Bill Belichick: «Nous avons manqué d'essence»

L'entraîneur-chef des Patriots de la Nouvelle-Angleterre, Bill Belichick,... (Photo Elise Amendola, AP)

Agrandir

L'entraîneur-chef des Patriots de la Nouvelle-Angleterre, Bill Belichick, a fait le bilan de la saison de son équipe, lundi.

Photo Elise Amendola, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Kyle Hightower
Associated Press
Foxborough, Mass.

La saison des Patriots de la Nouvelle-Angleterre a commencé à l'extérieur du terrain avec le scandale des ballons dégonflés. Et la défaite subie dimanche a dégonflé les attentes envers eux.

Entre ces deux moments, les Patriots avaient parfois l'air d'une équipe inébranlable, qui n'avait qu'un seul objectif en tête - remporter un cinquième titre du Super Bowl.

Ce que retiendront les observateurs de la saison 2015, c'est sa fin en queue de poisson. Une chute marquée par les blessures, les erreurs et les décisions douteuses qui ont empêché les Patriots d'espérer devenir la première équipe à défendre son titre avec succès depuis eux-mêmes en 2003 et 2004.

«Nous avons fait de bonnes choses, avons gagné beaucoup de matchs et avons manqué d'essence vers la fin. C'est une fin de saison douce-amère», a résumé l'entraîneur-chef des Patriots Bill Belichick lundi, au lendemain de la défaite de 20-18 contre les Broncos de Denver en finale de l'Association américaine.

L'année a débuté avec le quart Tom Brady qui s'est retrouvé dans l'eau chaude, avant que son nom ne soit blanchi des allégations de tricherie en lien avec le scandale des ballons dégonflés.

Brady et les Patriots ont alors profité du momentum et joué comme une équipe qui venait de remonter le temps, enregistrant 10 victoires consécutives avant le week-end de l'Action de grâce américaine. Brady semblait alors en voie d'être le principal candidat au titre de joueur par excellence de la NFL, après avoir lancé 25 passes de touché et amassé plus de 3000 verges de gains.

L'ailier espacé Matthew Slater a mentionné que l'équipe s'était rangée derrière lui pendant la controverse.

«C'était de toute évidence une source de motivation pour nous. Ce n'était pas seulement à propos de lui, c'était à propos de toute l'équipe de football, a-t-il rappelé. Plusieurs gars ont traversé des obstacles cette saison. Ils n'ont peut-être pas défrayé les manchettes autant que Tom dans cette histoire. Mais plusieurs gars ont vécu des moments difficiles cette saison.

«Tout ça en dit long sur ce que nous avons pu accomplir et jusqu'où nous nous sommes rendus cette saison.»

Pour sa part, Brady semblait déjà avoir tourné la page.

«Je veux gagner à chaque saison. J'adorerais participer au dernier match de la saison et l'emporter, a confié Brady dimanche soir. C'est très difficile à accomplir. J'espère que d'autres opportunités se présenteront à nous. L'équipe s'est très bien battue, mais nous avons manqué un peu d'essence.»

Quant à savoir si Belichick sera de retour à la barre de l'équipe l'an prochain, il faudra patienter encore un peu. Belichick, qui fêtera son 64e anniversaire en avril, a déjà dit que de prendre une décision pour son avenir immédiatement après la conclusion d'une campagne était la pire chose qu'un entraîneur pouvait faire. Il l'a de nouveau répété lundi.

«Absolument. Nous sommes encore très émotifs après ce qui s'est produit. Mais le processus doit commencer, a-t-il admis. En conséquence, on le lancera et nous suivrons le cours normal des choses.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer