Les Panthers et les Broncos affrontent le cirque des médias

Un des rares angles journalistes qui a été... (PHOTO AP)

Agrandir

Un des rares angles journalistes qui a été couvert lundi est le départ à la retraite possible de Peyton Manning, qui est âgé de 39 ans et qui pourrait disputer son dernier match en carrière.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Eddie Pells
Associated Press
San Jose

Quand pouvez-vous retrouver Peyton Manning, Miss Univers, un farfadet orange et bleu et 200 caméras de télévision dans la même pièce?

La réponse: à la soirée d'ouverture de la semaine du Super Bowl.

La NFL a pris une bonne idée dénaturalisée - ce qui était connu comme la «journée des médias» - lui a donné un nom, a ajouté un groupe de musique et a déplacé l'événement le lundi soir pendant les heures de grande écoute pour lancer la semaine du Super Bowl entre les Broncos de Denver et les Panthers de la Caroline.

Cette nouvelle aventure a été complétée par une personne déguisée en ballon de football gonflable et une présentation formelle des 60 joueurs des deux équipes sur une scène haute de quatre étages.

«Je ne savais pas que nous allions marcher sur un pont», s'est exclamé Manning.

Et d'une certaine façon, plus ça change, plus c'est pareil.

«Pouvez-vous embrasser mon épouse», a demandé quelqu'un au quart des Panthers Cam Newton.

«Je ne pense pas que ce soit possible», a répondu Newton.

Ça ne fait pas de doute, Manning et Newton - un quintuple joueur par excellence de la NFL et le favori pour le titre cette année - n'auraient jamais pu prédire beaucoup de choses qui se sont produites pendant cette soirée.

Qui pourrait interpréter son rôle dans un film? «Peut-être un jeune Robert Redford», a répondu Manning.

Un autre journaliste - disons plutôt quelqu'un avec une accréditation - lui a demandé de regarder dans la caméra et de souhaiter une bonne nouvelle année chinoise à ses amis dans cette partie du monde.

Pour sa part, Newton a vu un reporter hispanophone faire jouer de la musique et lui a demandé de danser.

Newton a sauté son tour. «Il faut le sentir», a-t-il expliqué.

Tout ça a été télédiffusé en direct pour une première fois en 50 ans d'histoire au Super Bowl.

Pendant des décennies, la journée des médias se déroulait le mardi, tôt dans la journée et dans la semaine afin de ne pas nuire à la routine des équipes et pour permettre aux journalistes d'avoir du temps pour travailler sur leurs histoires à partir de tout le contenu récupéré.

Mais cette année, la NFL a déplacé l'événement le lundi soir et des choses comme le code vestimentaire, des questions loufoques et des gamins de huit ans posant des questions à des joueurs ne surprennent plus vraiment.

Un porte-parole de la NFL, Michael Signora, a expliqué le changement à l'horaire en notant qu'il permettait «aux partisans de vivre une expérience qui est devenue très unique et très populaire pendant la semaine du Super Bowl».

C'est vrai que depuis plusieurs années, la «journée des médias» n'est pas très «journalistique». Depuis cinq ans, les partisans peuvent même acheter des billets pour assister à l'événement à partir des gradins.

Un des rares angles journalistes qui a été couvert lundi est le départ à la retraite possible de Manning, qui est âgé de 39 ans et qui pourrait disputer son dernier match en carrière.

«Je n'ai pas encore pris de décision et je ne pense pas en prendre une avant la fin de notre saison», a dit Manning.

Mais assez avec les histoires sérieuses.

Miss Univers, une des 5500 «journalistes» accrédités pour les festivités du Super Bowl, a probablement répondu à plus de questions qu'elle en a posé. La majorité avait un lien avec la gaffe commise lors de son couronnement, quand l'animateur de la soirée a annoncé la mauvaise gagnante avant de se corriger.

Parmi les personnes costumées, on a aperçu des gagnantes de concours de beauté, une personne déguisée en Swedish Chef du Muppet Show. Il manquait seulement Donald Trump, retenu en Iowa pour le caucus du Parti républicain.

On a demandé à Manning de raconter sa rencontre avec Trump il y a quelques années. Peut-être qu'un jour, ce sera au tour de Newton de rencontrer «The Donald».

«Je dis aux jeunes, le football peut vous amener un peu partout, a dit le quart des Panthers, qui a gagné le titre national universitaire avec Auburn il y a quelques années. Il m'a amené à la Maison-Blanche.»

Et ici. Et le botté d'envoi aura lieu dans moins d'une semaine.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer