• Accueil > 
  • Sports > 
  • Golf 
  • > Coupe des Présidents: l'équipe internationale réduit l'écart 

Coupe des Présidents: l'équipe internationale réduit l'écart

Le Sud-Coréen Bae Sang-moon (à droite) a réussi... (Photo Jung Yeon-Je, AFP)

Agrandir

Le Sud-Coréen Bae Sang-moon (à droite) a réussi un coup roulé de 12 pieds au 18e trou pour procurer un point précieux à l'équipe internationale.

Photo Jung Yeon-Je, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Doug Ferguson
Agence France-Presse
Incheon, République de Corée

Bae Sang-moon n'a jamais ressenti autant de pression que vendredi à la Coupe des Présidents.

Il avait seulement défrayé les manchettes en Corée du Sud cette année pour avoir échoué dans sa tentative de prolonger son exemption du service militaire obligatoire. Il ignorait quel accueil lui réserveraient les spectateurs au Club de golf Jack Nicklaus de Corée.

Et Bae s'est retrouvé confronté à un coup roulé de 12 pieds essentiel pour la remontée de l'équipe internationale, tandis que la moitié de ses coéquipiers se trouvaient en bordure du vert et que des milliers de Coréens l'observaient à partir des tribunes.

«Je suis certain qu'il était nerveux. J'étais nerveux juste à le regarder, a confié son partenaire de jeu, Danny Lee. Il avait donc à faire un homme de lui, et à frapper cette balle de golf.»

L'explosion de joie lorsque celle-ci est disparue au fond de la coupe était viscérale, un moment qui restera gravé dans la mémoire de Bae et qui pourrait enfin permettre à l'équipe internationale d'offrir un bon défi aux Américains.

Ces derniers, qui menaient 4-1 après la première séance jeudi, ont ainsi vu leur avance être réduite à 5 1/2-4 1/2.

«Je pense qu'après hier (jeudi) les États-Unis croyaient probablement que ce serait une formalité, a confié le golfeur sud-africain Branden Grace. Nous avons tout donné et avons joué avec notre coeur. Nous sommes en bonne position présentement. Nous n'accusons qu'un point de retard, et vous savez, beaucoup de choses peuvent se produire.»

Bae a joué en compagnie de Lee dans ce match disputé selon la formule quatre balles et ils l'ont emporté par un point contre Rickie Fowler et Jimmy Walker. La formation internationale a ainsi remporté sa première séance par équipes en quatre ans pour s'approcher à un point des Américains. Il y aura quatre matchs en équipe de deux samedi qui mettront ensuite la table pour la ronde finale, dimanche.

«Le coup roulé que Sang-moon a réussi au 18e aujourd'hui était probablement le fait saillant de notre journée», a confié le capitaine de l'équipe internationale Nick Price.

Outre le coup roulé de Bae, Price a trouvé d'autres raisons de célébrer.

Louis Oosthuizen et Grace ont réussi trois coups roulés cruciaux au virage pour arracher une victoire de 4-et-3 à Jordan Spieth et Dustin Johnson, tandis que Charl Schwartzel et Thongchai Jaidee prenaient facilement la mesure du duo américain formé de Chris Kirk et Bill Haas - qui ont dû se contenter de la normale, au mieux, pendant 13 trous.

Mickelson commet une bourde monumentale

Les États-Unis auraient pu mener par un écart plus important si Phil Mickelson avait appris les règlements.

La pénalité qui a surpris les deux capitaines - le match est passé d'une égalité à deux points en faveur de l'équipe internationale en un seul trou - a été imposée après que Mickelson eut ignoré un règlement portant sur la balle de golf.

Les golfeurs doivent conserver le même modèle de balle pendant une ronde complète, dans les matchs à quatre balles et dans ceux individuels. «Lefty» n'a jamais songé à ça avant d'opter pour une balle plus ferme qui lui aurait permis d'atteindre le vert du septième trou, une normale 5, en deux coups. C'est seulement lorsqu'il a croisé le capitaine américain Jay Haas qu'il a songé à lui demander si c'était correct.

Ça ne l'était pas.

«C'est ma responsabilité de savoir ça, a dit Mickelson. J'aurais dû au moins demander la permission avant d'effectuer mon coup de départ.»

Dans ce genre de compétition, la pénalité est un ajustement d'un trou - un point est accordé à l'autre équipe. Le comité en charge de l'application des règlements a rendu la situation encore pire en mentionnant à Mickelson qu'il ne pouvait pas compléter le trou, et en conséquence l'Américain a ramassé sa balle. C'est seulement quelques minutes plus tard que le comité a réalisé que Mickelson aurait pu le compléter, puisque la pénalité avait déjà été décernée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer