Mauvais départ pour Price

Patrice Bergeron s'est moqué de Carey Price en... (Photo: Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Patrice Bergeron s'est moqué de Carey Price en le déjouant avec une belle feinte pour inscrire son deuxième but de la rencontre en deuxième période.

Photo: Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
la liste:7339:liste;la boite:1281927:box

En photos

Bruins-Canadien

Photos Photos : Bruins-Canadien

François Gagnon
La Presse

Carey Price a été ovationné à six reprises mercredi soir. La première tout juste avant le match lorsque des Carey! Carey! Carey! bien sentis et chaleureux ont salué son retour devant le filet.

Les autres ont été moins chaleureuses.

Et comment!

> Le sommaire du match

> Réagissez sur le blogue de François Gagnon

Elles ont suivi des arrêts de routine effectués sur les 5e, 8e, 9e et 10e tirs des Bruins qui menaient alors 4-0. La sixième, la plus cinglante du lot, a salué son retour au banc lorsque Curtis Sanford s'est amené comme prévu dans la mêlée pour clore la soirée de travail de Price. Une soirée de 30 minutes de travail au cours de laquelle il a accordé quatre buts sur 10 tirs.

Forts de cette avance confortable, les Bruins ont filé vers une victoire de 4-2 dans le cadre du premier match préparatoire de la saison.

Bien plus que le revers, c'est l'intransigeance des partisans à l'endroit de Price qui a le plus secoué les joueurs du Canadien.

Pendant que le gardien pansait ses plaies loin des journalistes, plusieurs vétérans se sont portés à sa défense.

«Je ne sais pas comment expliquer à nos partisans qu'ils sont loin d'aider la cause de Carey en affichant autant de sévérité à son endroit. Ils ne nuisent pas seulement à Carey, leur réaction affecte tous les joueurs. Nous comptons sur eux pour nous aider. Nous avons besoin d'eux. C'est déjà assez difficile de battre les équipes qui viennent ici qu'il ne faut pas en plus avoir nos partisans contre nous», a plaidé Hal Gill.

«En plus, ce n'est qu'une partie préparatoire. Une partie qui sert justement à renouer avec la compétition; à retrouver notre synchronisme; à commettre des erreurs sans qu'elles soient coûteuses», a ajouté Gill.

Quatre buts, un cadeau

Carey Price méritait-il vraiment cette volte-face émotive de ses partisans?? Oui et non.

Il a bien mal paru sur le premier but de la rencontre. Un but de Nathan Horton, marqué après 93 secondes seulement, sur un tir qui l'a déjoué du côté rapproché. Du côté de la mitaine de surcroît.

Quant aux trois autres buts, ils ne peuvent être imputés uniquement au gardien.

Johnny Boychuck a marqué sur un puissant tir frappé. Oui, le tir venait de la ligne bleue, mais le Canadien écoulait alors une pénalité et plusieurs joueurs des deux équipes voilaient la vue du gardien.

Patrice Bergeron a ensuite profité d'un cafouillage défensif du Tricolore pour marquer au terme d'une descente à deux contre un en compagnie de Daniel Paillé.

C'est encore un cafouillage qui a ouvert la porte au deuxième but de Bergeron. Le joueur de centre québécois a intercepté une bien vilaine sortie de zone orchestrée par Jaroslav Spacek, pendant une attaque à cinq du Canadien, pour filer seul vers Price qu'il a habilement déjoué sur sa gauche.

Rien pour aider la cause de Price aux yeux des partisans devenus bourreaux, Tuukka Rask stoppait tout ce que le Canadien lui offrait.

Pendant que Price semblait sur les talons à son bout de patinoire, Rask semblait en parfait équilibre et en parfait contrôle à l'autre bout. Il s'est d'ailleurs dressé devant 36 des 38 tirs auxquels il a fait face.

Plekanec et les jeunes

Au centre du meilleur trio du Canadien hier, Tomas Plekanec - il était entouré de Michael Cammalleri et Aaron Palushaj - a ramené son équipe dans le match en fin de deuxième.

Il a offert le premier but à Maxim Lapierre en lui refilant une passe parfaite à l'embouchure du filet défendu par Rask. Plekanec a marqué le deuxième but des siens avec un tir logé dans la partie supérieure.

Contrairement à Price, Plekanec semblait prêt à amorcer la vraie saison.

Le jeune Louis Leblanc, tout comme les Gabriel Dumont, Aaron Palushaj et Jarred Tinordi, a connu un bon match. De fait, c'est le Canadien, et non les Bruins, qui a obtenu les meilleures chances de marquer et qui a disputé la meilleure partie.

Sauf que ce sont les quatre buts accordés par Price et le châtiment que lui ont réservé les partisans qui a retenu l'attention. Toute l'attention.

Le Canadien pourra se reprendre demain alors que les Sénateurs d'Ottawa seront au Centre Bell. Alex Auld devrait toutefois être le gardien partant. Robert Mayer le substitut. Quant à Price, il pourra se reprendre, à Ottawa, où le Canadien se rendra samedi.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:2500684:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer