Seul Martin Kaymer a profité du parcours

Publicité

Il a fallu attendre toute la journée, jeudi, à Pinehurst pour voir un golfeur se détacher du peloton et c'est finalement l'Allemand Martin Kaymer qui l'a fait.

Le joueur de 29 ans a joué une ronde de 65, cinq coups sous la normale, pour prendre une avance de trois coups sur un groupe de trois golfeurs. Il s'agit du meilleur pointage enregistré sur le parcours no 2 de Pinehurst en trois présentations de l'Omnium des États-Unis.

«Un 65, aujourd'hui, c'est assez exceptionnel! J'ai simplement évité les erreurs. J'ai frappé de bons coups, je me suis bien débrouillé sur les verts et j'ai eu la chance de terminer la journée en force», a expliqué Kaymer qui a réussi trois oiselets sur les cinq derniers trous.

L'Allemand a été le seul à profiter des conditions de jeu relativement clémentes sur le «terrible» parcours no 2 de Pinehurst.

«J'ai été surpris de voir que le parcours était aussi mou, alors qu'il était si dur mardi et mercredi. Je suis évidemment heureux d'être en tête avec une priorité de trois coups, mais ce n'est toutefois que la première ronde... Habituellement, les conditions deviennent de plus en plus difficiles. Je crois que si je reste autour de la normale, j'aurai de bonnes chances d'être dans la lutte pour la victoire jusqu'au bout.»

Kaymer, qui avait remporté le Championnat de la PGA en 2010 avant de connaître des ennuis, est revenu à son meilleur niveau cette saison avec déjà une victoire au Championnat des joueurs. Il devance Graeme McDowell (Irlande du Nord), Brendon de Jonge (Zimbabwe) et Kevin Na (États-Unis), tous à -2, ainsi qu'un groupe de 11 golfeurs à -1. On retrouve des représentants de 7 pays parmi les 15 joueurs qui ont fait mieux que la normale et la plupart des têtes d'affiche sont encore dans la lutte pour la victoire.

McDowell, qui a remporté l'Omnium en 2010, a insisté sur le test psychologique qui attend les golfeurs. «Je suis heureux d'avoir amorcé le tournoi de cette façon, a-t-il expliqué. Ce n'était pas nécessairement ma meilleure journée sur le plan des coups, mais il ne faut pas nécessairement frapper tous ses coups à la perfection ici. L'important est de placer sa balle au bon endroit, à tous les coups, et ce sera de plus en plus difficile de le faire...»

L'Américain Matt Kuchar, l'un des grands favoris, a longtemps été seul en tête à -3, mais deux bogueys en fin de ronde l'ont relégué à -1. Toujours solide avec son fer droit, il a noté: «Le parcours m'a agréablement surpris. Les verts étaient réceptifs et c'était encore possible d'arrêter la balle.

«Au neuvième trou, j'ai frappé un coup de fer 7 aussi haut que j'en suis capable et ma balle s'est arrêtée cinq pieds derrière le fanion. Ces conditions sont parfaites, mais c'est évident qu'elles vont évoluer au cours du tournoi. Dimanche, je ne suis pas certain que mon coup de fer 7 va demeurer sur le vert...»

Mickelson bien placé

Le populaire Phil Mickelson, qui tente de s'imposer après six deuxièmes places en carrière, s'est contenté de la normale (70) après avoir brièvement occupé la tête. «Une ronde correcte, sans plus, mais je ne me suis certainement pas sorti du tournoi», a jugé Mickelson.

«En fait, j'ai bien joué du tertre au vert. J'ai excellé avec mon décocheur, ce qui n'est pas toujours le cas pour moi, et cela pourrait m'aider ce week-end. Sur les verts, je n'ai raté aucun des courts coups roulés, mais je n'ai toutefois pas réussi les roulés de 15 ou 20 pieds qui m'auraient permis d'enregistrer une très bonne ronde.»

Le golfeur, impliqué dans une enquête du FBI sur des opérations boursières frauduleuses, a assuré que cette situation ne l'avait pas dérangé. «Je n'ai rien à me reprocher et je collabore entièrement à l'enquête. Cette semaine, toute mon attention est évidemment tournée vers le golf et ce tournoi. Je me suis préparé aussi bien que j'en ai l'habitude.»

Watson et Scott trébuchent

L'Américain Bubba Watson, qui pouvait devenir le deuxième joueur seulement en plus de 40 ans à remporter les deux premiers tournois majeurs de la saison, a fort mal amorcé le tournoi avec une ronde de 76 (+6). Le champion du Tournoi des Maîtres n'a jamais semblé à l'aise sur le parcours no 2 de Pinehurst.

«Ici, c'est difficile pour moi de visualiser mes coups. J'ai souvent frappé ce que je croyais être de bons coups avec de mauvais résultats. Je me suis aussi souvent retrouvé dans des positions difficiles hors des allées... Mais au fond, c'est mon exécution qui a fait défaut toute la journée et c'est la raison pour laquelle je suis à +6.»

Un autre favori, le numéro un mondial Adam Scott, a tout juste sauvé les meubles avec une première ronde de 73 (+3). «Je n'ai pas si mal joué dans l'ensemble, mais j'ai raté quelques coups autour des verts qui m'ont coûté très cher. C'est important d'exceller avec son jeu court sur un parcours comme celui-ci et je ne l'ai pas fait aujourd'hui (jeudi).»

_________________________________________

Rickie Fowler... (Photo Kevin Liles, USA Today) - image 2.0

Agrandir

Rickie Fowler

Photo Kevin Liles, USA Today

Sur les verts

Un hommage à Payne Stewart

Habituellement friand de tenues colorées et très voyantes, le jeune Américain Rickie Fowler en a surpris plusieurs jeudi matin avec un pantacourt blanc qui se voulait un hommage à Payne Stewart, le champion de l'Omnium en 1999 à Pinehurst. Stewart avait trouvé la mort quelques semaines plus tard dans un accident d'avion. «J'y pensais depuis un mois, a expliqué le joueur de 25 ans. Payne était l'un de mes joueurs préférés de tous les temps et cette tenue est une façon d'honorer sa mémoire. Je me souviens encore d'où j'étais quand j'ai entendu la nouvelle de son accident: dans la voiture de ma mère, après l'école. Cela avait été une journée difficile...»

Dur de défendre un titre à l'Omnium...

Personne n'a défendu le titre de l'Omnium des États-Unis depuis Curtis Strange il y a 25 ans, et seulement six joueurs ont réussi l'exploit en 114 présentations du tournoi. C'est donc dire que l'Anglais Justin Rose n'était pas vraiment l'un des favoris, et sa première ronde de 72 (+2) le laisse déjà loin des meneurs. «Être champion en titre a été un honneur pour moi et, malgré les obligations, j'ai pu me préparer adéquatement, a-t-il expliqué en conférence de presse. J'étais à +4 après neuf trous et je me suis dit: "Si je peux revenir à +2, et ensuite jouer un coup sous la normale dans chacune des trois dernières rondes, j'aurai mes chances"...»

Les prochains champions

Plusieurs joueurs amateurs (11) sont inscrits à l'Omnium, mais deux d'entre eux retiennent particulièrement l'attention: l'Anglais Matthew Fitzpatrick et l'Australien Oliver Goss. Le premier est champion amateur des États-Unis et a été le meilleur de cette catégorie à l'Omnium britannique de 2013; le second était finaliste du championnat amateur des États-Unis et il a été le meilleur amateur ce printemps au Tournoi des Maîtres. Goss (20 ans) a encore deux années d'admissibilité à l'Université du Tennessee, mais Fitzpatrick (19 ans) a déjà annoncé qu'il deviendrait professionnel après l'Omnium.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Omnium des États-Unis: Phil Mickelson, enfin?

    Golf

    Omnium des États-Unis: Phil Mickelson, enfin?

    Déjà vainqueur des trois autres tournois majeurs du golf professionnel et de cinq titres du Grand Chelem au total, l'Américain Phil Mickelson n'a... »

Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer