L'Europe conserve son titre à la coupe Ryder

Rory McIlroy et Graeme McDowell... (PHOTO GLYN KIRK, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Rory McIlroy et Graeme McDowell

PHOTO GLYN KIRK, AGENCE FRANCE-PRESSE

Les Européens ont aisément remporté la 40e Coupe Ryder hier au club Gleneagles en Écosse, terminant la compétition avec une priorité de 16 ½ à 11 ½. Il s'agissait d'une troisième victoire d'affilée, d'une huitième en dix présentations pour les Européens.

En déficit de quatre points en début de journée, les Américains étaient contraints à l'exploit et ils ont pris rapidement les devants dans six des neuf premières parties en simple. Le numéro un mondial Rory McIlroy a toutefois vite assuré un premier point aux Européens, 5 et 4 aux dépens de Rickie Fowler, puis son compatriote nord-irlandais Graeme McDowell a comblé un déficit de trois trous pour vaincre l'autre jeune meneur américain, Jordan Spieth, 2 et 1.

L'élan des visiteurs était brisé et la suite n'a été qu'une formalité, puis une longue célébration à mesure que les points s'accumulaient pour les Européens au tableau. C'est Jamie Donaldson qui a enregistré la victoire qui plaçait officiellement son équipe hors d'atteinte, procurant à la recrue de 38 ans «la plus vive sensation de [ma] carrière!»

Le capitaine européen Paul McGinley, déjà trois fois vainqueur de la Coupe à titre de joueur, a obtenu à 47 ans la consécration de plusieurs années de travail, lui qui était déjà vice-capitaine en 2010 et 2012. «Je suis extrêmement fier d'avoir pu diriger ce formidable groupe de 12 joueurs, mais aussi tous ceux qui ont travaillé avec nous depuis deux ans, a souligné l'Irlandais.

«Cela a aussi été un honneur de côtoyer mon adversaire Tom Watson tout au long de la préparation et de la compétition. C'est l'une de mes idoles, une légende du golf, et sa présence a rendu cette expérience plus magique encore.»

Déception et dissension chez les Américains

Watson a aussi rendu hommage à ses rivaux. «Les parties en foursomes (coups alternés) ont fait la différence, c'est là qu'ils ont creusé l'écart vendredi et samedi, a noté le capitaine américain. En fait, nous avons obtenu plus de points (10 ½ à 9 ½ dans le reste des parties. Aujourd'hui, nous avons bien amorcé la journée, mais ils ont renversé la situation.»

Watson a subi une première défaite en Coupe Ryder, après trois victoires et un résultat nul à titre de joueur et une victoire comme capitaine en 1993. Orgueilleux et exigeant envers lui-même, le plus vieux capitaine de l'histoire de la Coupe Ryder (65 ans) n'a pas été tendre envers ses joueurs. «Ils ont fait de leur mieux, mais cela n'a pas été suffisant pour vaincre une équipe européenne très motivée. Après trois défaites consécutives, les Américains devront réfléchir sérieusement aux raisons de leurs insuccès et à ce qu'ils devront améliorer dans leur préparation et leur attitude pour espérer battre les Européens.»

Le vétéran Phil Mickelson, qui a été tenu à l'écart samedi, s'est fait l'écho de dissensions au sein de la formation américaine. Quand on lui a demandé si la direction de l'équipe aurait pu faire un meilleur travail de préparation, il a acquiescé, avant de poursuivre: «Nous avions une bonne formule en 2008, avec «Zinger» [le capitaine Paul Azinger], qui était proche des joueurs. Nous nous sommes éloignés de cette formule par la suite et ce serait bien d'y revenir...»

Les Américains dominent encore le classement avec 25 victoires, 13 défaites et 2 matchs nuls. «Nous avons une longue pente à remonter, mais chacune de nos victoires nous rapproche et démontre les progrès du golf européen, a d'ailleurs rappelé Rory McIlroy.

«Et rien n'égale la passion de nos amateurs. C'est une expérience extraordinaire de jouer la Coupe Ryder chez nous tous les quatre ans, très différente de ce qu'on peut voir aux États-Unis. Les spectateurs chantent, dansent, se costument et tout cela contribue à nous motiver encore plus.»

Rose et McDowell en évidence

L'Anglais Justin Rose a été le meilleur pointeur de la compétition avec trois victoires et deux parties nulles (4 points). Hier, il a comblé un déficit de quatre trous face à Hunter Mahan en réussissant quatre oiselets d'affilée, du 8e au 11e trou, puis encore un dernier au 18e trou. De son côté, Graeme McDowell a été le seul à présenter une fiche parfaite de trois victoires en trois parties.

Du côté américain, seul Patrick Reed est resté invaincu. Le Français Victor Dubuisson, qui faisait lui aussi ses débuts en Coupe Ryder, a également évité la défaite avec deux victoires et une partie nulle. On devrait le revoir dans cette compétition, où il excelle, d'autant plus que la prochaine présentation européenne de la Coupe, en 2018, aura lieu au Golf National près de Paris.

En 2016, à Hazeltine

La prochaine Coupe Ryder sera disputée au club Hazeltine National de Chaska, au Minnesota en 2016. Les Américains ont remporté leurs deux seules victoires des 10 dernières présentations chez eux, en 1999 à Brookline au Massachusetts et en 2008 au club Valhalla de Louisville au Kentucky. Les capitaines n'ont pas encore été désignés - ils le seront au cours des prochaines semaines -, mais les noms du Nord-Irlandais Darren Clark et de l'Américain Larry Nelson sont souvent mentionnés.




À découvrir sur LaPresse.ca

Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer