurs devraient se contenter d'un siège en classe économique.

Si on vous disait que lors de ces matches contre les Bruins à Boston (6-8), les Islanders de New York (3-4 en fusillade) et les Maple Leafs de Toronto (3-0), les membres des trios de David Desharnais et Tomas Plekanec ont amassé dix buts et neuf passes avec un rendement de plus 10, vous seriez porté à croire qu'il y a une erreur dans les résultats.

Comment une équipe peut-elle perdre deux fois sur trois avec six attaquants qui flirtent avec l'excellence. Pourtant, il n'y a pas d'erreur ! Ce rendement s'explique par le travail des deux autres trios qui ont totalisé une petite passe avec un rendement de moins 21.

De Cincinnati à Montréal

Desharnais a certes été l'employé modèle de la semaine. Ce petit joueur de centre qui évoluait avec Cincinnati dans la Ligue East Coast en 2007-08 impressionne par sa vision du jeu.

Au cours de la semaine, il a marqué deux buts en plus de fournir quatre passes pour une fiche de plus 3. De plus, il a gagné 66% (29 en 44) de ses mises en jeu. Lors du match le plus rude de la saison à Boston, sa petite taille ne l'a pas empêché d'obtenir trois points (un but et deux passes).

Ses ailiers Benoit Pouliot, Mathieu Darche et Ryan White ont apprécié sa générosité à distribuer la rondelle. Max Pacioretty, auteur de trois buts au cours de la semaine, a profité d'une présence avec son compagnon de ligne à Hamilton pour marquer un gros but contre les Islanders.

D'autre part, Plekanec a continué son bon travail avec un but, une passe et un rendement de plus un tout en affrontant les meilleurs attaquants de l'adversaire. Brian Gionta (2+1=3) et Pacioretty (3+1=4) ne se plaignent pas d'être associés au meilleur attaquant de l'équipe.

Une disgrâce

Dans la victoire contre Toronto, les membres des deux autres trios ont offert un meilleur effort. Mais la prestation de la ligne de Gomez, Andrei Kostitsyn et Lars Eller à Boston frisait le ridicule. Un joueur ou même les membres d'un trio peuvent connaître une soirée difficile. Ce sont des choses qui se produisent dans le cours d'une saison. Mais ce qui est inacceptable, c'est un manque d'effort. Et, à Boston, Gomez et Kostitsyn principalement, ont passé de longs moments à se laisser glisser sur les talons pendant que les Bruins martelaient le filet de Carey Price. Dans le cas d'Eller, ce n'est pas une question d'effort. Le jeune homme n'est tout simplement pas prêt pour la LNH. D'ailleurs, contre les Islanders, Moen troqué sa chaise avec celle de Travis Moen.

Jacques Martin a décidé à Boston de clouer ces trois sbires sur le banc en troisième période. La décision s'imposait puisque les trois affichaient un rendement de moins quatre après 40 minutes. De plus, Gomez était zéro en sept dans le cercle des mises en jeu.

Quant au trio de Moen, Jeff Halpern et Tom Pyatt, ils connaissent leurs meilleurs moments dans un rôle de spécialiste en désavantage numérique. Si on vous disait que Desharnais (cinq buts en 18 matches) totalise plus de buts que Moen (3) et Pyatt (1) jumelés.

Une brigade courageuse

Chez les arrières, il y a eu des moments difficiles. On pourrait s'attarder sur les revirements, la qualité des passes en sortie de zone, les batailles individuelles dans l'enclave et le long des rampes.

Mais on préfère parler du courage de ces athlètes qui doivent travailler dans des conditions difficiles. Dans notre bulletin annuel, Andrei Markov et Josh Gorges seraient les deux premiers de classe tandis qu'Hal Gill possède de grandes qualités en désavantage ainsi qu'en matière de jeu en zone défensive.

Sans ces arrières, on demande à Roman Hamrlik de prendre les bouchées doubles et il se tire bien d'affaire. Il s'est même permis d'offrir un match quasi parfait contre les Maple Leafs.

James Wisniewski (25:16) et PK Subban (24:32) ont connu certains moments difficiles lors des trois matches de la semaine, mais ils ont également réussi de beaux jeux. Si Jacques Martin pouvait s'offrir le luxe de leur retirer une présence par période, on a l'impression que leur efficacité serait accrue. Mais par les temps qui courent, il n'a pas ce luxe.

Un petit mot en terminant sur les gardiens. Price a connu une soirée difficile à Boston, mais il a été impeccable face aux Maple Leafs. Quant à Alex Auld, il a fait un travail honnête lors du revers en fusillade face aux Islanders. On peut leur accorder une place en classe affaire!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer