Sénateurs-Canadien: l'analyse du match

Les Sénateurs ont donné l'illusion d'être dans le coup, mais on gagne rarement... (Photo: André Pichette, La Presse)

Agrandir

Photo: André Pichette, La Presse

Pierre Ladouceur

Les Sénateurs ont donné l'illusion d'être dans le coup, mais on gagne rarement des matchs lorsque l'attaque est absente. Or, les joueurs du Canadien ont accordé seulement six chances de marquer aux visiteurs. C'est déjà surprenant qu'ils aient réussi à inscrire un but avec ce genre d'attaque face à un gardien de la trempe de Carey Price.

À l'autre bout, le Canadien a généré une quinzaine de chances de marquer. On ne parle pas de leur meilleure soirée en attaque, mais les hommes de Jacques Martin ont été opportunistes en troisième période.

Jeu de puissance

L'illusion a commencé dès le premier engagement alors que le jeu de puissance a donné un but à chacune des équipes. Matt Carkner a étiré le bras pour accrocher Tom Pyatt au passage tandis que Josh Gorges a hésité en zone centrale contre Milan Michalek ce qui l'a ensuite amené à commettre une infraction. Dans les deux cas, les seules infractions de la première période, le jeu de puissance a présenté la facture à l'adversaire. Tout d'abord, Michael Cammalleri a volé une rondelle à Daniel Alfredsson pour ensuite décocher deux tirs en rafale. Le deuxième lancer a trouvé un espace restreint sur le côté éloigné. C'était un tir de marqueur naturel. À l'autre bout, Carey Price a été battu entre les jambières par le lancer de Nick Foligno. Mais on retient surtout la belle passe transversale de Jason Spezza à l'entrée du territoire du Canadien qui a entraîné le gardien du Canadien à effectuer un long déplacement de gauche à droite. Sur ces deux buts, il faut parler de beaux jeux offensifs.

Le momentum

Malgré un pointage de 1-1, tout baignait dans l'huile pour le Canadien avant que Chris Kelly ne frappe Yannick Weber avec un coude. L'attaquant des Sénateurs a été chassé, avec raison, pour cinq minutes. Dans cette même période, Mike Fisher a écopé d'une double mineure. Or, pendant les sept minutes avec l'avantage d'un homme, le Canadien a obtenu trois lancers contre deux pour les Sénateurs. De plus, à mi-chemin de la pénalité à Fisher, Alexandre Picard a commis une faute pour annuler la fin de cette supériorité. Le travail en désavantage des Sénateurs leur a donné de l'énergie.

Mais l'illusion allait être dissipée en troisième période. La poussée d'adrénaline des visiteurs a en effet été de courte durée puisque le Canadien a pris les choses en main avec trois buts sans riposte au troisième engagement. Dans les trois cas, la défensive des Sénateurs a offert des attaques en surnombre que Jeff Halpern, Brian Gionta et Roman Hamrlik ont converti.

LE HÉROS DU MATCH: Michael Cammalleri

Il a pris le retour de son lancer pour marquer le premier but du match. Avec cinq lancers (5), il a été l'attaquant le plus menaçant ce qui lui a valu trois chances de marquer.

LE JEU DU MATCH: Jeff Halpern

Il a récupéré une rondelle déviée par Maxim Lapierre en zone centrale pour filer vers le but des Sénateurs où sa patience a forcé Pascal Leclaire à se compromettre. Il lui restait à lancer dans un filet désert.

LE CHIFFRE DU MATCH: 2

Pour la 11e fois à leurs 14 derniers matches, les Sénateurs ont été limités à deux buts ou moins. Ce n'est pas face à la défensive étanche du Canadien qu'ils allaient mettre un terme à cette série noire.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:2500684:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer