Jean-Sébastien Dea sur le radar des dépisteurs

Jean-Sébastien Dea a jusqu'ici amassé plus de points... (Photo fournie par les Huskies de Rouyn-Noranda)

Agrandir

Jean-Sébastien Dea a jusqu'ici amassé plus de points que Mikhail Grigorenko, Jonathan Huberdeau ou Nathan MacKinnon.

Photo fournie par les Huskies de Rouyn-Noranda

Partager

Jean-Sébastien Dea vient d'atteindre le total astronomique de 16 buts en 13 matchs, et 27 points.

C'est plus de points que Mikhail Grigorenko, des Remparts de Québec, choix de première ronde des Sabres de Buffalo; plus de points que Jonathan Huberdeau, troisième choix au total en 2011; plus de points que Nathan MacKinnon, probable premier choix au total au prochain repêchage.

Mais qui donc est ce Jean-Sébastien Dea, modeste choix de troisième ronde des Huskies de Rouyn-Noranda en 2011 et boudé par toutes les équipes de la LNH en juin?

«C'était un petit joueur de 5 pieds et 10 pouces et 150 livres qui avait un certain talent et qui a connu une grosse première demie de saison l'an dernier, mais la fatigue semble l'avoir rattrapé par la suite, racontait vendredi un recruteur de la LNH. Alors, la plupart des dépisteurs ont dû réagir comme moi et l'ont mis sur la voie d'évitement parce qu'il n'était pas costaud et que son talent n'était pas extraordinaire.

«Puis, le petit gars arrive au camp l'année suivante et il a pris deux pouces et 17 livres, son entraîneur le place au sein du premier trio, il marque régulièrement et il gagne en confiance», ajoute le dépisteur.

Plus ignoré

Plus personne dans le milieu n'ignore désormais qui est ce jeune homme qui trône en tête du classement des compteurs de la Ligue de hockey junior majeure du Québec.

«Dea est définitivement sur les radars, affirme notre dépisteur. André Tourigny affirme que tous les recruteurs l'appellent et se demandent comment ils ont fait pour le rater. C'est un joueur qui intrigue, mon patron est au courant et il va se faire repêcher s'il maintient un niveau correct de compétition. Il ne produira sans doute pas au même rythme parce que ça se traduirait par une saison de 80 buts, mais s'il ne craque pas, il suscitera beaucoup d'intérêt.»

Peut-il même trouver preneur parmi les premières rondes même s'il sera âgé de 19 ans au moment où le repêchage surviendra?

«Il y a des précédents, note le recruteur.

Tanner Pearson de Barrie s'est retrouvé dans une situation semblable et il s'est fait repêcher au 30e rang de la première ronde à 19 ans, après avoir obtenu 91 points en 60 matchs l'an dernier. Il a pourtant été ignoré deux fois au repêchage. Il a en outre reçu de la publicité en étant sélectionné au sein de l'équipe nationale junior.»

D'autres dépisteurs, sans dénigrer son talent, demeurent plus prudents.

«Ce n'est pas un feu de paille au niveau de la LHJMQ, mais il faudra voir si son gabarit ne constituera pas un handicap au niveau de la Ligue nationale, mentionne un second dépisteur. Je ne sais pas pour l'instant. C'est un joueur qui n'obtenait pas beaucoup de temps de jeu l'an dernier, mais il a désormais la chance d'exploiter son talent. Côté patin, il peut tourner sur un 10 cents. Il a de bonnes mains, il est patient avec la rondelle. C'est sûr qu'il joue avec le Suisse Sven Andrighetto, qui est tout un joueur, mais il a de belles qualités, comme l'anticipation et l'intelligence.»

À suivre. Le prochain test d'importance pour Dea surviendra lors du Super Défi Subway entre le Québec et une formation russe en novembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer