Le Rouge et Noir remporte la Coupe Grey

Le quart-arrière du Rouge et Noir d'Ottawa, Henry Burris,... (Photo Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Le quart-arrière du Rouge et Noir d'Ottawa, Henry Burris, a été nommé le joueur le plus utile du match de la Coupe Grey.

Photo Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On se souviendra longtemps du 104e match de la Coupe Grey, disputé dimanche soir au BMO Field, à Toronto. Le Rouge et Noir d'Ottawa a remporté un duel épique, 39-33 en prolongation, contre les Stampeders de Calgary, pourtant largement favoris avant la rencontre.

Par où commencer pour décrire ce match rocambolesque? Commençons avec Henry Burris, qui a été nommé joueur par excellence de la rencontre en vertu de ses 461 verges et ses trois passes de touché. Le vétéran de 41 ans n'était même plus sûr de pouvoir jouer après s'être blessé à un genou durant la période d'échauffement avant le match.

Le match en photos

Comme ils l'avaient fait lors de la finale de l'année dernière, Burris et le Rouge et Noir ont amorcé le match en lion, inscrivant un touché dès leur première série. L'équipe de Rick Campbell s'est même forgé une avance de 27-7, mais après quelques minutes de disputées au troisième quart, les Stampeders ont petit à petit pris le contrôle du match.

> Le sommaire de la rencontre

Les Stamps ont même marqué 10 points dans les deux dernières minutes du quatrième quart afin de forcer la tenue de la prolongation. Après un touché de DaVaris Daniels, ils ont récupéré un botté court après que Brad Sinopoli eut été incapable de maîtriser le ballon. Les membres du Rouge et Noir semblaient abasourdis sur les lignes de touche.

La marque était de 33-30 en faveur du Rouge et Noir, et les Stampeders avaient le ballon à la ligne de deux verges de l'ennemi avec une vingtaine de secondes à faire en temps réglementaire. Plutôt que de donner le ballon au gros Jerome Messam, les Stampeders ont opté pour un jeu d'option avec leur quart réserviste, Andrew Buckley. La stratégie n'a pas fonctionné, et Dave Dickenson a envoyé le botteur Rene Paredes sur le terrain pour tenter un court placement qui a créé l'égalité, 33-33. Dickenson opterait-il pour la même stratégie s'il pouvait ravoir ce jeu?

En prolongation, Burris a rejoint Ernest Jackson sur une passe de 18 verges pour le touché qui allait s'avérer celui de la victoire. Jackson a jonglé avec le ballon pendant une seconde ou deux avant de franchir la ligne des buts.

Bo Levi Mitchell et l'attaque des Stampeders ont été incapables de marquer lorsqu'ils ont eu le ballon à leur tour, et lorsque leur dernière passe est tombée au sol, la ville d'Ottawa a pu commencer à fêter son premier championnat dans la LCF depuis celui des Rough Riders, en 1976.

De la nervosité

Mitchell avait avoué au cours des derniers jours qu'il y avait beaucoup de pression sur lui et ses coéquipiers en raison de la spectaculaire saison (15-2-1) qu'ils avaient connue. Et dimanche, cela a paru, surtout en première demie.

Mitchell et ses receveurs ont manqué de synchronisme et, pour la première fois de la saison, le quart a lancé trois interceptions au cours d'un même match.

Il faut cependant préciser que le meilleur receveur des Stampeders, Marquay McDaniel, a quitté le match au premier quart en raison d'une blessure à une épaule, ce qui a compliqué les choses pour une équipe qui ne possède pas beaucoup de profondeur chez ses receveurs.

Messam n'a porté le ballon qu'à huit reprises pour 35 verges, mais a terminé sa soirée avec six attrapés pour 59 verges. Le porteur de ballon a également inscrit un touché, mais avec le recul, les Stampeders regretteront peut-être de ne pas l'avoir utilisé davantage.

Mitchell s'est ressaisi en fin de match et a terminé la rencontre avec des statistiques plus que respectables (28 en 38 pour 391 verges et 2 touchés). Mais c'est le vieux Burris qui a été le meilleur passeur sur le terrain - et il a ainsi remporté sa deuxième Coupe comme quart partant.

Chapeau à Desjardins

Le Rouge et Noir a eu la frousse dans les derniers instants du palpitant match de dimanche, mais a réussi ce qu'il avait été incapable de faire l'an dernier. La jeune équipe avait perdu son avance de 13-0 et les Eskimos leur avaient finalement soutiré la victoire dans les dernières minutes. Pas cette fois.

Le Rouge et Noir remporte donc le premier championnat de son histoire à sa troisième année d'existence ! Le mérite revient d'abord et avant tout à Marcel Desjardins, DG du club.

L'ancien bras droit de Jim Popp a pris toutes les bonnes décisions depuis qu'il est déménagé à l'autre bout de la 50, il y a environ quatre ans. Campbell comme entraîneur-chef, Burris comme quart-arrière. Desjardins a ensuite convaincu l'excellent Trevor Harris de s'amener à Ottawa dans un rôle de réserviste à Burris...

Le Franco-Ontarien a construit une défense coriace, un très bon groupe de receveurs, une ligne offensive solide. Mais surtout, les joueurs et les entraîneurs du Rouge et Noir sont manifestement fiers de faire partie de cette organisation.

On peut certainement se réjouir de la victoire du Rouge et Noir, qui compte sur plusieurs joueurs québécois et d'anciens Alouettes. Patrick Lavoie a notamment inscrit un touché, dimanche, et Antoine Pruneau et Arnaud Gascon-Nadon ont disputé un bon match en défense.

Les Alouettes ont beaucoup de travail devant eux afin de déloger le Rouge et Noir au sommet de l'Est. L'équipe de l'Outaouais est jeune, talentueuse et très bien dirigée. Chapeau à Desjardins et à son club!

_________________________________________________

Ils ont dit

Henry Burris, quart-arrière du Rouge et Noir: «Tout ce que je veux faire maintenant, c'est laisser les amateurs d'Ottawa toucher cette coupe. Ça fait trop longtemps qu'ils attendent ce moment.»

Antoine Pruneau, maraudeur du Rouge et Noir: «Ça ne fait que 15 minutes que le match de la Coupe Grey est terminé, mais je n'ai déjà plus de voix!»

Dave Dickenson, entraîneur-chef des Stampeders: «[Henry Burris] a bien travaillé. De toute évidence, il était dans sa zone. Tant mieux pour lui.»

Bo Levi Mitchell, quart-arrière des Stampeders: «J'ai commis trop d'erreurs. Je suis un des grands responsables de cette défaite.»

- Propos recueillis par Martin Comtois et Sylvain St-Laurent, Le Droit

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer