Camp des recrues : le Canadien attire les foules

Max  Pacioretty... (Photo: David Boily, La Presse)

Agrandir

Max Pacioretty

Photo: David Boily, La Presse

 

Frédéric Daigle
La Presse Canadienne
Brossard

Il n'y a pas à dire, le Tricolore a la cote. Plusieurs centaines de partisans du Canadien ont choisi de venir s'enfermer au Complexe sportif Bell par un superbe après-midi d'été, lundi, pour épier les recrues du club montréalais.

Les amateurs sur place à la séance d'après-midi - la deuxième de la journée - ont d'ailleurs eu droit à un bon spectacle, les joueurs se donnant à fond.

Si l'entraîneur-adjoint Kirk Muller, qui a dirigé la séance, n'a pas laissé le choix au 27 joueurs sur la glace, il faut dire que plusieurs de ceux-ci tentent de se faire inviter pour le «gros camp», qui se mettra en branle samedi.

Même pour ceux qui devraient participer au camp de la semaine prochaine - Max Pacioretty, Yannick Weber, P.K. Subban et Ben Maxwell, pour ne nommer que ceux-là - le rythme a été assez soutenu.

«Je pense que tout le monde veut montrer ce qu'il peut faire dès les premiers instants», a analysé Subban, un choix de deuxième tour du Canadien en 2007. Le défenseur, qui en est à son deuxième camp avec le Tricolore, aborde tout de même ce camp des recrues d'une façon un peu différente.

«Sans dire qu'il ne faut pas dépenser toute son énergie le premier jour, il faut tout de même bien la gérer. Il faut se rappeler qu'il reste le camp principal et les matchs préparatoires.»

Pour Weber, qui a disputé trois matchs à Montréal la saison dernière, l'énergie ressentie lors de cet entraînement avait plutôt à voir avec le désir de jouer des patineurs présents.

«C'est le premier jour du camp, alors tout le monde avait hâte de se retrouver sur la glace», a indiqué la défenseur sélectionné avec le 73e choix au total en 2007. «Et puis, le camp des recrues, ce ne sont pas des vacances! Ces gars-là doivent travailler fort s'ils veulent joueur pour Montréal ou Hamilton la saison prochaine.»

Pacioretty serein

De l'autre côté du vestiaire, Pacioretty était un client populaire auprès des représentants des médias, qui ne sont pas passés par quatre chemins en lui demandant s'il craignait avoir un poste à perdre, en raison des 34 matchs qu'il a disputés à Montréal l'an dernier.

«Je ne regarde pas vraiment ce camp sous cet angle. Je pense que je peux faire partie de l'alignement et si je donne le meilleur de moi-même, je percerai l'alignement», a dit l'ailier gauche de 6 pi 2 po, 192 livres.

Il a aussi raconté avoir travaillé fort au cours de l'été pour ajouter du muscle à sa charpente.

«J'ai un gros gabarit et je veux être capable de l'utiliser. Je veux prouver à l'équipe d'entraîneurs que je peux marquer des buts et assurer une présence physique.»

L'Américain de 21 ans est d'ailleurs un de ceux qui a donné le ton à cette première journée de camp, notamment face à Subban.

«C'est important pour moi de prouver que je suis prêt dès maintenant. A chaque fois que j'embarque sur la glace, je veux être le meilleur. Si quelqu'un veut me faire compétition, tant mieux. P.K. est un compétiteur et de devoir me frotter à un joueur comme ça me motive.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:2500684:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer