Enfin, le Tournoi des Maîtres!

À compter de demain matin, 89 golfeurs se... (Photo Rob Schumacher, USA TODAY Sports)

Agrandir

À compter de demain matin, 89 golfeurs se lanceront à l'assaut des allées du mythique parcours Augusta National, en Géorgie, avec à la clé le prestigieux veston vert remis au champion du premier tournoi majeur de la saison, le Tournoi des Maîtres.

Photo Rob Schumacher, USA TODAY Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pas de doute, c'est déjà le temps du Tournoi des Maîtres!

En fait, on l'a vu approcher depuis quelques semaines déjà à mesure que les grands golfeurs reprenaient leur place au sommet de la hiérarchie dans les tournois. Tous ont préparé le grand rendez-vous d'Augusta avec attention et l'édition 2016 du «Masters» promet d'être un grand cru.

> Consultez les heures de départ pour la première ronde

Disputé depuis 1934 «sur invitation», le tournoi réunit traditionnellement le plus petit groupe de joueurs des quatre tournois majeurs. Cette année, ils ne sont que 89 golfeurs, mais tous les meilleurs sont là, à commencer par le trio qui domine le classement mondial: l'Australien Jason Day (1), l'Américain Jordan Spieth (2) et l'Irlandais du Nord Rory McIlroy (3).

Jason Day, Rory McIlroy et Jordan Spieth lors... (Photo John David Mercer, USA TODAY Sports) - image 2.0

Agrandir

Jason Day, Rory McIlroy et Jordan Spieth lors d'une ronde le mois dernier, en Floride. Les trois premiers golfeurs au classement mondial débarquent à Augusta avec la ferme intention de repartir avec le veston vert.

Photo John David Mercer, USA TODAY Sports

Chacun d'eux affiche des prétentions légitimes au fameux veston vert. Day a remporté 6 de ses 13 derniers tournois, dont les 2 derniers, et il joue avec ce mélange d'assurance et d'audace qui a souvent caractérisé les champions au club Augusta National.

Seulement trois joueurs ont défendu leur titre du Tournoi des Maîtres avec succès - Tiger Woods, Nick Faldo et Jack Nicklaus -, mais Spieth n'y a signé que des exploits, terminant deuxième à ses débuts en 2014, à seulement 20 ans, avant de s'imposer l'année dernière. Pas aussi brillant cette saison jusqu'ici, un retour à Augusta pourrait le relancer.

McIlroy, qui avait gâché une chance de remporter son premier titre majeur en 2011 avec une ronde finale de 80, tente cette année de compléter son Grand Chelem en carrière. Déjà vainqueur à l'Omnium des États-Unis (2011), au Championnat de la PGA (2012, 2014) et à l'Omnium britannique (2014), il a fait du veston vert sa priorité.

Plusieurs autres joueurs entendent bien barrer la route du titre au trio de tête - on en reparlera demain - et la compétition s'annonce très vive. Cela dit, ce sera bien difficile de se concentrer uniquement sur les performances des joueurs tant la beauté du site est captivante.

Bobby Jones, le créateur du tournoi, avait été séduit par cette ancienne pépinière d'arbres et d'arbustes fruitiers et avait insisté auprès de l'architecte Allister MacKenzie pour qu'on en conserve la beauté. Le résultat est spectaculaire, particulièrement dans le fameux «Amen Corner», cette succession des 11e, 12e et 13e trous, qui a été aménagée dans une des sections les plus belles du terrain.

Comme le surnom l'indique, ce sont rarement les joueurs qui apprécient les qualités esthétiques de ces trous, mais les spectateurs, eux, sont toujours gâtés!

_____________________________________________

Jack Nicklaus lors de sa victoire au Tournoi... (Photo Joe Benton, Archives Associated Press) - image 3.0

Agrandir

Jack Nicklaus lors de sa victoire au Tournoi des Maîtres en 1986.

Photo Joe Benton, Archives Associated Press

Trois anniversaires

1986: Un dernier exploit de l'Ours

Il y a 30 ans, Jack Nicklaus remportait à 46 ans son 18e et dernier titre majeur avec une incroyable ronde finale de 65. Nicklaus, qui demeure aujourd'hui le vainqueur le plus âgé du Tournoi des Maîtres, avait négocié le redoutable neuf de retour en 30 coups (-6). Au 17e trou, après avoir réussi un coup roulé de 18 pieds, celui qu'on surnommait «The Golden Bear» (l'ours doré), avait levé son fer droit vers le ciel, une image qui est restée associée à jamais à ce qui est considéré par plusieurs comme le plus grand exploit de l'histoire du «Masters».

1996: La déconfiture de Norman

Il y a 20 ans, Greg Norman avait amorcé la dernière ronde du Tournoi des Maîtres avec une priorité de six coups... mais il a perdu par cinq coups face à son partenaire de jeu Nick Faldo. Après trois bogueys consécutifs aux 9e, 10e et 11e trous, Norman a définitivement perdu toutes ses chances au 12e trou en frappant sa balle à l'eau. Sa ronde finale de 78 n'est pas la pire d'un meneur au «Masters» (Ken Venturi et Rory McIlroy ont joué 80!), mais l'ampleur de cette déconfiture continue de définir la réputation de Norman.

2001: Woods complète son «Tiger Slam»

Tiger Woods reste aujourd'hui le seul golfeur à avoir détenu simultanément les quatre titres majeurs du golf moderne et c'est à Augusta, il y a 15 ans, qu'il a complété son «Tiger Slam». Vainqueur en 2000 de l'Omnium des États-Unis, de l'Omnium britannique et au Championnat de la PGA, il a remporté le Tournoi des Maîtres de 2001 au terme d'une ronde finale spectaculaire où il a repoussé les assauts de Phil Mickelson, puis de David Duval. Woods, qui compte 4 victoires et 13 fois le top 10 à Augusta, ratera le tournoi de cette année en raison de maux persistants au dos, sa deuxième absence en trois ans...

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • La bataille des «J» à Augusta!

    Sports

    La bataille des «J» à Augusta!

    Jeudi, le rideau se lève sur la 80e édition du tournoi des Maîtres, premier majeur de la saison 2016. »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer