Bon départ pour les Alouettes

Chip Cox célèbre une interception réalisée en première... (PHOTO LYLE STAFFORD, REUTERS)

Agrandir

Chip Cox célèbre une interception réalisée en première demie.

PHOTO LYLE STAFFORD, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le match d'ouverture des Alouettes à Winnipeg a été arrêté pendant plus d'une heure en raison d'un orage, survenu au milieu du premier quart, vendredi. Il aurait été préférable pour les Blue Bombers qu'il ne recommence plus.

Les Oiseaux ont complètement dominé la rencontre et l'ont emporté, 22-14, une marque finale qui n'indique pas l'allure du match. Le quart-arrière Kevin Glenn et l'attaque ont été très bons, malgré quelques revirements coûteux en première demie, tandis que la défense a offert une performance presque sans bavure.

Grâce à un excellent plan de match d'Anthony Calvillo, tous les joueurs offensifs des Als ont été mis à contribution. Duron Carter a utilisé sa grande vitesse afin de se libérer de ses couvreurs et a même signé quelques beaux jeux de course. S.J. Green a inscrit un majeur. Nik Lewis et Kenny Stafford ont obtenu des premiers jeux importants et Tyrell Sutton a couru avec détermination, comme toujours.

Glenn a complété 30 de ses 42 passes et a terminé sa soirée avec 332 verges, lui qui en avait déjà récolté plus de 200 au milieu du deuxième quart. Le quart-arrière a été frappé solidement à quelques reprises, mais dans l'ensemble, la ligne offensive a bien fait contre une défense qui possède de bons joueurs, dont Jamaal Westerman.

Noel Thorpe avait mentionné que les nouveaux demis de coin des Alouettes étaient des joueurs physiques et ceux-ci ont donné raison à leur coordonnateur défensif à leur premier départ dans la LCF.

Ethan Davis a servi un percutant coup d'épaule au vétéran Weston Dressler, ce qui a forcé le vétéran receveur à quitter la rencontre en raison d'une commotion cérébrale au milieu du premier quart. De son côté, Jonathon Mincy a notamment réussi un beau plaqué aux dépens du demi Andrew Harris.

La ligne défensive et les secondeurs ont gardé le pied sur l'accélérateur durant tout le match, ce qui a empêché Drew Willy et l'attaque des Bombers de prendre leur envol, eux qui ont été blanchis dans les 30 premières minutes.

DES CHANCES GASPILLÉES

Les Alouettes auraient pu mettre le match hors de portée dès la première demie, mais ont perdu le ballon à deux reprises profondément dans le territoire ennemi.

Au retour de la pause d'une heure, Glenn a orchestré sa première belle série du match, mais elle s'est terminée par une interception dans la zone des buts. Un sac de John Bowman a toutefois forcé les Bombers à concéder un touché de sûreté quelques jeux plus tard, ce qui portait la marque 5-0.

L'attaque montréalaise a réussi une autre belle poussée, dont le jeu clé a été un attrapé de 30 verges de Carter. Calvillo n'a d'ailleurs pas hésité à appeler de longues passes en ce premier match de la saison. Brandon Bridge a inscrit le premier touché du match avec une course d'une verge quelques jeux après le catch de Carter.

Dès le premier jeu offensif des Bombers après le touché de Bridge, Chip Cox a intercepté une passe de Willy et a ainsi placé Glenn et compagnie en excellente position. Mais alors que les Oiseaux semblaient sur le point de marquer un deuxième touché en l'espace de quelques minutes, Sutton a échappé et perdu le ballon.

Puis, avec quelques minutes à écouler au deuxième quart, Carter s'est retrouvé fin seul derrière la défense des Bombers et semblait avoir réussi un touché facile, mais une punition de Jacob Ruby pour avoir retenu a annulé le jeu.

ÉQUIPE DE TALENT

Les Alouettes ont eu le ballon pendant près de 20 minutes en première demie (19:37) et ont totalisé 229 verges contre seulement 68 pour les Bombers. La marque aurait facilement pu être de 19-0 ou même de 26-0 plutôt que de 12-0.

En accordant un touché de 63 verges aux Bombers avec moins de trois minutes à faire au quatrième quart, les Alouettes se sont compliqué la tâche encore un peu plus. Il leur aura donc fallu batailler jusqu'à la toute fin afin de gagner un match qui aurait dû être dans la poche depuis un bon moment.

Ce sont les deux revirements de l'attaque des Alouettes et les nombreuses pénalités de l'équipe qui ont gardé Winnipeg dans le coup. Il reste que les Alouettes ont démontré qu'ils possédaient une équipe de talent. La défense a joué avec la même intensité qu'au cours des dernières saisons et l'attaque a rarement aussi bien parue depuis 2013. Un premier test réussi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer