Jim Popp ne sera pas de retour avec les Alouettes

Le directeur général Jim Popp faisait partie de... (Photo Paul Chiasson, archives PC)

Agrandir

Le directeur général Jim Popp faisait partie de l'organisation des Alouettes de Montréal depuis 21 ans.

Photo Paul Chiasson, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Daigle
La Presse Canadienne

Pour la première fois depuis que les Alouettes sont revenus s'installer à Montréal en 1996, la concession aura un nouveau directeur général.

L'équipe a tourné une importante page de son histoire, lundi matin, lorsqu'elle a annoncé que Jim Popp ne sera pas de retour la saison prochaine.

Le président de l'équipe Mark Weightman a précisé que cette décision a été prise d'un commun accord avec le principal intéressé, même si ce dernier n'était pas à la conférence de presse - contrairement à ce qui avait été annoncé -, au Stade olympique.

« C'est une annonce difficile et chargée d'émotions, a reconnu Weightman, un employé de la première heure des Alouettes. Mais le moment était bien choisi pour procéder à ce changement. »

Weightman précisera plus tard que la façon d'annoncer cette importante nouvelle a beaucoup changé au cours des 48 dernières heures et que les propriétaires, Robert et Andrew Wetenhall, et lui-même ont jugé préférable qu'il soit seul pour ce point de presse.

« Cette décision a mûri au cours des dernières semaines, mais s'est concrétisée au cours des derniers jours », a déclaré Weightman, qui a souligné à quel point les résultats sur le terrain au cours des dernières saisons « n'étaient pas acceptables » aux yeux de la famille Wetenhall.

Même les joueurs des Alouettes n'avaient pas été informés avant cette conférence de presse.

« Ce fut une incroyable aventure, a déclaré Popp par communiqué. J'ai un immense amour et un respect profond pour les partisans, cette belle ville de Montréal, la province du Québec, la famille Wetenhall, l'exécutif, les opérations football, les entraîneurs et le personnel avec qui j'ai collaboré au cours des années, et surtout, les milliers de joueurs que j'ai eu le privilège de connaître. »

« La ville de Montréal me sera toujours très chère. C'est ici que je me suis fiancé à une femme incroyable et que mes six merveilleux enfants sont tous nés. J'ai eu le privilège de participer à trois défilés de la Coupe Grey dans les rues de Montréal. Tous ces bons souvenirs et cette expérience font maintenant partie de mon expérience dans laquelle je puiserai lors de ma prochaine aventure dans ce merveilleux sport. »

La recherche d'un nouveau candidat est déjà amorcée. Le choix du prochain directeur général sera effectué par les Wetenhall et Weightman, mais ce dernier a refusé de commenter les spéculations avancées à ce sujet.

« Certains des candidats que nous souhaiterions rencontrer appartiennent à des clubs dont la saison n'est pas terminée. Alors par respect, je ne commenterai pas. » Pas moyen de savoir si ces candidats évoluent dans la LCF ou au football universitaire canadien.

Ce qui a été très clair par contre, c'est que le prochain candidat devra rapidement être gage de succès sur le terrain, ce qui a été plus difficile pour Popp au cours des quatre ou cinq dernières années.

« Nous cherchons un candidat qui nous permettra de disputer du football de championnat, de rebâtir une équipe qui puisse aspirer à des championnats, a expliqué Weightman. Un candidat qui va également, comme le veut la philosophie de l'organisation, fournir un encadrement et un appui aux employés, dans ce cas-ci, aux entraîneurs et aux joueurs, pour leur permettre de grandir et de s'améliorer. Nous voulons aussi un candidat qui sera du même avis que la direction au sujet de l'implication de l'équipe dans la communauté. »

Influence sur l'avenir de Chapdelaine

Cette conférence de presse a également permis d'éclaircir la situation de l'entraîneur-chef par intérim Jacques Chapdelaine, qui avait succédé à Popp avec six matchs à faire.

« Notre intention est d'engager un nouveau directeur général d'abord afin que cette personne-là soit impliquée dans le processus d'évaluation et de sélection du prochain entraîneur-chef », a noté Weightman.

Chapdelaine a compilé un palmarès de 4-2 après avoir remplacé Popp - pour une fiche globale de 7-11 - et il a reçu un appui inconditionnel de la part des joueurs rencontrés, dimanche. Il appert maintenant qu'il devra charmer celui qui deviendra son nouveau patron.

Pour l'instant, le départ de Popp est le seul changement à l'organigramme des opérations football chez les Alouettes.

« Pour l'instant, c'est ''business as usual'' », a simplement commenté Weightman. On peut par contre penser que Joey Abrams, perçu comme les « yeux et les oreilles » de Jim Popp par plusieurs, pourrait perdre son poste d'assistant directeur général.

Une carrière remarquable

Âgé de 51 ans, Popp s'est joint à l'organisation en 1994, alors qu'elle était toujours les Stallions de Baltimore, comme directeur du personnel des joueurs puis comme directeur général, menant la formation à la conquête de la coupe Grey, en 1995. Il a suivi l'équipe à Montréal quand celle-ci a déménagé l'année suivante.

Au cours des 21 saisons à Montréal, Popp a fait des Alouettes une puissance de la Ligue canadienne. Sous sa gouverne, l'équipe a participé au match de la Coupe Grey à huit reprises entre 2000 et 2010, l'emportant trois fois, en 2002, 2009 et 2010.

Si pendant la majeure partie de sa carrière il a fait sa renommée pour son flair pour trouver des joueurs de talents à toutes les positions, son étoile a pâli à la suite du départ du quart-arrière étoile Anthony Calvillo. Popp a été incapable de lui trouver un remplaçant digne de ce nom et en quatre saisons, plus d'une dizaine de candidats se sont succédés sans jamais connaître beaucoup de succès.

La fin du règne de Popp a aussi été marquée par l'instabilité au poste d'entraîneur-chef. En comptant Chapdelaine et Popp - qui a fait deux séjours sur les lignes de côté - cinq entraîneurs-chef se sont succédés depuis le départ de Marc Trestman après la saison 2012.

L'obstination de Popp à vouloir occupé les deux fonctions au sein des Alouettes a aussi marqué son passage. En tout, Popp a remplacé quatre fois son entraîneur, en 2001, 2006-07, 2013 et 2015-16, ne compilant qu'une fiche de 22-36.

La Presse canadienne a tenté en vain d'obtenir ses commentaires, lundi.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer