Canadien-Sabres: l'analyse du match

Les Sabres de Buffalo peuvent encore espérer, mais le Canadien a tout de même... (Photo: Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Photo: Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Ladouceur
La Presse

Les Sabres de Buffalo peuvent encore espérer, mais le Canadien a tout de même arraché un point important dans cette course pour l'obtention d'une place dans les séries.

Il a fallu aller en fusillade pour déterminer un gagnant dans un match où les deux équipes n'ont rien laisser dans le vestiaire. L'effort y était et le spectacle a été excellent. D'ailleurs, la fusillade où seul Toni Lydman a marqué en 12 tentatives a été à l'image de la rencontre alors que les deux gardiens ont été excellents.

Les unités spéciales

On avait l'impression d'assister à un match des séries en première période alors que l'intensité était au maximum. D'ailleurs, en remisant la trappe dans la garde-robe, le Canadien joue moins souvent sur les talons. Dans un tel engagement, ce sont souvent les unités spéciales qui tranchent le débat. D'accord, techniquement le but des Sabres n'a pas été marqué en avantage numérique. Mais Alex Kovalev avait quitté le banc depuis cinq secondes lorsqu'Adam Mair a fait dévier la passe de Jochen Hecht derrière Carey Price. Sur ce jeu, l'arrière Roman Hamrlik s'est laissé attirer trop loin de son filet. Par ailleurs, à l'autre bout, si le Canadien n'a pas marqué à forces égales, en désavantage ou en avantage numérique, c'est surtout à cause de Ryan Miller. Sa concentration à suivre la rondelle était impressionnante.

Une période payante

En marquant tôt en période médiane, les Sabres se sont placés dans une position avantageuse. Il fallait une étincelle pour relancer le Canadien. Or, c'est Chris Higgins qui a relancé les siens. Depuis le début de la rencontre, son trio complété par Mathieu Dandenault et Glen Metropolit avait été le plus intense. Il leur revenait de changer le cours de la rencontre. L'étincelle est survenue sur le but d'Higgins. Mais la flambée a suivi lorsqu'Higgins, avec un deuxième effort, a envoyé Andrej Sekera au cachot. Hecht a ensuite commis une infraction stupide. Ce double avantage a permis au Canadien de marquer deux buts rapides. Dans les deux cas, Alex Tanguay a animé le jeu avec des passes imaginatives. Mais, n'oublions pas que le dérapage des Sabres a été amorcé par le travail de Higgins.

Quel joueur

On n'a pas souvent l'occasion de le voir à l'oeuvre parce qu'il a souvent été blessé depuis le début de sa carrière. Mais Tim Connolly exécute des jeux brillants à profusion au cours d'une rencontre en créant un déséquilibre chez l'adversaire avec sa vision et la qualité de ses passes. D'ailleurs, si la troisième période a été enlevante, c'est justement parce qu'il a orchestré le troisième but des siens, celui de Clarke MacArthur.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Koivu: «Normal d'être déçus»

    Hockey

    Koivu: «Normal d'être déçus»

    Le Canadien a joué son meilleur match de la semaine. Un match intense, un match de séries éliminatoires.Mais il l'a perdu. »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer