L'indiscipline coule les Sénateurs

Zach Parisé déjoue Pascal Leclaire.... (Photo Reuters)

Agrandir

Zach Parisé déjoue Pascal Leclaire.

Photo Reuters

Sylvain St-Laurent
Le Droit

(Ottawa) Pour Pascal Leclaire, la situation est claire et limpide. Les Sénateurs d'Ottawa ont encaissé une défaite par sa faute.
Il y a juste un petit problème. Ses coéquipiers ne sont pas vraiment d'accord avec lui.

Ils ont identifié un autre problème, l'indiscipline, pour expliquer le revers de 3-2 encaissé samedi soir face aux Devils du New Jersey, à la Place Banque Scotia.

«Pascal n'a pas à se sentir coupable. Nous devons être plus disciplinés. Ce soir, nous avons pris de mauvaises pénalités dans des moments où il aurait fallu contrôler nos émotions. On a réussi à prendre les devants et on jouait plutôt bien. Il n'y a rien de pire que de jouer constamment en infériorité numérique pour perdre le momentum. Nous avons trouvé une façon de perdre ce soir et c'est très frustrant», fulminait Mike Fisher après la rencontre.

«Nous gagnons en équipe et nous perdons en équipe, renchérissait Jarkko Ruutu. Nous avons écopé d'un trop grand nombre de pénalités. Notre gardien de buts n'a rien à voir là-dedans. Il faut trouver une façon d'offrir un effort constant pendant 60 minutes. Se tenir loin du banc des pénalités constituerait un excellent départ.» Les Sénateurs ont écopé de sept pénalités mineures, face aux Devils.

Par-dessus le marché, Ruutu et Chris Neil ont chacun écopé d'une pénalité majeure de 10 minutes pour conduite antisportive.

Les Devils, au total, ont obtenu six opportunités d'attaquer en supériorité numérique.

Ils en ont profité pour marquer leurs trois buts de la soirée.

Au beau milieu de la partie, les Sénateurs semblaient pourtant en contrôle.

L'équipe de Jacques Lemaire n'avait pas encore subi une seule défaite sur la route, cette saison, mais les joueurs de Cory Clouston avaient de bonnes raisons de croire que cette séquence pouvait prendre fin.

Milan Michalek a marqué le seul but de la première période. Au terme d'une séquence où son trio a longuement étourdi la défensive adverse, il a décoché un solide lancer qui n'a donné aucune chance à Martin Brodeur.

Le deuxième but des Sénateurs a été complètement différent.

Le gardien-vedette des Devils a eu l'air faible, lorsqu'il a été battu par un lancer assez faible de Brian Lee.

Les choses se sont compliquées par la suite.

À leur quatrième supériorité numérique de la soirée, les visiteurs ont fini par marquer.

Zach Parisé a été le premier à déjouer Leclaire, qui connaissait une très bonne soirée jusque-là.

Le gardien des Sénateurs, qui célébrait son 27e anniversaire de naissance, estime qu'il a coûté un ou deux points au classement à son équipe à cause de son rendement en troisième période.

Il y a d'abord eu le but égalisateur, marqué par David Clarkson. Probablement, le pire alloué par Leclaire depuis qu'il joue à Ottawa.

«Clarkson m'a surpris en train de tricher, analyse-t-il. Quand il a pris le contrôle de la rondelle, je m'attendais à ce qu'il la renvoie à la pointe. Il a plutôt choisi de la tirer vers mon filet. Lorsque je me suis aperçu que la rondelle s'en venait, je m'étais déjà un peu compromis en amorçant mon déplacement vers la ligne bleue.» «J'ai eu l'air fou sur cette séquence. Tous les gardiens allouent de mauvais buts à l'occasion. J'ai juste choisi un bien mauvais moment pour le faire...» Personne n'en voudra à Leclaire d'avoir laissé passer le but de la victoire, trois minutes plus tard.

Premièrement, les Sénateurs évoluaient encore en infériorité numérique. Deuxièmement, il y avait beaucoup, beaucoup de circulation dans l'enclave.

Quand il a fini par apercevoir la rondelle, il était trop tard.

«Quand un gardien alloue un mauvais but, il doit trouver le moyen de réagir en réussissant un gros arrêt. Ce soir, je ne l'ai pas fait. Il y avait beaucoup de monde devant mon filet, c'est vrai. Mais après avoir alloué le deuxième but, j'avais une dette envers mes coéquipiers. Il aurait fallu que je réussisse cet arrêt», disait le gardien, abattu mais pas découragé, en toute fin de soirée.

«Je vais accepter le blâme pour cette défaite. Ce sont des choses qui arrivent.» Pascal Leclaire et les Sénateurs auront quand même la chance de profiter de leur congé dominical.

La patinoire de la PBS sera réservée aux joueurs de la Ligue américaine. Les Senators de Binghamton y affronteront les Bulldogs de Hamilton, à 15h.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:2500684:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer