Anthony Calvillo accorde beaucoup de mérite à Tracy Ham

Tracy Ham et Anthony Calvillo en 2014... (Photo David Boily, archives La Presse)

Agrandir

Tracy Ham et Anthony Calvillo en 2014

Photo David Boily, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Dan Ralph
La Presse Canadienne

Anthony Calvillo et Tracy Ham sont de nouveau réunis. Calvillo dit que Ham lui a permis de relancer sa carrière dans la Ligue canadienne de football avec les Alouettes de Montréal. Mercredi, Calvillo a suivi son mentor en étant admis au Temple de la renommée du football canadien à sa première année d'éligibilité.

Ham s'est retiré à la suite de la saison 1999 et a été intronisé en 2010.

«Quand je suis arrivé à Montréal, j'ai dû prendre un pas de recul et me rebâtir, a dit Calvillo. J'accorde beaucoup de mérite à Tracy Ham, qui m'a vraiment permis de constater comment un quart d'experience, champion de surcroît, doit se comporter, autant sur le terrain qu'à l'extérieur.

«Je lui dois aussi beaucoup au niveau de la préparation mentale afin de connaître du succès semaine après semaine.»

Calvillo s'est amené à Montréal après trois difficiles saisons à Hamilton. Il a commencé sa carrière dans la LCF en 1994, avec le Posse de Las Vegas. Il est passé aux Tiger-Cats avec le premier choix du repêchage d'expansion, quand le Posse a fermé ses livres après une saison.

Hamilton fondait de grands espoirs en Calvillo, mais l'équipe a libéré le quart de Los Angeles après la saison 1997. Calvillo a amorcé 26 matchs des Ti-Cats en trois saisons, complétant 56,9% de ses passes pour 7579 verges et 44 touchés, contre 45 interceptions. Joueur autonome, Calvillo s'est joint aux Alouettes et a appris son métier derrière Ham, gagnant de deux coupes Grey.

«Ce qui m'a frappé, c'est le respect que les gars éprouvaient pour lui dans le vestiaire, a rappelé Calvillo. C'est en raison de tout le travail supplémentaire qu'il faisait que les gars le respectaient tant. Il se présentait trois heures avant les entraînements pour des séances vidéo.

«Il m'a appris ce que je devais chercher et m'a constamment défié. Ça m'a grandement aidé.»

Calvillo a été le partant de 14 rencontres au cours des deux saisons suivantes, avant de devenir le quart numéro 1 en 2000. Au cours des 14 saisons suivantes, il a mené les Alouettes à huit finales de la Coupe Grey, en gagnant trois. Il a été nommé joueur par excellence de la LCF trois fois et a lancé pour plus de 5000 verges en sept occasions. En 2011, il est devenu le meilleur passeur de l'histoire du football professionnel.

Il a toutefois été contraint de se retirer à la suite de la saison 2013, après avoir subi une commotion cérébrale qui a mis fin prématurément à sa saison. Il a quitté le circuit canadien avec le plus grand nombre de verges par la passe (79 816), de touchés (455), de passes complétées (5892) et tentées (9437) et de verges par la passe à la Coupe Grey (2470).

Ces chiffres sont encore plus impressionnants en considérant que Calvillo ne connaissait presque rien du circuit canadien au moment de se joindre au Posse.

«Qu'il y ait un essai de moins n'était pas un problème pour moi. Ce qui sortait vraiment de l'ordinaire, c'était la dimension du terrain. C'était le plus important ajustement, parce que le ballon allait se trouver dans les airs un peu plus longtemps que d'habitude sur certains lancers. Le joueur de plus, il fallait aussi en tenir compte, mais ce n'était pas un gros problème. C'était vraiment la taille du terrain.»

Ce qui ressort le plus de la carrière de Calvillo, ce ne sont pas les championnats ou les récompenses, mais sa longévité.

«J'en ai fait une question de fierté de m'imposer un niveau de jeu élevé. C'est ce qui m'a permis de jouer pendant aussi longtemps, a-t-il expliqué. Je me suis assuré de m'améliorer et de demeurer au sommet de mon art, surtout en fin de carrière. À mes yeux, mes cinq, six dernières années sortent du lot.»

Calvillo a également louangé le travail du propriétaire des Alouettes Robert Wetenhall, du directeur général Jim Popp (maintenant avec les Argonauts) et de l'ex-président Larry Smith. Selon lui, ce sont ces trois hommes qui ont établi les fondations des succès des Alouettes.

«Ils ont instauré les normes qui devaient être satisfaites année après années, s'assurant que les joueurs et les entraîneurs étaient responsables d'atteindre ces objectifs élevés, a rappelé Calvillo. Les gars n'acceptaient pas la défaite. Ça a été payant pour nous.»

Après une année passée loin du football, Calvillo est revenu chez les Alouettes en 2015, à titre d'entraîneur des receveurs. Il occupe actuellement le poste d'entraîneur des quarts sous l'entraîneur-chef Jacques Chapdelaine, qui est aussi le coordonnateur à l'attaque, poste qu'occupait Calvillo la saison dernière.

La saison 2017 marquera également le reotur de l'entraîneur-chef Marc Trestman dans la LCF, avec les Argos. Le premier passage de Trestman au Canada a été avec les Alouettes, de 2008 à 2012. Il a mené l'équipe à trois finales consécutives au début de son règne, remportant celles de 2009 et 2010.

Calvillo a excellé dans le système mis en place par Trestman, spécialiste des quarts. Calvillo a complété 60% de ses passes au cours des cinq saisons sous ses ordres, en plus de cmppléter 43 passes de touché en 2008, un sommet personnel.

«La plus grande qualité de Marc, c'est qu'il savaiot reconnaître le pouls du vesitaire. il savait quand nous pousser et quand nous laisser tranquille. Il savait quand il devait nous en demander davantage ou quand calmer nos ardeurs.

«Je n'ai jamais vraiment côtoyé un entraîneur capable de faire cela de façon constante. Ça démontre toute l'importance de l'entraîneur-chef pour une organisation, parce que c'est lui qui mène, mais tout le monde doit le suivre.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer