La persévérance de Nick Foles récompensée

Le quart-arrière des Eagles de Philadelphie, Nick Foles,... (Photo Chris Wattie, Reuters)

Agrandir

Le quart-arrière des Eagles de Philadelphie, Nick Foles, a été nommé le joueur le plus utile du 52e Super Bowl, dimanche, complétant 28 de ses 43 passes pour des gains de 373 verges par la voie des airs.

Photo Chris Wattie, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Barry Wilner
Associated Press
Bloomington, Minn.

La route qu'a empruntée Nick Foles, jalonnée de succès, mais aussi de bien des embûches, l'a amené à soulever rien de moins que le trophée Lombardi.

Et aussi le trophée Rozelle, remis au joueur le plus utile du Super Bowl.

Tout un exploit pour un ancien partant tombé dans l'ombre, avant de baigner dans la plus grande réussite.

On sait qu'il a, avec brio, pris la relève du jeune et très prometteur Carson Wentz, blessé en décembre. Mais comment a t-il réussi à battre Tom Brady, cinq fois gagnant du Super Bowl, dans un match emblématique de ce dernier, un festin offensif?

Une chose revient constamment comme réponse: la persévérance.

«Le principal est de ne pas avoir peur de l'échec, a dit Foles, quelques heures folles après avoir orchestrée la montée d'une vie menant aux points décisifs, les Eagles battant les Patriots, 41-33. Ça fait partie de la vie. Je n'en serais pas là si je n'avais pas échoué un million de fois.»

«Je ne suis pas un surhomme, je suis humain, a poursuivi le quart de 29 ans. Quand vous vivez des épreuves, c'est une occasion de grandir.»

Foles et l'entraîneur Doug Pederson ont dit que telle était l'approche tout au long de la saison 2017. Philadelphie avait connu une campagne de 7-9 en 2016, le partant étant alors Wentz, alors recrue. En 2017, il a fait des pas de géant et avait le profil d'un joueur le plus utile avant de se blesser au genou gauche, lors de la semaine 14.

C'est l'une des nombreuses blessures sérieuses avec lesquelles les Eagles ont dû composer, en route vers leur premier championnat de la NFL depuis 1960.

Le vétéran plaqueur Jason Peters, le polyvalent demi offensif Darren Sproles, l'as des unités spéciales Chris Maragos et le secondeur partant Jordan Hicks, ils ont tous subi des blessures les écartant pour le reste de la saison.

«Ce n'est pas facile à gérer, a concédé Pederson, qui a guidé son club vers un titre de section avec un dossier de 13-3, et vers trois gains de plus en contexte éliminatoire. Vous pensez beaucoup à comment aborder ça dans le vestiaire. En partie, c'était une question de faire confiance aux joueurs, de leur permettre de se valoriser avec cette mentalité du "prochain disponible".»

Foles était le prochain à qui se fier comme quart. Un peu un réserviste de luxe, ce dont Pederson était conscient.

Pederson a étudié des vidéos de Foles avec les Eagles quand Chip Kelly était l'entraîneur, puis de ses matchs avec les Rams et Chiefs. Il a choisi certains jeux où il excellait, puis il a donné les rênes à son quart numéro deux.

«C'était simplement une question de lui donner le temps de bien s'entraîner avec les gars, a dit Pederson. Comme organisation, nous savions que nous allions être corrects avec lui.»

«Il y a plein d'hommes au caractère fort dans cette équipe, a continué Pederson. L'absence d'égoïsme de nos leaders, aussi bien chez les joueurs que dans notre personnel d'adjoints, ça vous donne une chance de remporter un match comme ça.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

la liste:123302:liste;la boite:4317250:box

Rondelle libre>

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer